Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Maintenon (Eure-et-Loir). Église Saint-Nicolas

Responsable d’opération : Nicolas Payraud
p. 234

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le Service archéologique du conseil général d’Eure-et-Loir a réalisé, entre novembre 2010 et janvier 2011, un diagnostic archéologique prescrit dans le cadre d’un projet de restructuration de l’église Saint-Nicolas de Maintenon. Cette collégiale, adossée à l’orangerie du château, a été reconstruite entre 1506 et 1522 à la place de l’église du prieuré Notre-Dame de Maintenon. Des sondages, ouverts en 2000 sous la responsabilité de Dominique Jagu et David Tosna dans le cadre d’une opération programmée, avaient déjà apporté un certain nombre d’informations sur l’organisation de l’édifice, notamment la présence d’une allée centrale pavée dans la nef et celle de sépultures sous le sol de cette dernière. Pour caractériser la nature des vestiges éventuellement présents en sous-sol, de nouveaux sondages ont été ouverts dans quatre secteurs distincts de l’église (nef, chœur, sanctuaire et chapelle). Ils ont mis en évidence une stratification complexe, témoignant de nombreuses phases de réaménagement.

2Des maçonneries antérieures à l’édifice actuel ont été mises au jour au niveau du mur gouttereau nord, du mur est du transept et du chevet. Il s’agit de constructions en calcaire et en silex, sur lesquels sont directement montés les murs actuels et qui sont associées à un niveau de sol en mortier de chaux. Il est tentant de considérer qu’elles appartiennent à l’église Sainte-Marie, fondation des seigneurs de Maintenon, donnée vers 1120 à l’abbaye de Marmoutier et dont aucune trace n’a été relevée dans les textes au-delà de 1317. Des séries de niveaux de terre battue et de remblais semblent confirmer des périodes d’abandon à la fin du Moyen Âge.

3Par une charte de 1522, promulguée par Jean Cottereau, successeur des seigneurs de Maintenon, l’église, agrandie, restaurée et désormais dédiée à saint Nicolas, est érigée en collégiale. Il s’agit d’un édifice de 33 m de haut, à nef unique (28,50 x 6,80 m), de direction SO-NE, flanqué de deux chapelles formant un transept de 15 m de longueur. Le sondage effectué au droit du mur nord a permis de vérifier que la chapelle Saint-Santin, aujourd’hui séparée de l’église, communiquait initialement avec la nef. Les murs sont montés en calcaire de Berchères et en grès, deux matériaux d’origine locale, liés par du mortier de tuileau. De nombreux niveaux de sol successifs ont été observés, de nature différente selon les cas (mortier, tomettes, pavés), montrant, au passage, que le chœur a été plusieurs fois rehaussé, entraînant, entre autres, la démolition d’une maçonnerie ayant pu appartenir à un jubé. Des trous de poteau indiquent aussi plusieurs campagnes de travaux sur les élévations. Certains sont situés dans les niveaux modernes et pourraient être en partie liés à la construction, à la fin du xviie s., d’un corps de bâtiment avec tribune ouvrant sur le chœur, reliant l’église au logis du château. D’autres datent de la réfection des voûtes, au lendemain de la seconde guerre mondiale.

4La vocation funéraire du site dès l’époque médiévale est confirmée par la découverte, dans la nef, de sépultures en place et de fosses vidangées ; des coquemars trouvés dans les deux types de contexte permettent de dater certaines tombes des xive-xve s., d’autres du début du xvie s. Aucune sépulture individuelle postérieure au xvie s. n’a été mise au jour, bien que les sources écrites confirment la poursuite de la pratique de l’inhumation ad sanctos. En revanche, une fosse-ossuaire a été mise au jour juste au-dessus du niveau de fondation de l’église Saint-Nicolas. Elle rassemble des ossements probablement déposés en une seule fois, dont on ignore s’ils proviennent de l’église elle-même ou du cimetière adjacent. L’étude anthropologique a permis de dénombrer un minimum de 12 individus dans la partie sondée, dont la surface est inférieure à un mètre carré. Aucun mobilier datant n’était associé à ces restes, qui peuvent provenir de sépultures médiévales ou du début de l’époque moderne. Il faut aussi signaler la présence d’ossements humains dans les couches superficielles, qui indique que les travaux modernes et contemporains ont pu entamer d’autres sépultures.

Maintenon, église Saint-Nicolas, fosse-ossuaire.

Maintenon, église Saint-Nicolas, fosse-ossuaire.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Maintenon, église Saint-Nicolas, fosse-ossuaire.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Payraud, « Maintenon (Eure-et-Loir). Église Saint-Nicolas », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 234.

Référence électronique

Nicolas Payraud, « Maintenon (Eure-et-Loir). Église Saint-Nicolas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12203

Haut de page

Auteur

Nicolas Payraud

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Payraud

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals