Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise

Responsable d’opération : Marie Valenciano
p. 257-258

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un travail universitaire consacré aux édifices religieux du site d’Ugium, une opération archéologique a été menée dans la ville basse de Saint-Blaise. Il s’agit de l’église mise au jour par Henri Rolland et connue habituellement sous le vocable de Saint-Vincent. Renommée pour l’étude « église A de la ville basse », elle a fait l’objet de plusieurs interventions (décapage superficiel, sondages, nettoyage et relevés de coupes). Sans toucher à des zones indemnes de fouilles, nos travaux, qui permettent de proposer un premier phasage (fig.) de l’occupation de cet édifice, devront être confirmés par des investigations complémentaires.

2Après un nivellement complet du secteur et la mise en place de fondations profondes altérant les vestiges gaulois sous-jacents, une première phase, très lacunaire (ve s. ?) a été repérée. Elle regroupe plusieurs murs épars reliés à l’ouest par le substrat calcaire retaillé, et auxquels on peut associer des sols en béton de tuileau. Il est impossible de déterminer la longueur du bâtiment, d’en saisir les éventuelles subdivisions internes ou même la fonction. D’importants aménagements marquent une seconde phase qui matérialise le caractère sacré de cet édifice que l’on peut dater du courant du ve s. : chœur surélevé de plan absidial, installation d’une barrière de chancel prolongé d’une solea, sol dallé dans la nef, mosaïque polychrome dans le chevet. L’état 3, qui s’étendrait sur tout le vie s., marque l’agrandissement de l’édifice qui se voit, sur son flanc nord, pourvu d’une annexe et d’un portique utilisé pour la circulation des fidèles. Une porte monumentale marque à présent l’entrée de l’église, sur ce même côté nord. La fin de l’occupation paléochrétienne de ce secteur de Saint-Blaise, qui ne paraît pas aller au-delà du début du viie, se traduit par un retour à la fonction domestique des bâtiments utilisés à nouveau comme lieu de dépotoir. Un long mur bâti à la terre caractérise la partition longitudinale de la nef et son abandon probable comme espace de culte.

Saint-Mitre-les-Remparts, Saint-Blaise, phasage des structures mises au jour au sein de l’église A de la ville basse.

Saint-Mitre-les-Remparts, Saint-Blaise, phasage des structures mises au jour au sein de l’église A de la ville basse.

M. Valenciano

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Mitre-les-Remparts, Saint-Blaise, phasage des structures mises au jour au sein de l’église A de la ville basse.
Crédits M. Valenciano
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 257-258.

Référence électronique

Marie Valenciano, « Saint-Mitre-les-Remparts (Bouches-du-Rhône). Saint-Blaise » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12351

Haut de page

Auteur

Marie Valenciano

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie Valenciano

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals