Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Centre (Cher, Eure-et-Loir, Loiret). Cathédrales de Bourges, Chartres, Orléans

Responsable d’opération : Maxime L’Héritier
p. 252

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre du projet FECOMEDA, « le fer dans la construction médiévale : élaboration, distribution, altération », trois cathédrales du sud du domaine royal, Chartres, Bourges et Orléans, ont été prospectées afin d’évaluer les usages du fer dans leur construction. Des prélèvements, suivis d’analyses métallographiques, ont été réalisés afin de déterminer les origines techniques et géographiques des alliages ferreux mis en œuvre.

2La cathédrale de Chartres se distingue par l’utilisation de grandes agrafes dans sa construction, notamment à l’étage du triforium, où près de 400 barres crochetées sont employées pour joindre les pierres des deux premières assises des contreforts. Ces agrafes mesurent 4,5 à 5 cm de large pour 2 à 2,5 cm d’épaisseur et ont une longueur comprise entre 70 et 100 cm, soit une masse allant d’environ 5 à 8 kg par pièce. Si la mise en œuvre semble identique dans la nef et dans le chœur, montrant une unité tout au long de la construction de l’édifice entre 1194 et 1220, leur mise en forme est différente : les barres du chœur sont écharpées contrairement à celles de la nef, témoignage d’une évolution dans les techniques de forge au cours du chantier. La première campagne de prélèvements a concerné 74 tenons et crochets situés autour des oculi des baies hautes du chœur, dont la fonction reste à élucider (fixation d’une protection provisoire de chantier ?). Les analyses métallographiques ont montré qu’il s’agit d’un métal hétérogène (fer, acier, inclusions), souvent phosphoreux. Les tenons comme les crochets sont bien en fer de réduction directe, ce qui est compatible avec une installation au début du xiiie s. La composition en éléments traces des inclusions de scories montre une évolution dans les sources d’approvisionnement en fonction des travées. Faute de zone de production identifiée archéologiquement à proximité de Chartres, les signatures chimiques n’ont pu être reliées à celles des ateliers de production. De futures campagnes de prélèvement concerneront les goujons des colonnettes en délit de l’avant-portail (xiie s.) actuellement en restauration ainsi que les agrafes du triforium (xiiie s.).

3À la cathédrale de Bourges, les deux ensembles les plus significatifs sont la chaîne du début du xiiie s. qui passe sous les colonnettes du triforium et s’arrête au niveau de la rupture Branner (6e travée) ainsi que des grandes barres sur les murs diaphragmes dans les combles au même étage (datation incertaine). Les travaux de restauration en cours sur le haut comble permettront de se prononcer sur la présence d’un chaînage périphérique au sommet de la cathédrale. La chaîne du triforium se compose d’au moins 103 chaînons visibles, assemblés par un système de mortaise et crochet. Ils mesurent 70 à 110 cm de long pour une section moyenne d’environ 4 x 2 cm, s’évasant en queue d’aronde aux extrémités. Ils ont une masse comprise entre 5 et 9 kg pièce, similaire à la masse des agrafes de Chartres. Soixante prélèvements ont été réalisés sur ce chaînage et sont en cours d’étude. Les grandes barres des combles bas mesurent 4,5 m pour une section de 4,5 x 2,5 cm en moyenne, soit une masse d’environ 40 kg pièce. Des traces de forge et de soudure sont toutefois visibles à intervalles réguliers sur la plupart des barres, suggérant la soudure de modules plus petits pour leur réalisation. Quarante esquilles ont été prélevées et sont en cours d’analyse ainsi que l’intégralité d’une des barres pour étudier la manière dont elle a été forgée (soudure de multiples loupes ?). La suite du projet prévoit enfin de comparer la signature chimique de ces fers avec celle des ferriers retrouvés en forêt d’Allogny (prospections N. Dieudonné et J.-L. Bordeloup) et avec celle des sites de production retrouvés par C. Dunikowski à proximité de l’abbaye de Noirlac, afin d’appréhender le marché régional du fer à la fin du Moyen Âge.

4Pour la cathédrale d’Orléans, reconstruite aux xviie et xviiie s. après les destructions huguenotes du milieu du xvie s., plusieurs chaînages ont été découverts à la base et au sommet des tours de façade, à la suite des restaurations de 2009. Les quantités de fer mises en œuvre, ainsi que la dimension des pièces utilisées dans cette construction de style gothique bâtie à l’époque moderne, sont sans commune mesure avec les édifices médiévaux. Pour le chaînage bas de la façade (fin xviiie s.), chaque élément mesure environ 9 m de long pour une section de 8,5 x 8,5 cm et pèse donc près d’une demi-tonne, soit un total de 15 t. de fer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime L’Héritier, « Centre (Cher, Eure-et-Loir, Loiret). Cathédrales de Bourges, Chartres, Orléans », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 252.

Référence électronique

Maxime L’Héritier, « Centre (Cher, Eure-et-Loir, Loiret). Cathédrales de Bourges, Chartres, Orléans » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 28 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12339

Haut de page

Auteur

Maxime L’Héritier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime L’Héritier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals