Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Tour Bellegarde

Responsable d’opération : Sandrine Claude
p. 260

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Une opération préventive réalisée à l’occasion de la restauration de l’élévation occidentale de la tour Bellegarde et de la courtine attenante a permis d’effectuer un relevé intégral et une analyse de bâti de vestiges de l’enceinte urbaine, élevée autour de l’ancien faubourg Bellegarde de la ville d’Aix à l’extrême fin du xive s. ou au début du siècle suivant.

2La tour quadrangulaire et la courtine, contemporaines l’une de l’autre, présentent des maçonneries fourrées, liées en besace. Appareillées avec des moellons équarris de taille moyenne, disposés en assises réglées, leurs élévations restent assez peu uniformes du fait de l’utilisation de matériaux hétérogènes, travaillés avec plus ou moins de soin. Sensiblement plus soigné, le parement occidental de la tour est structuré par des assises plus régulières où la pierre de taille – un calcaire coquillier – est réservée aux arêtes de l’édifice et à ses organes de défense, notamment l’encadrement des archères cruciformes à étrier. Deux d’entre elles, qui s’ouvrent à l’aplomb l’une de l’autre, renseignent sur la distribution intérieure de la tour ; une troisième archère, identique, ajoure la courtine dans la continuité du niveau de percement inférieur. Le calcaire coquillier a aussi été utilisé pour les mâchicoulis sur consoles à ressauts, formant, en couronnement de la tour, un chemin de ronde extérieur. Enfin, les angles extérieurs de ce volume, mais également son angle intérieur SO, élevé sur l’arase de la courtine, ont été pareillement renforcés par des chaînes de pierres de taille montées en besace. La courtine a conservé, au contact de la tour Bellegarde, son élévation originelle.

3Au Moyen Âge, la tour Bellegarde et sa courtine occidentale, doublées au nord par un large fossé défensif, sont dégagées de tout le bâti environnant. Les transformations dont elles font ultérieurement l’objet trahissent un abandon du dispositif défensif, progressivement colonisé par l’habitat et percé de nouvelles baies. Cette évolution n’est consignée sur les plans de la ville qu’en 1824, mais elle est probablement antérieure.

Aix-en-Provence, élévation de la tour Bellegarde (mur occidental) et de sa courtine.

Aix-en-Provence, élévation de la tour Bellegarde (mur occidental) et de sa courtine.

Rel. Claire Auburtin, Jeanne Belgodère, Aurélie Bouquet, Sandrine Claude, Charlotte Mela, Marc Panneau, Mission archéologique

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, élévation de la tour Bellegarde (mur occidental) et de sa courtine.
Crédits Rel. Claire Auburtin, Jeanne Belgodère, Aurélie Bouquet, Sandrine Claude, Charlotte Mela, Marc Panneau, Mission archéologique
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Tour Bellegarde  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 260.

Référence électronique

Sandrine Claude, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Tour Bellegarde  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12375

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals