Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Caen (Calvados). Château de Caen

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 268-269

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La mairie de Caen ayant un projet d’aménagement (salles et espaces de circulation) dans le château de Caen, entre les salles d’exposition dites « du rempart » et le musée de Normandie, un diagnostic archéologique sur 1 900 m² a été réalisé par l’INRAP en janvier 2010.

2L’objectif principal de cette opération était de cerner le plan du bâtiment auquel appartient un mur à contreforts plats mis en évidence lors de la fouille voisine des salles du rempart, en 2005. Même si le module des pierres et leur mode de taille semblent le situer au xiie ou xiiie s., la date de construction de cet édifice n’a pu être précisée. Il possède une emprise au sol de plus de 300 m² (24 m x 13 m) avec une ouverture au centre du pignon oriental (à 5,20 m de l’angle sud), ce qui en fait un des bâtiments les plus imposants du château. Par comparaison, cet édifice est aussi large mais moins long que l’Échiquier (aula du xiie s.), distant d’une quarantaine de mètres vers le NE (24 m contre 32 m pour l’Échiquier).

3L’édifice reste en fonction après la construction de la maison, mise en évidence en 2005, qui s’appuie sur sa façade nord et pourrait donc être une dépendance. En revanche, la période d’abandon du grand bâtiment (xve-début du xvie s.) pourrait coïncider avec les réaménagements observés dans la maison. Le sol extérieur est alors rehaussé et le rez-de-chaussée partiellement enterré. À l’intérieur, le cellier est transformé en cuisine avec la construction d’une grande cheminée murale. La maison serait alors devenue indépendante du grand édifice détruit.

4Un des apports du diagnostic est la localisation du tracé de la muraille des xiie-xiiie s., portion de rempart renforcée au xve s. par un massif maçonné qui semble englober le pignon ouest du grand bâtiment. Cet aménagement peut être associé, soit à la protection de l’édifice, soit à son intégration au système de fortification en lien avec la guerre de Cent Ans. En effet, la démolition et le remblaiement de ce dernier remontent à la même période, malheureusement trop large pour mettre en relation avec certitude l’abandon du bâtiment et le renforcement de l’enceinte. Des pierres sculptées en remploi repérées dans ces massifs pourraient provenir de l’édifice. Le reste du terrain peut être assimilé à un espace libre. Des murets, qui s’alignent globalement sur la limite orientale du grand bâtiment, avaient probablement un rôle de soutènement dans l’aménagement d’une terrasse.

5La mairie de Caen ayant abandonné son projet de construction, la parcelle étudiée fera l’objet d’une fouille programmée durant l’été 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Château de Caen », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 268-269.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Château de Caen » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12447

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals