Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Opérations de terrain

Vienne (Isère). Cloître de Saint-André-le-Bas

Responsable d’opération : Emmanuelle Boissard
p. 250-251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion d’une campagne de restauration initiée par la ville de Vienne, la société Archeodunum a réalisé une étude préventive sur le cloître de Saint-André-le-Bas. L’intervention des archéologues a été conduite en coordination avec celles des entreprises de restauration, et intégrée dans le calendrier des travaux.

2Si, traditionnellement, la fondation de l’abbaye Saint-André-le-Bas est attribuée au vie s. de notre ère, le premier document mentionnant le monastère est un diplôme de Louis le Pieux, daté de 831. Au collège de chanoines fondé en 881 par le comte Boson V de Provence succèdent à la fin du xe s. des moines bénédictins installés par Conrad III le Pacifique. Des travaux de reconstruction et d’embellissement sont entrepris sous l’abbatiat d’Aquin (1150-1164) ; ils concernent notamment l’église et le cloître. Le cloître n’a été classé au titre des Monuments historiques qu’en 1954, après une importante campagne de restauration menée entre 1935 et 1938 par Jules Formigé.

3Le cloître de Saint-André-le-Bas présente la particularité d’être séparé de l’église abbatiale par une ruelle. Il se compose de quatre galeries entourant un préau central, l’ensemble adoptant un plan trapézoïdal vraisemblablement contraint par des constructions antérieures. Des colonnettes géminées alternant avec des piliers intercalaires ou d’angle reposent sur un mur bahut doublé d’un banc côté intérieur. Les fûts ouvragés, les chapiteaux et la corniche de couronnement affichent un décor sculpté d’une remarquable qualité. Les galeries sont couvertes d’un plafond charpenté conservant des traces de polychromie. Une porte couverte d’un arc en plein-cintre s’ouvre dans chacun des murs est, ouest et nord ; à l’origine, elles donnaient respectivement accès à la salle capitulaire, au réfectoire et sur un espace non identifié.

4L’étude des élévations a révélé l’existence d’un premier état antérieur à l’arcature sur mur bahut dans sa configuration actuelle, mais contemporain des accès à la salle capitulaire et au réfectoire, caractérisé par un niveau de plafond inférieur, et un probable étage superposé aux galeries. À ce premier état correspond une ­maçonnerie majoritairement composée d’un appareil mixte de briques en assises intercalaires et de moellons de calcaire et de gneiss schisteux, dont les joints creux chanfreinés ont été conservés sur le parement intérieur de la salle capitulaire. Diverses modifications ont été identifiées pour le xve s., notamment la mise en place du plafond polychrome, probablement contemporaine de la surélévation de niveau, et l’apposition d’un décor sculpté gothique au-dessus de la porte romane de la salle capitulaire. À cette époque pourrait également être attribué le remontage de l’arcature sur mur bahut romane. Différentes phases de transformations des accès ont par ailleurs été distinguées, elles correspondent aux restructurations des bâtiments conventuels encadrant le cloître, aujourd’hui disparus. Outre le mur sud qui fut entièrement reconstruit, certaines zones affectées par les travaux de restauration de Jules Formigé restaient mal connues car peu documentées ; elles sont dorénavant clairement localisées. La muséographie du lieu intégrera ces récentes découvertes dans le parcours de visite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Boissard, « Vienne (Isère). Cloître de Saint-André-le-Bas », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 250-251.

Référence électronique

Emmanuelle Boissard, « Vienne (Isère). Cloître de Saint-André-le-Bas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12307

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Boissard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuelle Boissard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals