Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Douvres-la-Délivrande (Calvados). Le petit logis de la Baronnie

Responsable d’opération : Gaël Carré
p. 229-230

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009
Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité de l’étude archéologique du grand logis (réalisée en 2009 à l’occasion du chantier de restauration de l’ancien manoir épiscopal de la Baronnie, classé Monument historique), une analyse de bâti a porté en 2010 sur le petit logis. Ce bâtiment, séparé de moins d’une dizaine de mètres du grand logis, est une construction de plan rectangulaire (19 m x 8,50 m hors-oeuvre), rythmée de contreforts plats et montée en moellons et pierres de taille de calcaire.

2De l’édifice originel (phase 1), il ne subsiste plus que des portions d’élévation englobées dans les murs gouttereaux. Dans le gouttereau occidental, les restes d’une cheminée, initialement équipée d’une hotte pyramidale et d’un coffre orné de modillons, ont été identifiés. Un bandeau extérieur signale en outre la limite supérieure des maçonneries primitives, autorisant ainsi la restitution d’un édifice de plain-pied montant sous charpente. Une ancienne porte a été également repérée à l’ouest. Dans le gouttereau oriental, on trouve deux fenêtres possédant un encadrement rectangulaire extérieur et une arrière-voussure en arc segmentaire. Le bouchage des deux jours masque dans les embrasures un décor peint de faux appareil. Des sondages n’ont pas mis en évidence un sol primitif construit ou soigné (absence de pavage notamment). En revanche, un cailloutis en calcaire a été dégagé à la base de la cheminée mais sans qu’il soit possible d’affirmer son appartenance à la construction primitive. Dans le cadre des sondages limités, il n’a pas non plus été possible de déterminer l’emplacement des murs pignons sud et nord, aujourd’hui détruits. Quoi qu’il en soit, la datation de la construction est délicate à établir. Quelques éléments architecturaux suggèrent les xiie-xiiie s.

3Une restructuration du bâtiment (phase 2) est avérée avec la reconstruction de la totalité du mur pignon sud. Cette reprise coïncide avec l’édification d’une vaste aula à bas-côté(s) (le nouveau mur pignon sud du petit logis se confondant alors avec le mur pignon nord de l’aula). Lors des sondages réalisés en 2009, il avait été proposé de situer l’implantation de l’aula dans le premier tiers du xive s. et, par conséquent, de suivre l’hypothèse préalablement formulée par Edward Impey. L’étude de la construction du petit logis n’apporte ici aucun indice chronologique pour conforter ce jugement. Le décor peint de faux appareil et de frise végétale, observé sur le parement nord du pignon méridional, n’autorise qu’une fourchette chronologique large englobant les xiie-xive s.

4Après quelques remaniements secondaires liés à l’insertion d’une cheminée dans le mur pignon sud (phase 3), la physionomie générale de l’édifice est très fortement bouleversée (phase 4). Cette campagne de remaniements comprend alors l’édification du mur pignon nord actuel ainsi que l’ensemble des grandes fenêtres à meneaux, visibles à l’ouest, au nord et à l’est. L’édifice est également surélevé afin d’accueillir un étage. Le traitement soigné des fenêtres comme l’existence de coussièges indiquent clairement le caractère résidentiel de l’édifice. Au premier niveau, l’utilisation de la cheminée originelle a dû perdurer. Une seconde cheminée superposée est alors installée pour chauffer l’étage. Du fait de reprises, l’entrée principale des premier et second niveaux n’a pas été identifiée. Seuls deux accès probablement secondaires sont repérables à l’extrémité nord du mur gouttereau occidental. Ces deux ouvertures desservaient un bâtiment annexe en pierre, implanté contre la façade occidentale du petit logis. Une partie des fondations de cette construction adossée a été dégagée dans des sondages extérieurs. Les fenêtres de fouille ont livré très peu de mobilier signicatif. Seule la datation stylistique des baies incite à retenir les xive-xve s.

5Outre divers petits aménagements (phase 5), la dernière phase ancienne et importante de transformation (phase 6) inclut le percement d’ouvertures et la reconstruction du tiers sud du mur gouttereau oriental. Certains détails architecturaux des baies suggèrent les xviie-xviiie s. La suppression du plancher d’étage (associée à une réduction en hauteur des murs pignons et gouttereaux) est soit synchrone de ces travaux, soit postérieure. Cette dernière remarque concerne également l’importante surélévation des sols intérieurs et extérieurs (comprise entre 0,50 et 0,80 m environ et formée d’un épais remblai de démolition).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaël Carré, « Douvres-la-Délivrande (Calvados). Le petit logis de la Baronnie », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 229-230.

Référence électronique

Gaël Carré, « Douvres-la-Délivrande (Calvados). Le petit logis de la Baronnie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12171

Haut de page

Auteur

Gaël Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gaël Carré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals