Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Propriano (Corse-du-Sud). Quattrina

Responsable d’opération : Philippe Chapon
p. 242-243

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Cette fouille préventive a révélé la présence d’une vaste nécropole comprenant environ 80 sépultures sur l’emprise d’un projet de lotissement de plus de 2 000 m². Avec une majorité de sépultures sous bâtières de tuiles, on compte des tombes, parfois multiples, avec des aménagements de coffres en pierre ou en brique et de nombreuses inhumations (d’adultes et surtout d’enfants) en amphores africaines cylindriques datées entre le ive et le viie s. Ces sépultures en amphores sont surreprésentées et, fréquemment associées à une tombe en bâtière, indiquent probablement l’inhumation conjointe d’une femme morte en couches et de son nouveau-né. Un enclos funéraire bâti abritait au moins trois sépultures aménagées avec parements de brique contenant chacune plusieurs individus. La dernière phase de l’occupation de la nécropole est attestée par un ensemble de sépultures en pleine terre disséminées dans la partie SE du terrain. Les dimensions du cimetière sont inconnues : il s’étend de manière certaine en dehors du périmètre fouillé. Cette importante zone sépulcrale montre que nous ne sommes pas dans le cadre d’une nécropole rurale mais bien à la périphérie d’une agglomération antique, dont les indices ont été reconnus dès les années 1970.

2Au sein de cette nécropole, les travaux ont révélé la présence inattendue de deux églises successives emboitées l’une dans l’autre. La plus récente possède une nef mesurant 11 m sur 5,60 m prolongée à l’extrémité SE par une abside outrepassée. Sa construction antérieure au xie s. est attestée par la datation d’une sépulture en pleine terre aménagée contre le mur est. L’édifice possède des fondations conservées sur plus d’un mètre de haut mais les niveaux de sols, aménagés sur un épais remblai de blocs et de cailloux pour en surélever le niveau, ne sont pas conservés. Ce second bâtiment cultuel a été construit au milieu des ruines du précédent, et mesure 8,50 m de large pour au moins 16 m de long ; la même orientation ayant été conservée, la plus grande partie du bâti a été par conséquent conservée. Cette église est associée à un ensemble de sépultures datées du ixe s. L’essentiel des aménagements liturgiques de la première église a été conservé de manière exceptionnelle. Ainsi, on peut encore observer le sol maçonné du chœur avec la base d’un autel centré sur l’abside et les vestiges d’une cathèdre entourée d’une banquette presbytérale. Dans la nef, deux murets parallèles ont également été dégagés et semblent délimiter un couloir menant au chœur (solae), où pouvait prendre place un ambon, comme cela avait déjà été remarqué dans l’église San Giovanni de Corte. La taille de l’église et l’importance des aménagements liturgiques, qui permettent l’installation de nombreux membres du clergé, pourraient indiquer la présence sur place du siège d’un évêché, même éphémère, mais aucune mention écrite ne le laisse supposer pour l’instant. Au nord, une annexe (sacristie), est reliée à la première chapelle par un escalier aménagé dans l’épaisseur du mur près de l’abside.

3Vers l’est, un bâtiment rectangulaire, auquel est accolée une abside largement outrepassée de 6,50 m de diamètre intérieur, appartient à un état antérieur. La découverte d’une sépulture du ve s. dans le bâtiment circulaire accrédite la thèse d’un monument funéraire réoccupé jusqu’au viie s.

4Enfin, à l’ouest, un troisième bâtiment à abside a été mis au jour. La construction récente d’un hangar empêche de connaître la totalité de son plan, mais on distingue le départ des murs d’une nef, et le négatif d’une base d’autel centré dans ce que l’on suppose être le chœur. Ce bâtiment, inclus dans un espace délimité par des murs, est construit sur un vaste niveau de dépotoir, probablement domestique, extrêmement riche en matériel des iiie et ive s. de notre ère ; les niveaux d’abandon datent du viie s. Nous pourrions être en présence d’une chapelle liée à une première église et ayant une fonction soit funéraire, soit baptismale.

5La disparition de cet important lieu de culte et son oubli total restent problématiques, car même la toponymie n’en garde aucune trace, ce qui semble indiquer un abandon assez précoce au cours du Moyen Âge.

Propriano, Quattrina, plan d’ensemble du site.

Propriano, Quattrina, plan d’ensemble du site.

Dessin P. Chapon

Propriano, Quattrina, le chevet des églises et le bâtiment circulaire.

Propriano, Quattrina, le chevet des églises et le bâtiment circulaire.

Cl. P. Chapon

Haut de page

Table des illustrations

Titre Propriano, Quattrina, plan d’ensemble du site.
Crédits Dessin P. Chapon
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Propriano, Quattrina, le chevet des églises et le bâtiment circulaire.
Crédits Cl. P. Chapon
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Chapon, « Propriano (Corse-du-Sud). Quattrina », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 242-243.

Référence électronique

Philippe Chapon, « Propriano (Corse-du-Sud). Quattrina » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12263

Haut de page

Auteur

Philippe Chapon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Chapon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals