Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Brie-comte-robert (Seine-et-Marne). Vieux Château

Responsable d’opération : Michel Piechaczyk
p. 267-268

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2010 clôturait le programme triennal de recherche portant sur l’implantation du château durant le dernier quart du xiie s. et l’évolution fonctionnelle de la tour sud. L’étude d’une fondation profonde d’un pilier, dans la cour est bâtie au xive s., amène à placer une galerie contre la façade du corps de logis NE. Un grand escalier droit dessert la Galerie Madame, qui relie maintenant la grande salle d’apparat à la nouvelle chapelle. Le mobilier archéologique a confirmé la richesse du décor des sols (carreaux de pavement estampés glaçurés) et des murs (enduits peints blasonnés) de cette galerie mentionnée à plusieurs reprises dans les comptes de la reine Jeanne d’Évreux. Durant la troisième période, après 1470, l’hôtel seigneurial fut entièrement reconstruit, après rehaussement général des niveaux, redistribution des espaces et des accès, et construction d’une vis d’escalier hors-œuvre.

2L’accès au château, par la porte de Brie, évolua au cours des siècles. À l’origine, si le passage au-dessus des douves reste hypothétique (passerelle mobile), la zone des lices précédant la porte était encadrée de murs latéraux. Ce passage fut élargi à la seconde période (courant xive s.) et le mur d’escarpe reçut un pont-levis, avec porte piétonne et porte charretière. L’accès à la poterne ouvrant sur les douves fut clos de murs. À la fin du xve s., ce passage vers la poterne bénéficia d’un pavage de grès identique à celui de l’entrée du château.

3La campagne 2010 a permis de débuter l’observation de pieux immergés, grâce au concours du Groupe de recherches archéologiques subaquatiques de l’Essonne. La position de ces pilotis, face à l’entrée, commence à dessiner le pont dormant associé au pont-levis. Des prélèvements pour une étude dendrochronologique accompagnent ce travail.

4La tour sud, tour d’angle de 8,44 m (26 pieds) de diamètre extérieur, sans escalier intérieur, présente une architecture complexe. Elle comporte deux accès : le premier direct, le second par un passage étroit en gaine, ménagé dans l’épaisseur de la courtine SO. La salle basse renferme un bassin ovoïde surmonté d’une croisée d’ogives supportant des murs qui cloisonnent l’espace en quatre compartiments. Les deux premiers, accessibles chacun par les salles A et B du logis, sont surmontés de voûtes d’arêtes. Le volume des deux autres compartiments s’ouvrait, en partie sommitale, à l’origine, sur le premier étage. Le bassin ovoïde est alimenté en eau par trois canaux soigneusement maçonnés de pierres taillées, dans les fondations même de la tour. Un premier canal d’apport provient du collecteur d’eaux pluviales situé dans la cour sud, il passe sous la salle d’angle du logis (salle B), avant de déboucher dans le bassin de la tour. Un second canal, sous la lice SO, amenait l’eau récupérée dans un double bassin. Ce réseau subit plusieurs transformations. Un troisième canal amenait l’eau de la lice SE. L’unique canal ayant une fonction d’évacuation est le quatrième, s’ouvrant vers le SE : il débouchait dans les douves, après avoir traversé le mur d’escarpe. Les canaux sont intégrés aux maçonneries d’origine et relèvent donc de la phase de conception initiale du château, dans le dernier tiers du xiie s. Ces dispositifs servaient de chasse d’eau, destinée à l’utilisation de l’ensemble des latrines. Le circuit hydraulique souterrain, desservant cette tour à usage de latrines, a subi au moins cinq phases de modifications jusqu’au premier quart du xive s. Le premier système témoigne du niveau d’hygiène du château et de la sophistication du réseau de récupération de l’eau de ruissellement, pour cet usage.

5L’évolution de l’architecture de la salle du premier étage de la tour montre un abandon de l’utilisation des latrines à ce niveau, au xive s. Un bâtiment fut construit au sud, à l’angle de la courtine et de la tour. Il est relié à celle-ci par un escalier intérieur au 1er étage. Le nouveau bâtiment-latrines était chauffé par une cheminée. La troisième période (de la fin du xve s. au milieu du xviie s.) vit disparaître ces aménagements et la salle haute de la tour sud fut transformée en deux salles carrées, carrelées, superposées sous plancher et éclairées de larges baies.

6Des moyens logistiques de pompage conséquents ont permis d’observer la base des fondations de tours rondes, des courtines, de la tour Saint-Jean et des murs de l’hôtel seigneurial. Le château, implanté au cœur d’une cuvette vers laquelle convergent naturellement les eaux superficielles et souterraines, est bâti au sein de dépôts sédimentaires argilo-limoneux. Ces dépôts ont été repérés en fouille sur l’ensemble du site depuis 1984, sans que nous puissions distinguer, à notre échelle d’observation, les éventuelles pratiques d’aménagement du site avant l’établissement des douves et la phase initiale de construction. La topographie du site et sa situation au sein du réseau hydrologique indiquent que le château a été édifié en milieu humide. Les caractéristiques communes du montage des fondations consistent en un système à plusieurs gradins. De ce fait, l’emprise des fondations est de plus en plus importante en profondeur et, pour assurer une meilleure répartition du poids des maçonneries, la largeur des murs se réduit au fur et à mesure de leur élévation. Les fondations sont, le plus souvent, installées en tranchées fermées, creusées à partir du niveau supérieur de la terre argileuse foncée. La largeur du creusement définit l’emprise des semelles de fondation. Dans la majorité des cas, les bases des soubassements reposent sur un substrat géologique ferme (marnes) pour une plus grande stabilité de l’édifice et s’adaptent au pendage naturel du fond de la cuvette géographique, orienté NE-SO. La tour ouest fait exception. Elle est fondée sur un radier reposant sur un sol meuble composé de sédiments argileux. Des sols aménagés, contemporains de la première phase de travaux, sont les premiers niveaux anthropiques avérés sur le site, permettant l’édification des soubassements en tranchée large. Le matériel céramique issu de ces couches de remblais confirme la datation de la construction du château dans la seconde moitié du xiie s.

7Les études menées sur les canaux souterrains de la tour sud et sur les fondations des courtines prouvent que les lices font partie du programme architectural initial de la construction de l’enceinte castrale. Les contextes stratigraphiques des lices et le montage en tranchée des fondations dans un substrat en place infirment toute possibilité d’apports volontaires anthropiques de matériaux à ces niveaux de fondation. Par ailleurs, les fossés en eau n’ont jamais pu venir initialement au contact des courtines.

8La fouille et l’étude de la tour ouest ont mis en évidence qu’à son origine, son premier niveau était une salle cylindrique fermée de 3,60 m de diamètre dont l’accès se faisait par un trou d’homme percé dans la voûte. Le très faible éclairage et surtout l’aération de la pièce sont assurés par un jour de dimensions réduites orienté à l’ouest. Le sol aménagé, constitué de grandes dalles de pierres taillées soigneusement, jointives, évoque un cellier à température constante et à l’abri des rongeurs. Un « lavabo » encastré dans le parement intérieur de la tour avait été mis au jour dès 1982. Le conduit d’évacuation, aménagé dans l’épaisseur du mur, présente un angle descendant de 15° par rapport au fond du « lavabo ». La campagne 2010 a permis la mise au jour de l’exutoire de ce conduit, sur la lice, constitué d’une petite gargouille taillée, contemporaine de la construction de la tour et se déversant dans un puisard, mis en place seulement dans un deuxième temps, lors du remblaiement partiel de la lice.

9Les observations archéologiques profondes ont permis d’identifier des couches argilo-limoneuses foncées, à l’intérieur du quadrilatère formé par les douves, aucun sondage ne nous permettant actuellement de confirmer la présence de ces dépôts à l’extérieur du mur de contrescarpe. Ces « couches noires » se situent sous le niveau d’eau actuel des douves. Leur observation a par conséquent été tributaire de moyens logistiques importants. Ces couches, qui ont livré une quantité non négligeable de tessons de céramique antique et du haut Moyen Âge, surmontent le substrat géologique de marnes calcaires. Les sondages profonds, à proximité des structures d’origine, mettent en évidence le pendage naturel du fond de la cuvette, dont l’altitude varie de 79 m NGF au NE, à 77,7 m NGF au point le plus bas, à proximité de la tour ouest. L’absence de données sur la lice NO ne nous permet pas de déterminer la continuité ou non de la déclivité du sol géologique en cette zone. Les dépôts sont compris entre une surface anthropique attestée (niveau de travail résultant de l’accumulation de matériaux de construction ou niveau de stabilisation par un empierrement) et le toit du substrat géologique. C’est dans la perspective d’obtenir des éléments de réponse à ces problématiques, auxquelles nous avons été régulièrement confrontés, que l’équipe archéologique a, cette année, fait appel à un géomorphologue (université de Paris 1-Sorbonne, UMR 7041) et une palynologue (université de Gand).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Piechaczyk, « Brie-comte-robert (Seine-et-Marne). Vieux Château », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 267-268.

Référence électronique

Michel Piechaczyk, « Brie-comte-robert (Seine-et-Marne). Vieux Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12435

Haut de page

Auteur

Michel Piechaczyk

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Piechaczyk

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals