Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Champtoce-sur-loire (Maine-et-Loire). Le Château

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 270-271

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Ruiné antérieurement à la Révolution, le château de Champtocé-sur-Loire posait depuis plusieurs années de graves problèmes sanitaires rendant dangereux les abords du monument. L’intervention archéologique a été commandée pour mener une étude préliminaire de bâti devant servir de point d’appui aux travaux ultérieurs (éventuelles études plus poussées, restauration et mise en valeur du site). L’analyse s’est notamment attachée à préciser la chronologie du monument.

2Le château occupe l’extrémité d’un promontoire rocheux dominant la plaine alluviale du lit majeur de la Loire et la vallée de la Romme. Il se présente sous la forme d’une enceinte irrégulière cantonnée de onze tours semi-circulaires, dont deux encadrant le passage d’entrée. La cour, d’une surface d’environ 3 400 m², conserve dans sa partie orientale les restes d’un grand corps de logis des années 1600.

3Le premier seigneur de Champtocé apparaît dans la documentation écrite vers l’an Mil ; la première mention du château – cantoceiacum castrum – ne date que de 1076. L’examen de blocs de maçonnerie renversés et d’arases de murs affleurant dans la partie nord de la cour a mis en évidence les vestiges d’une puissante construction rectangulaire, vraisemblablement une tour, d’environ 13 m x 17 m hors œuvre, dépourvue de contreforts. Les murs, d’au moins 2,5 m d’épaisseur, présentent la particularité d’avoir été soigneusement parementés de dalles de calcaire coquillier. Sur les parties observées, les blocs proviennent pour la plupart du débitage de sarcophages vraisemblablement prélevés dans la nécropole dite « du Grand Jardin » située une centaine de mètres plus au nord. Les techniques de mise en œuvre des maçonneries orientent la datation vers un large xie s. En l’absence de fouilles, l’environnement architectural de la tour nous échappe complètement, du fait des transformations ultérieures.

4La configuration du site tel que nous le connaissons aujourd’hui découle en grande partie de l’édification de la forteresse venant ceindre l’extrémité du promontoire. Dix des onze tours peuvent être rattachées à cet état qui comprenait peut-être une ou deux autres tours sur le front nord, déjà naturellement défendu par un front d’escarpe particulièrement abrupt. Les tours adoptent un plan en demi-cercle d’un diamètre moyen de 7,9 m ; leur espacement varie entre 9,15 et 10,05 m. Le plan de tir du premier niveau comprend des archères aménagées en capitale sur chaque tour, ainsi que des archères flanquantes sur le front oriental et au niveau du châtelet. Les fentes, dont certaines au moins mesuraient plus de 4 m de haut, comportent toutes un étrier triangulaire. La construction, très homogène, suggère un chantier mené sur une courte durée dans la première moitié du xiiie s.

5Probablement dans la première moitié du xve s., les capacités résidentielles du châtelet furent augmentées avec l’adjonction d’au moins un étage. Rien ne permet d’associer ces transformations à Gilles de Retz, seigneur de Champtocé entre 1432 et 1438. Les tensions entre partis bretons et français renforcèrent le rôle stratégique du château tout au long du xve s. ; entre 1438 et 1491, la place changea plusieurs fois de mains et fut conquise à quatre reprises par les troupes de Louis XI. Le châtelet fit à nouveau l’objet de lourds travaux. La restructuration complète de son système défensif avec le percement de canonnières à double ébrasement, l’aménagement d’un double pont-levis à flèches et d’une double poterne intervinrent vraisemblablement dans le dernier tiers du xve s. Un diagnostic archéologique réalisé en 2009 a permis de localiser l’angle du boulevard édifié en avant de l’entrée, mentionné pour la première fois dans un aveu rendu en 1469.

6La dernière campagne de travaux porte sur la construction d’un grand corps de logis sur le front oriental du château dont les fortifications sont arasées de façon à servir de socle pour le nouveau programme résidentiel. Deux escaliers disposés à chaque extrémité du corps de bâtiment central, aujourd’hui ruiné, laissent supposer que des ailes en retour étaient envisagées, mais le projet ne semble pas avoir été mené à son terme. Curieusement, malgré l’ampleur de cette réalisation, aucune source ne vient renseigner ce chantier, aussi, ni sa date précise, ni l’identité de son commanditaire ne sont connues. L’étude des vestiges oriente la datation vers la toute fin du xvie s., ou le début du siècle suivant. Le château est en grande partie démantelé au xviiie s. Ses ruines impressionnantes, représentées par de nombreux artistes au xixe s., n’ont que peu évolué depuis.

Champtocé-sur-Loire, plan général du château.

Champtocé-sur-Loire, plan général du château.

Service archéologique départemental de Maine-et-Loire

Haut de page

Table des illustrations

Titre Champtocé-sur-Loire, plan général du château.
Crédits Service archéologique départemental de Maine-et-Loire
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12467/img-1.jpg
Fichier image/, 398k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Champtoce-sur-loire (Maine-et-Loire). Le Château », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 270-271.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Champtoce-sur-loire (Maine-et-Loire). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12467

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals