Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Chambord (Loir-et-Cher). Le Château – les abords

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 269

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Les abords immédiats du château de Chambord ont fait l’objet de travaux destinés à améliorer le drainage et l’aspect visuel du monument. Des terrassements préalables à la mise en place des canalisations ont permis d’exposer en totalité le pied du mur extérieur, depuis la tour de la Chapelle à l’angle NO de l’enceinte, jusqu’à la tour du Chaudron à l’angle SE. Le suivi archéologique de ces travaux a permis de nombreuses observations concernant l’implantation du château, les aménagements hydrauliques primitifs et leur évolution jusqu’au xviiie s.

2Un sondage réalisé perpendiculairement à la face ouest de l’enceinte a permis d’observer le profil du terrain entre le château et la butte avec l’église paroissiale à l’ouest. Le substrat, une marne calcaire, a été observé immédiatement sous la terre végétale. Il a été entaillé pour créer le fossé qui précède l’enceinte et pour la construction du mur des fausses braies. La tour SO de l’enceinte, la tour des Princes, est fondée directement sur ce substrat ; ses fondations ont été réalisées dans une tranchée étroite creusée dans le calcaire dégradé. Ce n’est pas le cas pour l’aile sud et on observe un dénivelé de 5 m environ entre la surface du substrat à l’ouest du château et celle rencontrée au pied de la tour SO du donjon, dans la cour intérieure. Il est probable que les bâtisseurs du château actuel ont dû composer avec un site dont la topographie et le substrat avaient déjà été modifiés par le château médiéval et ses dépendances.

3La présence des murs des fausses braies a été constatée sur tout le pourtour de l’enceinte ; ils ont été érigés en pierre de taille avec un talus de 85° environ. Des arrachements de maçonneries indiquent l’existence de balcons en encorbellement au-dessus des fossés, comme le montre la gravure de 1576 réalisée par Jacques Androuët du Cerceau. Un tronçon bien conservé a été observé devant la façade sud de l’enceinte. Près de la tour de la Chapelle, le mur des fausses braies était relié aux fondations de la tour, créant ainsi un espace fermé entre les deux maçonneries. Il est possible qu’il s’agisse d’un dispositif pour mettre l’espace de travail à l’abri des eaux du Cosson. Sur le même côté occidental des communs, juste au sud de la porte Dauphine, un drain maçonné a été observé entre les deux massifs de fondation. Il s’agit d’une canalisation destinée à évacuer les eaux pluviales de la cour intérieure vers les fossés à l’extérieur. Il correspond à l’emplacement d’un drain identique dont la bouche a été observée dans la façade sur cour de l’aile orientale lors de la fouille de 2006-2007.

4Aucune trace du mur de contrescarpe des fossés n’a été trouvée dans les sondages réalisés. Il est donc certain que les fossés n’ont jamais été achevés et mis en eau, contrairement à ce qui est représenté dans les gravures de du Cerceau. Seul le côté oriental de l’enceinte était bordé par un plan d’eau, composé d’un bras du Cosson. Cette situation a perduré jusqu’au milieu du xviiie s. environ quand la rivière fut correctement canalisée et les fossés remblayés pour écarter l’eau du château, à l’exception du côté nord.

5Finalement, les décapages ont permis d’observer un aqueduc du xviie ou du xviiie s. qui devait diriger une partie des eaux du Cosson autour du côté sud du château pour les déverser dans la rivière un peu en aval. Le tracé de cet ouvrage est plus ou moins connu par un plan du xixe s. Un drain maçonné associé à un regard a également été mis au jour devant la tour du Chaudron. Il devait conduire les eaux de surface du pied de la tour jusqu’à l’aqueduc, 50 m environ au sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher). Le Château – les abords », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 269.

Référence électronique

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher). Le Château – les abords » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12451

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals