Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Blois (Loir-et-Cher). Le Château – la tour et les terrasses de Foix

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 265-266

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Cette étude constitue la deuxième année d’un projet de fouille programmée sur les parties médiévales du château, essentiellement des constructions en sous-sol, moins touchées par les restaurations du xixe s. La première année a été consacrée à une étude documentaire et à un examen du potentiel archéologique des bâtiments composant l’ensemble.

2En 2010, la première intervention, reprenant en partie les observations de Frédéric Lesueur lors de sa fouille de 1906, a été orientée vers les terrasses et la tour de Foix. Reprenant sans doute une enceinte plus ancienne, celle-ci est la seule tour de l’enceinte castrale érigée en dur dans la première moitié du xiiie s. Elle formait alors l’angle SO du château, surplombant la ville basse au sud. De forme circulaire, elle possède trois étages couverts par des coupoles avec un oculus central pour les deux premiers niveaux. Chaque étage était muni d’archères à niche avec des fentes de tir en étrier pour les deux premiers et en forme de rame pour le dernier étage. Le rez-de-chaussée comportait également une poterne accessible depuis l’extérieur de l’enceinte à l’ouest et protégée à l’intérieur par une succession de dispositifs tels des portes barrées depuis l’intérieur, un assommoir et un passage coudé couvert par une archère.

3À l’origine, l’entrée du premier étage de la tour s’effectuait via un escalier à vis mais ce système a été modifié lors de la construction du logis de la Chambre des Comptes, peut-être dans les années 1450. L’ancien rez-de-chaussée de la tour est désormais encaissé entre les nouveaux bâtiments ; le niveau de la cour intérieure a sans doute varié dans le même temps. La topographie a été profondément modifiée par la construction du bastion dit de Marie de Médicis entre 1617 et 1621. La poterne a été condamnée par le bastion qui s’appuyait contre la face ouest de la tour et le tronçon occidental de la courtine a été arasé, la nouvelle enceinte empiétant sur les anciens fossés. Cette transformation a été complétée par la construction, à partir de 1634, du palais de Gaston d’Orléans qui entraînait le rehaussement de la cour intérieure de 4 m environ. L’ancien rez-de-chaussée de la tour de Foix est devenu alors un niveau de sous-sol.

4L’étude sur le terrain a permis une meilleure caractérisation de la construction initiale de la tour et un premier phasage des transformations. L’essentiel du travail a consisté en un relevé topographique en trois dimensions dans le but de permettre une meilleure visualisation des différentes constructions et de fournir un fond de plan calé sur des orthophotos. L’ensemble de la documentation forme un corpus de données archéologiques, historiques et iconographiques qui devrait servir dans le cadre des futurs projets d’aménagement des terrasses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Le Château – la tour et les terrasses de Foix », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 265-266.

Référence électronique

Simon Bryant, « Blois (Loir-et-Cher). Le Château – la tour et les terrasses de Foix » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12423

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals