Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 266-267

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1En 2010, nous avons poursuivi les travaux menés depuis 2006 sur le grand donjon du xiie s., reconstruit à la fin du xive s., et sur ses abords, ainsi que sur les occupations antérieures (xe-xie s.) heureusement préservées sous les sols du donjon.

2Des informations importantes ont été rassemblées sur la construction de la motte, qui semble contemporaine de la première installation aristocratique (début xe s.). Le rebord de motte est structuré par des lits de moellons de craie déposés en gradins depuis le sol extérieur jusqu’au sommet de la plateforme. Chaque lit est associé à au moins un radier damé de craie pilée, en pente vers l’intérieur de la motte. Cette pente est donc de plus en plus forte au fur et à mesure que l’on monte. Le contact entre les moellons et les radiers n’est pas direct, peut-être en relation avec l’évolution d’une machine, de type « rouleau compresseur », pour damer les radiers successifs. Des trous de pieu placés dans cet intervalle, aux différents niveaux, pourraient être liés à cette opération mais ils ont également pu servir au raidissement du rebord de motte au fur et à mesure de sa construction. Grâce aux orientations des radiers damés, il est possible de reconstituer l’emprise de la première motte, davantage quadrangulaire que circulaire. La structure interne en amphithéâtre était peut-être destinée à drainer les eaux pluviales pour alimenter une citerne souterraine. Ces informations traduisent une fois de plus l’ampleur des travaux de construction de la motte qui ont nécessité à la fois une main-d’œuvre spécialisée et un lourd investissement en temps et en moyens financiers.

3Pour les phases les plus anciennes (xe s.), la fouille a confirmé, malgré la surface réduite, la densité et la diversité fonctionnelle des occupations. Les vestiges, largement préservés à l’emplacement du donjon roman, se présentent sous la forme de sols de terre battue structurés par des sablières et des empreintes de poteau. La partie SO est particulièrement soignée, à l’emplacement d’un bâtiment légèrement excavé avec entrée occidentale à auvent. On note plusieurs recharges de mortier de terre séparées seulement par une fine couche noire de piétinement, ce qui indique un nettoyage régulier. D’autres édifices, plus petits, se succédaient à l’ouest ; ils étaient adossés certainement au rempart de terre et de bois. Cet ensemble, dont la datation a été confirmée par une analyse 14C, a précédé un bâtiment plus vaste orienté E-O.

4La phase suivante (xie-première moitié du xiie s.) se caractérise par l’emploi plus abondant de la pierre comme matériau de construction et par une meilleure sectorisation des activités. En particulier, la zone sud, plus élevée dès l’origine, est le lieu d’implantation de constructions en pierre, avec une tour rectangulaire aux murs épais et un bâtiment avec cheminée, certainement plus bas et rectangulaire, implanté à l’ouest de la tour. Les activités artisanales (four, atelier textile) et domestiques (fosse de rejet de boucherie) semblent concentrées au centre de la motte.

5La fin de cette phase (première moitié du xiie s.) et les profondes modifications de l’organisation spatiale qui marquent la phase suivante sont en relation avec un important effondrement vertical au centre de la plateforme, peut-être provoqué par l’écrasement d’une salle souterraine, de type citerne, mise en place dès l’époque de la construction de la motte. Cet événement majeur semble avoir été suffisamment violent pour entraîner la chute de la tour et la détérioration des bâtiments situés aux alentours. Le site a pu être, au moins en partie, abandonné le temps de sa remise en état, ce qui a permis une prise en considération globale de la plateforme, d’où le nivellement général constaté les années précédentes pour l’interface entre ces deux phases.

6La construction du donjon roman, qui s’est implanté sur l’arasement du bâtiment en pierre rectangulaire et qui a réutilisé des pierres de la tour effondrée, a tenu compte de cet effondrement par la mise en œuvre de larges semelles de fondations aux endroits sensibles. Subcarré (10 m x 8,50 m dans œuvre et 14,35 m x 13 m hors œuvre) et associé à un puits circulaire au nord, ce grand donjon est renforcé, aux angles et au milieu de chaque mur, par des contreforts plats dont l’épaisseur varie entre 0,50 m (contreforts centraux) et 0,80 m (contreforts d’angle) et la largeur entre 0,90 et 1,30 m. Si l’on considère que la fondation retrouvée à l’est correspond bien au mur ouest d’une tour de flanquement SE, nous avons un château fort de forme rectangulaire avec un grand donjon dans le coin SO et trois tours de flanquement aux trois autres angles ; une courtine relie les différentes tours.

7Les relations entre la construction du donjon roman (milieu du xiie s.) et sa reconstruction à la fin du xive s. ont pu être précisées. Les indices convergent pour une reconstruction d’ampleur à partir d’un arasement du donjon roman. Seule la partie SE aurait été entièrement démontée par le creusement de l’angle de la butte, depuis l’extérieur et probablement jusqu’au sol, pour brancher une tour de flanquement avec des parements descendant jusqu’au pied de la motte. Le reste des constructions a été établi sur l’arasement, avec réutilisation de certains éléments, comme une baie dans le mur occidental. La reconstruction de l’ancien donjon au SO et la construction d’une nouvelle tour maîtresse au SE entraînent une modification profonde dans l’organisation spatiale de la plateforme qui privilégie maintenant la structure périphérique. Mais cela signifiait également un changement dans la manière de vivre au château puisque l’habitation à l’horizontale initiée par l’aula centrale du xiie s. a laissé place à une habitation verticale avec la tour SE et ses niveaux de vie. Les sources écrites indiquent le maintien du haut niveau résidentiel de ce château, qui voit naître vers 1425 Henri de Lorraine, troisième fils du comte de Vaudémont, qui deviendra évêque de Thérouanne puis prince-évêque de Metz.

8Ainsi, avec une structure de motte marquant une zone plus élevée dès l’origine, avec le bâtiment de bois très soigné du xe s., avec la tour et son hypothétique aula au xiie s., avec l’imposant donjon roman, avec la belle tour résidentielle et le donjon reconstruit de la fin du Moyen Âge, la partie sud de la plateforme apparaît comme la zone résidentielle – et certainement privilégiée – par excellence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 266-267.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12431

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals