Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Beaufremont (Vosges). Le Château

Responsable d’opération : Jean-François Proquin
p. 264-265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le site du château de Beaufremont fait l’objet d’un chantier annuel d’étude du bâti depuis 2006. Après une opération triennale sur l’aménagement, au xve-xvie s., d’éléments périphériques du château (ponts-levis et tour du rempart nord, 2006-2008), les chantiers effectués en 2009 et 2010 se sont concentrés sur ce qui constitue aujourd’hui le cœur des vestiges conservés sur la plateforme castrale : appuyé contre la courtine nord du château, un vaste bâtiment quadrangulaire (20 m x 14 m) qui comptait à l’origine deux niveaux d’habitation et un niveau de grenier sous une toiture atteignant 17 m de hauteur. Un inventaire, rédigé en 1565, permet de désigner cette construction comme le logis seigneurial. Les sources textuelles et les éléments décoratifs de façade orientent vers une datation de la fin du xve s. Récemment, un décor héraldique représentant les armoiries de Claude d’Aarberg-Valangin (possesseur de la seigneurie de 1487 à 1518) et l’analyse dendrochronologique réalisée sur les solives d’un plafond encore en place (date d’abattage postérieure à 1461) sont venus confirmer cette hypothèse.

2Dès lors, l’objectif du chantier était de cerner l’histoire du bâti de cet édifice – caractérisé à première vue par l’homogénéité de sa construction, et ce malgré les aménagements modernes qui ont modifié sa structure et les espaces de circulation internes – et de confronter ces données aux informations de l’inventaire de 1565 et plus généralement à l’ensemble des sources textuelles (malheureusement, aucun registre de compte n’a été conservé). La méthodologie retenue a été celle du relevé manuel selon la technique des repères orthonormés. La façade sur cour a été relevée intégralement pierre à pierre ; en revanche, pour les élévations intérieures qui étaient enduites, on a privilégié les éléments structurants (ouvertures, traces d’arrachement, niveaux de planchers, décors peints…).

3La partie la plus évocatrice du logis, malgré les aménagements modernes qui en ont profondément bouleversé la lecture, est sa façade sud qui donne sur la cour du château. Le relevé pierre à pierre a mis en évidence un arasement à mi-hauteur du premier étage, le percement de nouvelles ouvertures ou l’élargissement de celles existantes. Hormis ces transformations, la façade, réalisée en calcaire blanc extrait localement et mis en œuvre à joints maigres, présente une grande homogénéité de construction. Sa composition respecte la structure interne, avec deux niveaux de quatre fenêtres à croisée correspondant aux travées du logis. Le décor se limite à la triple mouluration torique retombant sur des bases prismatiques de la porte piétonne au rez-de-chaussée et aux deux panneaux – décorés d’une accolade torique soutenue par un trilobe servant de cadre à un écu sans décor – des linteaux des deux fenêtres qui encadrent la porte. Le relevé a également mis en évidence la mise en œuvre de la pierre, en particulier des marques lapidaires faisant référence à des gabarits de hauteur d’assise et un niveau horizontal de trous de boulin à 4 m du sol.

4Les élévations intérieures, quant à elles, ont été réalisées avec deux faciès de pierre : les éléments remarquables sont réalisés avec le calcaire blanc adapté à la taille utilisé en façade. Le reste des maçonneries est élevé en moellons de calcaire ocre, extraits localement. Peu esthétiques, ces murs étaient ensuite recouverts d’un enduit blanc, puis l’ensemble de la construction était badigeonné d’un lait de chaux qui uniformisait le tout. Parmi les observations qui ont pu être faites, on notera qu’au moins deux pièces du logis recevaient un décor peint : la chambre à l’étage possédait un décor de bandes verticales peintes alternativement de couleurs jaune et rouge, imitant des lés de tapisserie et faisant référence aux armoiries de Beaufremont ; la chambre lui faisant écho, au rez-de-chaussée, a livré le fragment de décor héraldique ainsi qu’un graffiti en minuscules gothiques. Les opérations d’archéologie du bâti menées en 2009 et 2010 vont permettre la rédaction d’une synthèse en 2011.

Beaufremont, le Château, logis seigneurial, façade sud.

Beaufremont, le Château, logis seigneurial, façade sud.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Beaufremont, le Château, logis seigneurial, façade sud.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12407/img-1.jpg
Fichier image/, 302k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Proquin, « Beaufremont (Vosges). Le Château », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 264-265.

Référence électronique

Jean-François Proquin, « Beaufremont (Vosges). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12407

Haut de page

Auteur

Jean-François Proquin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-François Proquin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals