Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Meursault (Côte-d’Or). En Maison-Dieu

Responsable d’opération : Isabelle Pignot
p. 235-236

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le site « En Maison-Dieu » est une léproserie datée des xiie et xiiie s., constamment occupée et transformée particulièrement aux époques moderne et contemporaine. Elle se compose de trois bâtiments répartis autour d’une cour quadrangulaire : une église à nef unique et chevet plat, une salle des Malades (xvie-xviie s.) ainsi qu’un bâtiment au nord transformé en soues à cochons et dont seul le mur septentrional conserve des assises médiévales. Le bâtiment oriental, lié à la réutilisation du site en exploitation agricole au xixe s., est mis à bas dès 2002, de même que l’ancienne clôture au nord et à l’est du site.

2L’opération de 2010, faisant suite à un diagnostic mené par l’INRAP en 2002, consiste en : une étude des élévations conservées ; des sondages à l’intérieur des trois bâtiments pour reconnaître les divers niveaux d’occupation, d’éventuels aménagements liturgiques et sépultures ; une fouille en aire ouverte de la cour et du terre-plein devant le chevet, correspondant a priori à un ancien cimetière (728 m² fouillés au total).

3Une première phase d’occupation (fin xiie-1er tiers xiiie s.) correspond à la mise en œuvre des bâtiments en pierre destinés à l’accueil des malades et des voyageurs. Elle comprend l’érection de la porterie et de la grande halle à piliers découverte lors de la fouille de la cour, bâtiment méconnu jusqu’alors puisque seul son mur gouttereau nord est en partie préservé en élévation. Il est situé dans l’axe de la porterie. Cette dernière est un petit édifice de plan quadrangulaire sur deux niveaux, l’étage étant une adjonction moderne (chambre du Recteur). Le mur oriental fait l’objet d’un programme décoratif particulier : l’arc en plein-cintre clavé retombe sur des chapiteaux feuillagés aux corbeilles trapues. Les colonnes associées ont été pillées, mais les bases à griffes sont encore présentes. Ce système de décor ainsi que la mise en œuvre renvoient à une datation de la fin du xiie s. et du premier tiers du xiiie s. L’attention portée à la décoration interne du mur oriental incite à penser que cet arc ouvre sur un bâtiment important justifiant ce soin tout particulier. Le parement externe révèle d’ailleurs des consoles et vestiges d’arrachement d’arcs allant dans le sens de cette hypothèse.

4La fouille de la cour a mis au jour une grande halle divisée en trois nefs par deux files de trois piliers quadrangulaires dans l’axe de ces consoles, et donc dans l’axe de la porterie qui en constitue l’entrée. Les fondations du mur gouttereau sud et du pignon oriental sont conservées. Il s’agit de maçonneries de calcaire massives (environ 1,60 m de largeur) laissant présager l’existence d’un étage à ce bâtiment. Les parements sont scandés de contreforts correspondant à l’intérieur à des dosserets destinés à la réception des voûtes. Cette grande halle peut être interprétée comme un bâtiment communautaire servant de cuisine, de réfectoire, et disposant d’un dortoir à l’étage. Aucun niveau de sol associé avec ces maçonneries n’est mis en évidence, l’ensemble étant bouleversé par des remblais et épandages modernes et contemporains liés à la transformation du site en exploitation agricole.

5L’église de la léproserie de Meursault semble appartenir à une seconde étape de mise en œuvre (second tiers-milieu xiiie s.). En effet, elle n’est pas édifiée dans le même axe que la porterie et la halle à piliers. Les quatre sondages réalisés dans la nef et le chœur ne permettent néanmoins pas d’en préciser la datation puisque aucun niveau de sol avec mobilier associé n’est identifié. Certains éléments décoratifs vont toutefois dans le sens d’une postériorité de l’église sur la porterie. Le linteau de la porte menant du chœur à la cour est soutenu par deux corbeaux avec motifs d’enroulements plus complexes que ceux observés sur la porte orientale de la porterie. Les chapiteaux nichés dans les ébrasements du portail occidental de la nef présentent des corbeilles étirées dont les feuilles sophistiquées et stylisées diffèrent nettement des feuilles simplifiées ornant les chapiteaux massifs et trapus de la porterie. Les bases sont également quelque peu différentes. Celles du portail occidental ont un tore inférieur très avachi, muni de griffes finement sculptées. Dans la porterie, le tore est moins avachi, plus renflé, les griffes plus frustes. De plus, les parements de l’église sont de facture différente de ceux de la porterie. Le moyen appareil régulier de calcaire se mêle au petit appareil régulier de moellons à litages marqués (murs gouttereaux). Ces éléments vont dans le sens d’une datation légèrement postérieure de l’église, au second tiers-milieu xiiie s. Le cimetière découvert devant le chevet de l’église appartient à cette même phase. Onze sépultures ont été fouillées et prélevées, ainsi qu’une douzième dans la nef de l’église, au niveau du portail occidental. Les individus sont inhumés en pleine terre. Il s’agit de femmes, d’hommes et d’enfants.

6Lors d’une troisième phase d’édification (milieu-fin xiiie s.), des contreforts à ressauts et glacis sommital sont adjoints aux parements de l’église. Les contreforts de la façade occidentale et des murs gouttereaux ne sont en effet pas liés aux maçonneries et les chaînages ne sont assurés que par une ou deux boutisses. Un des contreforts du mur gouttereau nord du chœur masque d’ailleurs en partie les claveaux de l’arc de la porte conduisant du chœur à la cour. Il ne peut donc être que postérieur. Les contreforts ont pu être rajoutés peu de temps après la mise en œuvre des voûtes dont les poussées ont dû rapidement fragiliser les murs.

7De nombreux remaniements relèvent de l’époque moderne. Les murs du chœur sont en partie remontés aux xvie-xviie s. Une nouvelle salle des Malades, encore en élévation aujourd’hui, est édifiée entre la porterie et l’église, dans un appareil mêlant remplois médiévaux et moellons de calcaire. La chambre du Recteur est adjointe à l’étage de la porterie. La grande halle à piliers est scindée en différents espaces, cloisonnés par des murs de refend, et peut-être dévolue à une autre fonction que l’accueil de malades par ailleurs de plus en plus rares (stockage des denrées, cellier ?). Ce bâtiment n’existe plus en 1825 d’après le plan cadastral napoléonien. Un radier est mis en œuvre devant le chevet de l’église. Il remploie des éléments sculptés médiévaux. Un petit bâtiment quadrangulaire apparaît sur le cadastre napoléonien et peut coïncider avec ce radier. Il est un possible support à un colombier, cité dans les inventaires modernes, aujourd’hui disparu.

8La période contemporaine est marquée par la transformation des bâtiments en exploitation agricole. L’église est divisée par deux murs de refend et des plafonds de béton ou de bois. De nouvelles ouvertures sont percées, plus larges, afin de permettre le passage des engins agricoles. Une charpente se substitue à la voûte ruinée. La halle à piliers est quant à elle remplacée par des soues à cochons prenant appui sur son mur gouttereau nord encore en partie en élévation. Des fosses à purin sont creusées, bouleversant les anciens niveaux de circulation désormais illisibles.

9Le site a ainsi été très remanié du fait de sa quasi constante occupation et de ses multiples fonctions au fil des siècles : léproserie en période d’épidémie, la Maison-Dieu devient ensuite simple lieu d’accueil des pauvres et des voyageurs, puis finalement exploitation agricole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pignot, « Meursault (Côte-d’Or). En Maison-Dieu », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 235-236.

Référence électronique

Isabelle Pignot, « Meursault (Côte-d’Or). En Maison-Dieu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12211

Haut de page

Auteur

Isabelle Pignot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Pignot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals