Navigazione – Mappa del sito
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Jouarre (Seine-et-Marne). Le petit cloître de l’abbaye

Responsabile dell'operazione: Sébastien Ronsseray
p. 232-233

Termini di indicizzazione

Anno dell'operazione:

2009
Torna su

Testo integrale

1Préalablement à la réalisation, par les services des Monuments historiques, d’un projet de galerie de circulation à l’emplacement des galeries est et nord de l’ancien cloître médiéval de l’abbaye de Jouarre, un diagnostic a été réalisé en octobre et novembre 2009. Deux sondages perpendiculaires à l’ancien mur de fond, encore en élévation, de la galerie est ont permis la caractérisation de plusieurs états sur une stratigraphie atteignant par endroits 3,30 m d’épaisseur.

2La phase la plus ancienne rencontrée dans les sondages se présente sous la forme d’une profonde fosse creusée dans le substrat local argileux. Seul un angle de cette structure excavée a pu être observé, ses limites se prolongeant largement en dehors de l’emprise des sondages. Sa datation comme sa fonction restent actuellement en suspens. La présence de nombreux fragments de bois au fond de cette fosse laisse penser que ses parois avaient reçu un coffrage fait de ce matériau. Son comblement, en deux temps, interviendrait aux xe-xie s. d’après le maigre mobilier céramique recueilli.

3Les premiers vestiges conservés de la galerie est du cloître médiéval appartiennent à la phase suivante. Le mur de fond de cet état, en partie conservé dans les fondations du même mur dans ses états suivants, fait face à un mur bahut très arasé, délimitant ainsi une galerie de 2,70 m de large. L’orientation NE - SO de ces maçonneries fixera celle des états suivants. Le ou les sols de cet état, sans doute récupérés à la phase suivante, n’ont pu être clairement identifiés et les éléments de datation pour ces travaux manquent cruellement. Cependant, en se basant sur les séquences stratigraphiques qui encadrent cet état, on peut attribuer provisoirement cette galerie au xixiie s. Il faut sans doute alors intégrer la construction de celle-ci à une importante campagne de travaux dont la tour-clocher de l’église abbatiale témoigne encore.

4La galerie est par la suite élargie vers l’ouest. Le mur de fond garde son implantation initiale tandis que le mur bahut est rasé et ses matériaux largement récupérés. Après nivellement de la surface de circulation de la galerie par apport de remblais, un sol de carreaux de terre cuite glaçurée y est installé. Ce dernier, conservé à l’état de lambeau sur une surface de moins d’un mètre carré, présente une composition en damier de carreaux vert et jaune disposés en diagonale. Ce damier est bordé d’une bande de carreaux à glaçure jaune puis d’une bande de dents de loup vertes et jaunes, disposées tête-bêche au contact du mur de fond.

5Le mur bahut de cet état n’a pas été observé lors du diagnostic, les importants travaux de la phase suivante en ont fait disparaître toute trace. Toutefois, la surface couverte par les niveaux de préparation du sol de carreaux de terre cuite indique que la galerie avait alors au moins 4 m de large. Aucune élévation de cet état ne subsiste, cependant plusieurs fragments de base de colonnette, présents en remploi dans les fondations de l’état suivant, pourraient s’y rattacher. Ces bases aux moulures alternant cavet, tore, scotie et quart-de-rond sur une plinthe polygonale témoigneraient alors du soin apporté à la construction. Les caractères technologiques des carreaux de terre cuite, mis en parallèle avec le mobilier céramique recueilli dans les niveaux sous-jacents et avec le style bien marqué des bases de colonnette, invitent à situer ces travaux d’élargissement de la galerie est du cloître dans la première moitié du xiiie s.

6La galerie est du cloître est très largement reconstruite à la fin du Moyen Âge. Les maçonneries encore en élévation et les vestiges enfouis ont permis d’en apprécier les principales dispositions. Le mur de fond, repris en profondeur, et le mur bahut, entièrement reconstruit, délimitent alors une galerie de 4,20 m de large. Les vestiges de piliers engagés dans ces murs et les éléments de modénature associés à cet état et retrouvés dans les niveaux de destruction postérieurs indiquent que cette galerie était voûtée d’ogives, retombant sur des piliers prismatiques à bases moulurées. Le mur de fond est ajouré d’arcs brisés donnant sans doute sur la salle capitulaire tandis que deux portes moulurées, couvertes d’arcs en anse de panier, desservent d’autres espaces. L’unique assise en élévation conservée pour le mur bahut ne permet pas d’en déduire les parties hautes. Sans doute possède-t-il déjà des contreforts engagés dans son parement ouest, qui seront remaniés par la suite. Très peu de temps après ces travaux, le sol de la galerie reçoit un revêtement de carreaux de terre cuite glaçurée dont la forme et quelques éléments déplacés ont été observés. Le style des modénatures et leur similitude avec celles employées pour d’autres travaux au rez-de-chaussée de la tour-clocher de l’abbatiale accusent la deuxième moitié du xve ou la première moitié du xvie s. Nous ne savons pas si la reconstruction a touché l’ensemble du cloître ainsi que les bâtiments conventuels. Cependant les vestiges d’une porte aux moulures identiques subsistant au rez-de-chaussée de l’aile ouest du cloître laissent penser que la reconstruction fut conséquente.

7Quoi qu’il en soit, la phase suivante voit la reconstruction totale de l’aile est des bâtiments conventuels en s’appuyant sur le cloître préexistant. La salle capitulaire reçoit un décor intérieur en pierre de taille de style Renaissance. Ce décor, plaqué au revers du mur de fond de la galerie est du cloître, rend aveugle les arcades gothiques dont les ouvertures sont alors murées côté cloître par un appareil soigné. La documentation écrite permet de dater ces travaux, entrepris à partir de 1545. Après ces travaux importants, la galerie connaît quelques aménagements durant l’époque moderne. Le sol de carreaux de terre cuite est refait, une banquette est construite ou réaménagée dans le mur bahut et les contreforts recevant les retombés des voûtes du cloître sont semble-t-il remaniés. Le cloître est détruit à partir de 1793 et son emplacement divisé en lots par des murs, pour être vendu.

8Malgré le peu de surface ouverte par les sondages, ce diagnostic a permis la reconnaissance de deux états médiévaux du cloître, jusque-là inconnus, et d’envisager sa construction au sud de l’église abbatiale dans le courant des xie et xiie s.

Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Sébastien Ronsseray, « Jouarre (Seine-et-Marne). Le petit cloître de l’abbaye »Archéologie médiévale, 41 | 2011, 232-233.

Notizia bibliografica digitale

Sébastien Ronsseray, « Jouarre (Seine-et-Marne). Le petit cloître de l’abbaye » [scheda archeologica],Archéologie médiévale [Online], 41 | 2011, online dal 18 juin 2018, consultato il 10 avril 2020. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/12191

Torna su

Autore

Sébastien Ronsseray

Articoli dello stesso autore

Torna su

Responsabile dell'operazione

Sébastien Ronsseray

operazione (i) diretta (e) da questo archeologo

Torna su

Diritti d'autore

Archéologie Médiévale

Torna su
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals