Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Nyons (Drôme). Église paroissiale Saint-Vincent

Responsable d’opération : Jean-Claude Mège
p. 239-240

Entrées d’index

Année de l'opération :

2009, 2010
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion de travaux de restauration et de l’installation d’une chaufferie en sous-œuvre dans l’église paroissiale Saint-Vincent de Nyons en 2009-2010, une surveillance archéologique a été mise en place. Les travaux ont commencé par le décroûtement des crépis extérieurs et intérieurs permettant une meilleure lecture des maçonneries. Les murs sont montés en pierres de tout-venant n’incluant pas, ou très peu, de remplois anciens ou même de pierres de taille.

2Si, comme l’affirment les historiens de Nyons (Vincent, Lacroix, Brechet, Rémy), l’église médiévale orientée N-S fut reconstruite au xvie s., nous devrions y trouver, réutilisés, de nombreux vestiges du Moyen âge. Seulement un ou deux moellons de petit appareil roman ont été repérés : pas de blocs taillés pouvant appartenir aux églises mérovingienne et carolingienne que ces auteurs situent en ce lieu. Seuls, un tronçon et une demi-base de colonne ont été découverts déposés dans le jardin nord. Un seul moellon, inséré dans un pilier du côté sud, présente une marque de tâcheron probablement tardo-médiévale. Quelques blocs de mollasse verte sont utilisés dans les chaînages. Les encadrements des fenêtres hautes ne sont souvent pas appareillés.

3À l’intérieur, l’enlèvement des enduits a permis d’examiner les parties hautes de la nef. Les arcs doubleaux construits en moellons calcaires bichromes et en moellons de tuf retombent sur un simple tailloir rectangulaire surmontant des pilastres également rectangulaires. Les éléments en tuf peuvent avoir été mis en place vers la fin du xvie s. lors du rétablissement de l’église mise à mal pendant les guerres de religion. Les découvertes réalisées à l’intérieur sont également très rares. Près d’une fenêtre de la première travée, à la naissance de la voûte, un pot à deux anses était remployé dans la maçonnerie. Celui-ci, daté du xvie s., était probablement utilisé comme « vase de résonnance » servant à améliorer l’acoustique. Enfin, pour permettre le passage de la gaine de chauffage dans une chapelle du côté nord, le creusement du sol a mis au jour un caveau en usage au cours des xviie et xviiie s. Une douzaine de cercueils y étaient déposés. Un sondage réalisé dans la nef n’a livré aucune structure ou élément antique ou même médiéval. Des sépultures en coffre de planches occupent le tiers inférieur de la stratigraphie. Les plus profondes entaillent le substrat naturel. Ces inhumations dans la nef de l’église appartiennent aux xvie-xviiie s.

4Au nord, l’emplacement de la nouvelle chaufferie a été plus riche en découvertes. Une structure antique, engagée sous l’église actuelle, est datée par le matériel archéologique associé des ier-iie s. de notre ère (sigillée gauloise, enduit peint, lampe à volutes). Un second mur, situé à l’aplomb du gouttereau nord, appartient à une structure du Bas-Empire (église primitive ?). Les couches archéologiques associées contiennent de la céramique commune grise kaolinitique, de la céramique « paléochrétienne ». Un nummus de Magnus Maximus (386-387) a été trouvé en position secondaire.

5Une sépulture anthropomorphe à cavité céphalique, attribuable au ixe ou xe s., vient s’appuyer contre le mur antique. Un petit « pégau » du xiie s. a été exhumé par la pelle mécanique à un niveau supérieur. Prise dans la fondation d’une chapelle actuelle (construite au xviie s.), une sépulture de la fin du xive ou du xve s. contient un tesson de céramique glaçurée (fin du xive). D’autres murs, situés plus au nord et à un niveau supérieur, appartiennent à des bâtiments plus récents. S’agit-il des fondations du temple protestant que les auteurs nyonsais placent dans les ruines de l’église à la fin du xvie et au début du xviie  s. ?

6La découverte d’une borne milliaire de Constantin, utilisée en remploi, datée de 307-310 confirme la présence de routes importantes traversant Nyons (Noiomagus). Cette découverte relance l’hypothèse de l’existence d’un pont gallo-romain à Nyons.

7La chronologie des églises successives proposée par les auteurs nyonsais trouve ici quelques réponses. Mais l’identification d’un niveau du ier-iie s. est totalement nouvelle et l’on ignore si les bâtiments des vie et viie s. (cités par les auteurs) et détruits au viiie sont encore recouverts par l’église actuelle. L’église romane (xie-xiiie s.) détruite au xvie s. a-t-elle laissé des vestiges dans l’église actuelle ?

Nyons, église paroissiale Saint-Vincent.

Nyons, église paroissiale Saint-Vincent.

Relevé et DAO J.-C. Mège

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nyons, église paroissiale Saint-Vincent.
Crédits Relevé et DAO J.-C. Mège
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Mège, « Nyons (Drôme). Église paroissiale Saint-Vincent », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 239-240.

Référence électronique

Jean-Claude Mège, « Nyons (Drôme). Église paroissiale Saint-Vincent » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12239

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Mège

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Claude Mège

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals