Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 245-246

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La problématique de la session 2010 s’est portée sur les élévations intérieures, dont l’étude a débuté en 2009 par le relevé de la première travée de la nef. Les élévations nord et sud de la seconde travée ont été relevées en intégralité. La troisième travée a été étudiée uniquement dans ses parties inférieures. Nous avons ainsi pu vérifier les hypothèses émises en 2008 et 2009 sur l’évolution des gabarits des moellons en fonction de leur emplacement dans les maçonneries.

2Des prélèvements de mortiers ont été réalisés au sein de différentes UC des parements des murs gouttereaux. Leur examen macroscopique semble conclure à l’homogénéité, ce qui s’accommode mal avec le phasage jusque-là retenu. Seules les analyses physico-chimiques permettront de préciser ces éléments. Néanmoins, on distingue quatre liants et revêtements principaux : un mortier beige, qui est le mortier originel, un mortier rose posé à l’époque moderne, un pré-enduit gris clair contemporain du précédent, et enfin un enduit rose qui les recouvre tous.

3De nombreux trous de boulin ont été repérés, soit bouchés, soit ouverts. Ils témoignent pour l’essentiel d’un système d’échafaudage ancré au mur et maintenu depuis le sol par un seul rang de perches. Certains boulins sont traversants, les autres ont une très faible profondeur. Situés dans la partie la plus basse de l’UC 14.2, ces derniers semblent postérieurs à la phase de construction de l’édifice.

4Une poutre en chêne d’au moins 3 m a été observée sous la fenêtre haute de l’élévation nord de la seconde travée. Elle est posée sur la corniche, plutôt vers le parement interne du mur. L’abattage de l’arbre utilisé est postérieur à 1157, ce qui s’accorde bien avec les analyses stylistiques et historiques. L’hypothèse privilégiée est celle d’une armature en bois qui ceindrait l’ensemble de la nef. Ce type d’armature est encore peu connu sur le bâti monumental en Lorraine. Des sondages ponctuels dans les murs permettront en 2011 de valider ou non cette pratique.

5Des relevés pierre à pierre ont été également effectués sur l’arc triomphal, afin de mettre en évidence un phasage déjà bien observé. À cette occasion, une marque de tâcheron inédite a été repérée sur un des voussoirs de l’arc. Elle représente une sorte de fourche à deux dents, avec un manche qui se divise en deux sections terminées par une petite spirale.

6Le relevé pierre à pierre du chœur laisse apparaître une structuration du parement en moellons longitudinaux disposés en assises régulières. Toutes les trois à cinq assises, selon les cas, un niveau de réglage vient rectifier toute déviation de l’horizontale. Une seule série de trous de boulin maçonnés, traversants, atteste l’usage d’un échafaudage ancré dans le mur. Les pierres sont liées avec un mortier de chaux beige semblable à celui observé sur les maçonneries de la nef.

7L’importante reprise des 2/5 du chevet au sud, datée des xvie-xviie s., est composée de moellons identiques à la phase de construction originelle, mais elle coexiste avec des éléments de grès Rhétien en provenance du parement extérieur. Leur organisation est relativement anarchique. Surtout, on retrouve un mortier rose macroscopiquement identique à celui des reprises du parement externe.

8Au-dessus de la corniche, le parement est également le fruit d’une transformation du chevet par son rehaussement. Celui-ci présente des assises quelquefois incertaines, avec des gabarits et des natures de pierres très diverses, témoins d’un réemploi évident. L’examen des mortiers confirme les conclusions émises précédemment sur l’utilisation des mortiers beige et rose.

9Deux datations par dendrochronologie ont été effectuées sur un gousset et un demi-entrait de la charpente en chêne de ce même chœur. Elles donnent respectivement 1673 ± 10 ans et 1664 (datation sur cambium). La réalisation de cette charpente semble découler d’un compte-rendu de visite en 1656, dans lequel le chœur est dit « ruiné » (sans toiture). Cette information tend à démontrer que la phase de reprise des maçonneries (datation 14C : 1470-1641) ne coïncide pas avec celle de la mise en place de la nouvelle charpente. La rénovation du chevet semble donc avoir été réalisée en deux étapes bien distinctes dans le temps.

10Les graffitis recensés dans la partie inférieure du parement extérieur sud de la nef ont été réalisés entre les xviie et xixe s. Les plus anciens semblent être ceux représentant des lettres, seules ou par groupe de deux ou trois, sans signification apparente. On observe également trois faces d’un dé formé par une succession de petites cupules. Les premières signatures apparaissent au xviiie s. Elles se caractérisent par l’apposition des initiales espacées par un point. Pour le xixe s., voire le début du suivant, cinq millésimes ont été recensés, ainsi que de nombreuses rosaces, souvent incomplètes, tracées à la pointe sèche, et des noms en écriture cursive. Une seule marque semble se rattacher au déroulement du chantier de construction de l’édifice, qui représente la lettre grecque gamma en minuscule, ou bien encore un compas.

11Une prospection géophysique électrique et radar a permis d’évaluer le potentiel archéologique du site. Les premiers résultats montrent une perturbation au bord du cours d’eau, en amont de la commanderie, qui semble correspondre à un bâtiment rectangulaire, peut-être associé à des bas-fourneaux. Immédiatement à l’ouest, une importante perturbation paraît liée à des éléments métalliques impossibles à dater. En aval de la commanderie, une perturbation d’un autre ordre s’apparenterait à un paléochenal du ruisseau ou à un vivier, avec des traces anthropiques à proximité. Enfin, au nord du chevet de la chapelle s’esquisse une petite construction légèrement ovoïde, de 5 m, assimilée à un four. On observe également une anomalie au centre de la cour. La prospection radar sur ce même secteur n’a pas permis de confirmer l’existence d’un enclos cémétérial et de sépultures. D’une manière plus générale, il s’est avéré impossible de mettre en évidence le plan global du périmètre d’implantation de la commanderie, et l’existence d’une pièce (salle capitulaire ?) au sud de la nef, accolée à la troisième travée, pourtant attestée par l’analyse des élévations. La validation de ces résultats reste toutefois suspendue à une observation de visu.

Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, phasage du chœur de la chapelle.

Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, phasage du chœur de la chapelle.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Rugney, commanderie des Templiers de Xugney, phasage du chœur de la chapelle.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 245-246.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Rugney (Vosges). Commanderie des Templiers de Xugney » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12279

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals