Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Normandie (Calvados et Eure). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes

Responsable d’opération : Jean-Baptiste Vincent
p. 253-257

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2010
Haut de page

Texte intégral

1Une étude des abbayes cisterciennes de Normandie (corpus de 23 sites médiévaux), menée dans le cadre d’un doctorat à l’université de Rouen, a débuté fin 2008 avec l’objectif de dépasser les seuls critères architecturaux et reconsidérer ainsi des sites délaissés du fait de la rareté voire de l’absence de vestiges. La prise en compte de l’implantation du monastère dans le paysage environnant éclaire les choix stratégiques liés à la topographie religieuse, aux voies de communication, à la question de l’approvisionnement en eau. Dans ce cadre, des relevés topographiques sont réalisés afin de déterminer les aménagements du terrain naturel, leurs fonctions, etc. La limite d’intervention est normalement restreinte à l’intérieur du mur d’enceinte, pouvant représenter jusqu’à une trentaine d’hectares ; le relevé est effectué au-delà de ce périmètre lorsque des zones étendues peuvent être mises en relation avec l’abbaye (zones d’extraction et surtout milieux aquatiques asséchés ou non). Des prospections pédestres ont permis d’évaluer le type d’études appropriées au site, les aménagements fossoyés préalables aux constructions de l’abbaye, ainsi que les infrastructures hydrographiques et les réseaux hydrauliques. D’autres méthodes ont été employées afin de répondre aux nombreuses problématiques liées à un complexe monastique : la prospection électrique pour localiser des infrastructures conventuelles ainsi que définir leurs plans ; l’archéologie du bâti pour appréhender l’architecture interne et le plan général (complété à l’aide de l’étude des sources écrites). Sept abbayes cisterciennes ont déjà fait l’objet d’un relevé : Barbery, Saint-André-en-Gouffern, le Val-Richer et Villers-Canivet dans le Calvados ; Fontaine-Guérard, Mortemer et la Noé dans l’Eure.

Basse-Normandie

Barbery (Calvados). L’abbaye Notre-Dame de Barbery

2L’abbaye Notre-Dame de Barbery est implantée à mi-pente du versant ouest d’un vallon étroit de faible déclivité. Le ruisseau « le Val Clair » prend sa source à quelques kilomètres vers le sud et traverse l’enclos monastique pour ensuite pénétrer dans la forêt de Cinglais où le relief se durcit sévèrement. Un prieuré de l’abbaye de Savigny, fondé en 1140, rattaché à l’ordre de Cîteaux en 1147, est à l’origine du monastère, fondé entre 1176 et 1181 : les bâtiments du prieuré, éloignés de 900 m de l’abbaye, prennent alors certainement la fonction de grange. Sur le site de l’abbaye, installée sur un versant peu prononcé, une série de plateformes a permis de créer une succession de niveaux entre les différents édifices conventuels. L’abbaye conserve encore des ruines remarquables, à l’intérieur d’un espace clôturé de 8,2 ha. Le carré claustral, aujourd’hui disparu, peut être restitué grâce aux différents vestiges. Le pignon septentrional de l’aile des convers est composé de deux baies bouchées, de traces d’arrachement d’arcs formerets, de culots centraux, chapiteaux d’angle et des murs gouttereaux. À l’angle est du pignon, un infime vestige d’un angle du cloître est caractéristique de par ses pilastres moulurés de l’époque moderne, marquant le départ de voûtes. L’abbatiale est dévoilée par l’arase du gouttereau nord de la nef et par le porche occidental conservé sur quelques mètres de hauteur. Celui-ci, à l’extérieur, conserve en grande partie le narthex, où des traces permettent de déceler le voûtement de cinq travées sur nef unique, avec au centre l’accès principal aujourd’hui muré, les arcs formerets encadrant des voussures formant des trilobes. À l’extérieur du carré claustral, est conservée une hôtellerie exceptionnelle qui fait référence pour la Normandie cistercienne de la première moitié du xiiie s. ; elle est composée de quatre pièces avec cheminées monumentales, sur deux niveaux, ainsi qu’un bas-côté longeant la totalité SO du bâtiment. Enfin, un édifice recouvert de végétation montre de nombreux indices permettant de l’identifier comme la porterie. Tous ces éléments ont été cartographiés et étudiés, permettant la restitution des trois grands pôles bâtis qui composent une abbaye ; l’ensemble, mis en relation avec les anciens axes de circulation, atteste entre autre d’une délocalisation de la porterie moderne. Enfin, le « Val Clair » est canalisé à ciel ouvert dès son franchissement de l’enceinte, pour former un étang creusé par élargissement du lit de la rivière et barrer par une digue maçonnée où est construit un moulin moderne. L’eau est ensuite acheminée à l’extrémité du site vers un second moulin, de la même période que le premier, par une canalisation certainement moderne (nombreuses colonnettes engagées retrouvées dans la maçonnerie). Le réseau médiéval n’est à ce jour plus visible, mais doit certainement avoir été repris à l’époque moderne.

Hoguette (La) (Calvados). L’abbaye de Saint-André-en-Gouffern

3Située à moins de 5 km au SE de Falaise, l’abbaye de Saint-André-en-Gouffern est une fondation savinienne de 1131 qui devient cistercienne en 1147. Tout comme l’abbaye de Barbery, l’implantation se fait dans un petit vallon, avant une forte accentuation générale de la topographie environnante. Cette abbaye masculine possède encore des vestiges importants comme un petit bâtiment appelé hôtellerie, dont les arrachements de voûtes sont conservés, probablement en relation avec les négatifs d’une partie de la porterie. La totalité du site occupe une superficie de 8,4 ha délimités par de puissants murs de clôture. Enfin, l’aile des convers, en partie réaménagée durant la période moderne, est presque complète avec, à l’extrémité, le réfectoire intact. Au nord de cette aile, les vestiges d’un narthex, d’une tourelle d’angle et le départ de l’abbatiale sont encore visibles. Ces données, ainsi que les éléments architecturaux du cloître sur le gouttereau est du bâtiment des convers, permettent de proposer une restitution assez fiable du carré claustral. Ceci est corroboré par les informations recueillies lors de la prospection géophysique, qui mettent en évidence le plan de l’abbatiale correspondant parfaitement à la microtopographie. Le transept septentrional est maintenant localisé, ainsi que le plan du chevet qui prend la forme d’une abside. Au sud de l’église, l’aile des moines ferme l’angle du cloître, donnant ainsi une structure carrée à plus ou moins 2 m. Enfin, l’aile du réfectoire est plus difficile à resituer à cause d’un manque d’information de type architectural au niveau du cloître, alors que nous avons la cheminée ancrée dans le gouttereau du réfectoire des convers, indiquant la présence de la cuisine monastique. À la perpendiculaire du bâtiment des moines, vers l’est, un édifice, dont l’arase d’un mur est encore conservée, pourrait correspondre aux latrines. L’adaptation au terrain naturel est assez aisée du fait d’une implantation en bordure de vallon peu prononcé demandant de ce fait peu de nivellement. Néanmoins, un dénivelé de 3 m entre les terres maintenues par l’aile des convers et le niveau actuel du cloître témoigne du creusement effectué ainsi que de l’aplanissement. L’étang alimenté par le « Traîne-Feuilles » est formé par un endiguement important, certainement maçonné durant la période moderne, barrant ainsi le vallon d’est en ouest. Ce bassin alimente une canalisation, inexplorée car trop étroite, qui devait récupérer les eaux usées du monastère, tandis qu’à quelques mètres des bâtiments une source apportait l’eau quotidienne destinée aux cuisines et au lavabo du cloître.

Saint-Ouen-le-Pin (Calvados). L’abbaye du Val-Richer

4À une dizaine de kilomètres à l’ouest de Lisieux, l’abbaye du Val-Richer domine une vallée étroite. Entouré de bois et de bocages, le site a totalement été remanié et les bâtiments complètement détruits après la Révolution française. La première implantation de l’abbaye, dans la vallée de la Souleuvre – à l’est de Saint-Lô et Vire –, est rapidement abandonnée au milieu du xiie s. au profit du site du Val-Richer, avec un type d’implantation particulier pour la Normandie. À mi-hauteur du flanc SO d’une vallée très prononcée, par des pentes abruptes et un talweg étroit, un éperon argileux est formé grâce à deux vallons secondaires reliant la vallée. De nombreuses plateformes sont nécessaires afin d’implanter les bâtiments monastiques, ainsi que des étangs. Il est aujourd’hui difficile de délimiter l’emprise exacte du site du fait de la destruction totale du mur d’enceinte, cependant il est possible d’estimer à environ 18 ha sa superficie. La terrasse principale est formée par écrêtage de la butte, laissant ainsi une surface assez grande pour la construction des bâtiments conventuels. Une prospection géophysique a permis de localiser des structures, dont les formes ne permettent pas d’identifier avec certitude les édifices du cloître. Le réseau hydraulique et hydrographique est très particulier à cause du relief, mettant en avant les deux grandes techniques de création d’étangs, par endiguement et par creusement. L’un a d’ailleurs nécessité la création d’une plateforme dans une forte pente, qui fut ensuite creusée en profondeur afin de créer un bassin. L’approvisionnement en eau propre est aisé pour l’abbaye du fait de la proximité de deux sources situées en amont avec un dénivelé de plus de 12 m.

Saint-Ouen-le-Pin, l’abbaye du Val-Richer, étude topographique.

Saint-Ouen-le-Pin, l’abbaye du Val-Richer, étude topographique.

Villers-Canivet (Calvados). L’abbaye de Villers-Canivet

5À l’ouest de Falaise, le prieuré de Villers-Canivet accueillait une communauté de femmes à partir de 1127-1140. Cette fondation savignienne sera promulguée abbaye royale en 1681. Aujourd’hui, les bâtiments encore en élévation sont la porterie et un logis des prêtres en partie médiéval, un pan du cloître et une grange moderne, et surtout un réseau de canalisations presque complet. L’implantation est localisée au début de la formation d’un long vallon formé par la rivière « le Torp », prenant sa source à l’intérieur de l’étang principal. Actuellement d’une superficie de 4,4 ha, il est en partie envasé avec la formation d’un couvert végétal qui témoigne d’un espace plus vaste de 7,6 ha. L’étang se situe dans un endroit stratégique, facilitant sa formation, c’est-à-dire en tête de vallon, à l’endroit où les versants commencent à se former. On le constate grâce aux altitudes prises au niveau des berges et dans l’étang. Sur la rive SO, il n’y a pas de délimitation franche entre le bord et le niveau de l’eau. La topographie de la partie localisée entre le plan d’eau et la forêt est très plate, montrant l’amorce du vallon. De plus, les points altimétriques de l’étang révèlent sa forme générale interne, qui est en pente douce ; vers le centre, on retrouve la ligne de rencontre des deux versants. Afin de retenir toute cette eau, une digue a été construite barrant et épousant dans la largeur les deux versants. Aucun vestige médiéval des bâtiments conventuels n’a survécu aux réhabilitations et aux destructions. Un plan du xviiie s. montre la reconstruction de l’abbaye à cette période, authentifiée par la prospection géophysique. L’intérêt du document est qu’il fait un état des lieux de la reconstruction de l’abbaye à l’époque moderne avec des figurés localisant les bâtiments anciens réutilisés (comme l’abbatiale), ceux reconstruits et ceux en cours. Il permet de localiser précisément l’abbatiale et d’émettre des hypothèses de restitution de par sa localisation, son contexte topographique qui restreint l’implantation des édifices conventuels si l’on veut rester dans un schéma type, enfin l’apport des réseaux hydrauliques encore existants. Ce réseau de canalisations est le plus développé des abbayes cisterciennes du Calvados. Un collecteur principal haut de 2,7 m et large de 1,01 m est alimenté par une source, qui longe le bas du talus barrage pour se jeter dans « le Torp ». Il existe deux réseaux secondaires de factures différentes, l’un est de petite dimension (H : 0,68 m / L : 0,80 m) et débouche à mi-hauteur du collecteur, le second (H : 0,88 m / L : 0,5 m) est voûté en plein-cintre ; ils étaient alimentés par des sources, pour certaines actuellement taries. Ces réseaux, certainement médiévaux, ont subi quelques réaménagements à la période moderne, avec une construction semi-circulaire permettant de soutenir la voûte du collecteur qui doit supporter une pile du cloître moderne.

Haute-Normandie

Radepont (Eure). L’abbaye de Fontaine-Guérard

6À mi-chemin entre la commune de Radepont et celle de Douville-sur-Andelle, l’abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard trouve son origine dans un prieuré bénédictin fondé en 1135 par Amaury Ier de Meulan à Radepont. Il faut attendre la fin du xiie s. et le rattachement à l’ordre de Cîteaux (1189) pour assister au véritable développement de la fondation : aucune construction ne paraît datable de la première moitié du xiie s.

7Encadrée au nord par le versant de la vallée, et au sud par l’Andelle, l’implantation de l’abbaye se fait dans un espace réduit de 5,8 ha mais largement suffisant pour les différentes constructions. De forme rectangulaire, le territoire permet une construction en escalier des édifices, ainsi le versant nord de nature calcaire est entaillé pour aménager une plateforme accueillant l’abbatiale qui se trouve ainsi plus haute d’environ 1 m que l’aile des moniales. L’hydrographie du site a largement été modifiée lors de la transformation de l’abbaye en filature après la Révolution française ; le cours naturel de la rivière est dévié, mais son ancien tracé plus au sud subsiste toujours dans le paysage. Au milieu du site, une source jaillit et se transforme en un ruisseau creusé à l’époque de la manufacture pour être récupéré à quelques dizaines de mètres par l’Andelle. Sur d’anciens plans montrant les bâtiments monastiques de l’abbaye durant la période moderne, la source passe sous les bâtiments conventuels, et peut donc être utilisée comme eau à usage alimentaire. Lors de l’arrachement d’une souche d’arbre par les propriétaires, une canalisation de 1,6 m de haut pour 0,86 m de large a été éventrée sur une partie de l’extrados de la voûte. Il est probable que nous soyons en présence d’un collecteur captant une partie de l’eau de l’Andelle et passant sous un long bâtiment à la perpendiculaire de l’aile des moniales.

8L’état des vestiges de l’abbaye de Fontaine-Guérard en fait un site de comparaison pour la Normandie. L’abbatiale, l’aile des moniales ainsi qu’une chapelle sur cave sont inégalement conservées. En premier lieu, l’abbatiale est construite entre la fondation de l’abbaye et 1218, date de consécration de celle-ci. Il est fortement probable que ce soit le premier édifice construit, faute de mentions ou d’éléments architecturaux pouvant révéler des relations de chronologie relative sur le site. L’aile des moniales est construite après l’abbatiale, puisque les murs gouttereaux sont appuyés contre les contreforts de l’église. Le pignon nord du dortoir est ensuite rehaussé afin de pouvoir insérer la charpente et un contrefort passant en son milieu appartient à l’église. Grâce à une étude de dendrochronologie, une première phase de construction a pu être datée de 1216-1224. Cependant, les aubiers sont soit partiels, soit endommagés par les insectes xylophages, soit entamés par l’équarrissage, et ne permettent pas une datation à l’année près. Il est clair que le site a connu une période de construction en continu, mais sans un programme de construction cohérent. Les bâtiments sont édifiés les uns après les autres sans pour autant que les départs de maçonneries utiles aux jonctions des édifices soient prévus. Il en est de même pour l’aile du réfectoire, où l’on constate par les arrachements que la cheminée n’est pas initialement pensée dans le gouttereau de l’aile des moniales, les bâtisseurs ont dû tailler dans la façade pour l’inclure.

Lisors (Eure). L’abbaye Notre-Dame de Mortemer

9À une trentaine de kilomètres au SE de Rouen, dans le parc forestier de Lyons-la-Forêt, l’abbaye Notre-Dame de Mortemer est un monastère d’hommes, fondé en 1134 à la demande d’Henri Ier Beauclerc, du de Normandie et roi d’Angleterre, implanté dans une vallée étroite et marécageuse appelée vallis Mortuimaris. Devenant fille de l’abbaye d’Ourscamp (fille de Clairvaux) en 1137, l’abbaye de Mortemer est la première fondation cistercienne de Normandie. Plusieurs mentions du cartulaire décrivent ce lieu comme une vallée humide et marécageuse, où les sources abondent. Trois ermites vivant déjà sur les lieux sont intégrés à la communauté naissante. Les bâtiments abritant ces anachorètes sont réutilisés et réaménagés pour l’accueil du groupe dans l’attente des constructions définitives. Les sources à disposition pour le premier siècle de l’abbaye sont très importantes. Le document majeur est son cartulaire et surtout sa chronique qui relate la vie des abbés de 1130 à 1205.

10Le site est caractérisé par une implantation en fond de vallée étroite et profonde. L’hydrographie et la topographie du site actuel laissent penser à un aménagement en profondeur, et donc des travaux préalables importants. Le relevé topographique mené sur ce site a permis de comprendre les différents aménagements afin de créer un certain nombre de terrasses à l’intérieur du mur d’enceinte pour les édifices. Les trois grands pôles que compose l’abbaye, à savoir le complexe du cloître, de la porterie et des bâtiments économiques, sont sur des plateformes différentes, avec un sous-ensemble pour les bâtiments conventuels, l’ensemble occupe 15 ha et est entouré par un mur de clôture. Ces terrasses ont été réalisées, dans la grande majorité des cas, par décaissement sur le versant nord composé de calcaire, pouvant permettre l’extraction de cette roche pour le blocage des édifices. Dans certains cas, on retrouve des nivellements et des apports de terres afin de prolonger les terrasses. Concernant les trois étangs, l’un a été formé en noyant le fond de la vallée par la construction d’une digue ; les deux autres ont été creusés par élargissement de la rivière du « Fouillebroc », avec une digue centrale les rendant indépendants. À la sortie des étangs, une canalisation (H : 110 cm / l : 54 cm / L : 150 m) a été construite dans le lit de la rivière puis remblayée sur 3 m de hauteur. Sur son parcours, un regard médiéval sous forme d’une chambre permet d’y accéder, avec à la perpendiculaire un réseau secondaire de plus petite dimension partant en direction des bâtiments conventuels.

11Le potentiel archéologique en sous-sol et en élévation de l’abbaye de Mortemer est considérable. Le plan de l’abbatiale est visible, ainsi que le phasage de construction entre la nef et le chœur mentionné par le cartulaire. Les vestiges du gouttereau ouest et de quelques fragments à l’est de l’aile des moines permettent d’appréhender l’organisation interne de l’édifice, ainsi que les différentes phases chronologiques qui la composent. À la perpendiculaire de ce dernier, un bâtiment a pu être localisé par une prospection géophysique, les sources médiévales et modernes le désignent comme l’infirmerie.

Bonneville-sur-Iton (La) (Eure). L’abbaye de La Noé

12Située dans la vallée de l’Iton, à une dizaine de kilomètres à l’est d’Évreux, l’abbaye Notre-Dame de La Noé est fondée par Mathilde l’Emperesse en 1144. Le premier abbé, fondant l’abbaye dans cette vallée marécageuse, lui donne le nom « Noé », qui provient du terme « Noue » désignant un lieu humide. L’abbaye de La Noé se trouve au fond d’une vallée, large d’environ 740 m et de 1460 m au sommet des deux versants, traversée par l’Iton. Le site choisi pour l’implantation de l’abbaye est localisé en contrebas du versant nord à une hauteur moyenne de 81 m. Le domaine, de forme rectangulaire, s’étend sur 1070 m de long d’est en ouest et sur 320 m au plus large du nord au sud, donnant une superficie moyenne de 34,24 ha.

13L’abbaye est rejetée contre le versant NO et se trouve bloquée au sud par l’un des bras de l’Iton. Le terrain étant naturellement plat, peu de terrassements ont été nécessaires pour l’implantation des édifices monastiques, sauf au niveau du versant qui a dû être rogné puis maintenu par un mur de soutènement. L’hydrographie générale est complexe à cause des nombreuses subdivisions de l’Iton et des réaménagements non datables. Un des cours d’eau longe l’abbaye à environ 40 m au sud de l’abbatiale. Sa fonction principale est de récupérer les eaux usées des bâtiments conventuels ainsi que desservir le moulin du Cativet. Étant donné la proximité de ce cours d’eau avec les bâtiments conventuels et l’importance de l’Iton, le fait d’avoir sur le site deux bras bien distincts permet une meilleure gestion de l’eau et une régulation du débit. Au cours de son tracé, on peut observer que le creusement d’un canal a permis d’agrandir la plateforme et d’éloigner ainsi l’eau des bâtiments conventuels. L’étang de La Noé ne serait effectivement pas une structure médiévale (les sources et les plans modernes n’en font absolument pas mention) et pourrait plutôt être un étang de carrière. Les vestiges architecturaux sont peu nombreux : un vestige partiel du bas-côté sud de l’abbatiale ainsi qu’une cave creusée dans le calcaire du versant NO, avec une porte flanquée de deux contreforts. Les devis et travaux du xviiie s. permettent de restituer une partie des bâtiments grâce aux côtes réalisées par les différents corps de métiers avant reconstruction du site.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Ouen-le-Pin, l’abbaye du Val-Richer, étude topographique.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Vincent, « Normandie (Calvados et Eure). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 253-257.

Référence électronique

Jean-Baptiste Vincent, « Normandie (Calvados et Eure). Études topographiques et architecturales d’abbayes cisterciennes normandes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12347

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Baptiste Vincent

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals