Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Hôpital protestant, rue du Docteur Schweitzer

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 243-245

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’hôpital protestant de La Rochelle se situait à l’est de la ville, à l’intérieur de l’enceinte urbaine élevée par l’ingénieur Ferry à partir de 1689, à proximité du canal Maubec et au sud de l’hôpital général. En 1765, des notables rochelais font l’acquisition de deux maisons avec jardins pour y établir un hospice. Implantés sur les anciens glacis de l’enceinte de sûreté protestante, construite dans ce secteur à partir de 1610 et rasée en 1628, les jardins furent utilisés comme cimetière pour l’hôpital, mais également par une bonne partie de la communauté protestante de la ville, jusqu’à sa fermeture en 1792.

2La fouille réalisée durant l’hiver 2009-2010, motivée par un projet de construction d’un immeuble avec parkings souterrains, a permis l’étude d’un espace d’environ 2300 m2 incluant la totalité de l’hôpital protestant et de son cimetière. La présence d’importantes bermes de sécurité a toutefois empêché l’observation des limites occidentale et orientale du cimetière et restreint sa fouille à 1130 m2 (fig.).

3De l’enceinte de 1610, seule la limite supérieure de la contrescarpe a pu être repérée, à 40 m de la courtine de la porte Maubec, ce qui confirme l’importance du fossé à cet endroit. Entièrement creusé dans le substrat calcaire, celui-ci est dépourvu de parement de maçonnerie comme cela avait déjà été constaté lors de la fouille du pôle Femme-Enfant en 2009.

4La moitié orientale du site, en limite supposée de l’extension des glacis de l’enceinte de sûreté, est perforée par une multitude d’excavations produites par l’extraction du calcaire et de la marne. Par la suite cette zone sert de dépotoir à diverses activités artisanales : raffinerie de sucre, forge (?), tabletterie. Les déchets de ces artisanats constituent un abondant mobilier, tant céramique (cônes à pain de sucre, jarres à mélasse), que métallique (scories et mâchefer), complétés par des déchets de découpe de l’os (baguettes, perles, sciure…) provenant d’un atelier de patenôtrier, peut-être établi dans l’hôpital général en tant qu’atelier de charité.

5Au nord de la parcelle, l’hôpital occupe deux constructions distinctes qui figurent sur les plans de la ville dès le début du xviiie s. À l’est, deux corps de bâtiments forment un « L » qui délimite l’extrémité d’un jardin. À l’ouest, l’édifice est constitué par trois corps de bâtiments organisés en « U » autour d’une cour. Il présente tous les caractères d’un hôtel particulier. Cet ensemble fut détruit au début des années 1980, seul le portail donnant sur la cour en est conservé. Élevé au xviiie s., il présente d’importants remaniements attribués au xixe s.

6De nombreux aménagements ont été reconnus dans les cours, surtout à l’est où les réseaux d’adduction d’eau, d’évacuation des eaux usées et les installations sanitaires sont particulièrement bien représentés. Les eaux pluviales et une partie des eaux usées sont dirigées vers de nombreux puits perdus, bâtis en pierres sèches. Ils sont souvent associés à des caniveaux de surface. Les installations sanitaires sont également importantes : sept fosses d’aisance ont été reconnues, leur datation s’étale du xviiie au milieu du xxe s. L’une d’elles fournit un abondant mobilier : céramique, verre et faune datant du xviiie s. Avant l’arrivée de l’adduction d’eau de ville, l’alimentation est assurée par un puits partiellement inclus sous un bâtiment puis, au xixe s., par une vaste citerne. Les espaces de circulation extérieurs sont souvent soignés : sol de galets, allées de pavés et aire dallée de briques posées sur chant, délimitées par des bordures en pierre de taille.

7Au sud des bâtiments s’étendent les deux jardins, primitivement séparés par un mur de clôture. D’une surface d’environ 1750 m2, le cimetière est entièrement clos de murs et la totalité de son emprise semble occupée par les inhumations. La densité des sépultures est forte, sauf dans l’angle NE, et l’orientation, tant E-O que N-S, ainsi que de nombreux recoupements laissent pressentir une saturation du cimetière. Seules les tombes situées en périphérie respectent l’organisation du bâti en lui étant toujours perpendiculaires. La population inhumée dans le cimetière peut être appréhendée grâce aux registres des sépultures, partiellement conservés.

8Les presque 500 sépultures fouillées ont permis de recueillir des informations touchant plusieurs domaines :

9– les pratiques funéraires des protestants au xviiie s., dans le contexte d’une utilisation du cimetière de 1765 à 1792, sous l’effet de la révocation de l’édit de Nantes. Il s’agit d’un des rares cimetières protestants reconnus et tolérés en France durant cette période ;

10– l’activité de l’hôpital (soins, actes de chirurgie…) grâce à la découverte d’appareils médicaux, tels que des bandages herniaires ou d’indices d’autopsie sur un jeune adolescent dont le crâne a été scié (traces de scalp…).

11Parallèlement, l’étude biologique des squelettes va permettre de caractériser la population accueillie par l’hôpital et inhumée dans son cimetière. Ce sont majoritairement des individus âgés dont l’état sanitaire est médiocre et qui présentent des pathologies souvent invalidantes. Il existe par ailleurs une proportion intéressante de fœtus et de bébés parfois inhumés avec un adulte (très probablement leur mère).

12Fait exceptionnel avant l’édit de Tolérance de 1787, la fondation de l’hospice protestant de La Rochelle, si elle fut discrète pour ne pas incommoder les autorités religieuses, ne put se faire qu’avec l’approbation du pouvoir civil. Les documents d’archives sont éloquents et plus particulièrement les actes notariés qui indiquent clairement que les biens acquis sont destinés à l’accueil des pauvres et des malades de la communauté protestante afin de les soustraire au prosélytisme pratiqué par les religieux des autres hôpitaux. L’association d’un cimetière à cet hôpital procède de la même logique et s’inscrit dans un mouvement de libéralisation, déjà amorcé à Royan en 1761 où la communauté protestante est autorisée à acheter un terrain pour y créer un cimetière.

13Dans ce contexte bien précis, les données archéologiques, parfois peu explicites, prennent une nouvelle dimension. La profusion d’installations sanitaires, les rares fragments de pots à pharmacie et les éventuels instruments chirurgicaux sont les uniques témoins de la vie matérielle de l’hôpital. Parallèlement, les pratiques chirurgicales observées sur certains inhumés ainsi qu’une population âgée présentant de nombreuses pathologies montrent que nous sommes en présence d’un recrutement particulier. Son étude devrait mettre en évidence qu’il est représentatif d’un cimetière d’hôpital de cette époque et ainsi constituer un référentiel.

La Rochelle, centre hospitalier, rue du Dr. Schweitzer. Plan général simplifié des vestiges du site de l’hôpital protestant.

La Rochelle, centre hospitalier, rue du Dr. Schweitzer. Plan général simplifié des vestiges du site de l’hôpital protestant.

DAO, V. Miailhe, INRAP

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Rochelle, centre hospitalier, rue du Dr. Schweitzer. Plan général simplifié des vestiges du site de l’hôpital protestant.
Crédits DAO, V. Miailhe, INRAP
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Hôpital protestant, rue du Docteur Schweitzer », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 243-245.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Hôpital protestant, rue du Docteur Schweitzer » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12275

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals