Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « tour aux Ânes », boulevard de la Trémouille (ruelle du Suzon/rue Prud’hon)

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
Notice rédigée avec Stéphanie Forel-Boeckler
p. 273-274

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion des travaux du futur tramway de Dijon, la fouille entreprise boulevard de la Trémouille, au NO des enceintes médiévale et moderne de la cité, concernait un type d’ouvrage fortifié rarement étudié : une « porte d’eau », contrôlant l’entrée d’une petite rivière à l’intérieur d’une ville. En l’occurrence, celle-ci enjambait le « Suzon », cours d’eau entièrement recouvert et canalisé de nos jours, mais qui, jusqu’au xixe s., traversait Dijon du nord au sud. De surcroît, l’opération a révélé vers l’intérieur de la ville la présence de quais et d’un pont maçonnés de la fin du moyen Âge, dont les niveaux d’occupation successifs ont pu être fouillés.

2L’enceinte sur laquelle se greffe la porte du Suzon aurait été entreprise dans le courant du xiie s., pour englober en un même ensemble le noyau urbain primitif du « castrum » d’origine tardo-antique et celui du bourg de l’abbaye Saint-Bénigne. De rares mentions suggèrent que des tronçons de la nouvelle muraille et certaines de ses portes ont été édifiés avant la fin du xiie s., mais les premiers documents conservés datent du milieu du xive s. : les plus précis concernent des travaux des xve et xvie s. C’est ainsi que la tour aux Ânes qui enjambe le Suzon est connue surtout pour avoir été reconstruite en 1522 par Louis de La Trémouille, gouverneur de Bourgogne, à la suite du siège de Dijon par les Suisses en 1513 lors des guerres entre le royaume de France et l’empire des Habsbourg. C’est sous la forme héritée de ces travaux que cette tour est représentée sur quelques vues cavalières et plans de ville de la période xvie-xviiie s. En 2009, le suivi de travaux dans ce secteur avait permis de repérer plusieurs tronçons de la muraille médiévale et moderne, présentant visiblement des phases de construction différentes ; à un seul endroit, un sondage avait révélé une maçonnerie potentiellement datable de la fin du xiie s., reprise juste à côté dans une tranche de travaux plus tardive. Mais à une cinquantaine de mètres de là étaient apparus, arasés et conservés sur plusieurs mètres de hauteur, différents vestiges de la « porte d’eau » du début du xvie s. intégrant visiblement des ­maçonneries plus anciennes.

3La fouille de 2010 a permis de reconnaître en totalité l’emprise de la tour construite en 1522. Accrochée à un tronçon plus ancien de l’enceinte, elle s’avance sur le fossé extérieur en un massif semi-circulaire de 20 m de large, à l’intérieur duquel sont ménagés deux conduits voûtés parallèles de 3 m de large chacun, qui canalisent en deux bras l’entrée du Suzon dans la ville. Cet ouvrage s’est avéré englober une tour plus ancienne, de plan rectangulaire, intégrée au tronçon de courtine contre lequel s’appuie la tour du xvie s. qui reprend, à quelques mètres de là, le témoin de muraille de ville découvert en 2009 et pourrait remonter au xiie s. Cet ensemble homogène paraît datable du xive s.

4Dans ce premier état, la porte d’eau franchissait les deux bras du Suzon par un système de grandes arches, en partie dégagées lors de la fouille. Vers l’extérieur de la ville, deux pans de mur disposés de part et d’autre de ces ouvertures semblent avoir canalisé l’arrivée du cours d’eau à la manière d’un entonnoir. De ce côté également, la fouille a révélé, au-dessus des arches de la tour, une série d’encoches avec traces de scellement au plomb. Trois d’entre elles conservaient en place des barres métalliques, appartenant à un système de grilles suspendues au-dessus de la rivière.

5Vers l’intérieur de la ville, les deux bras de la rivière, comblés en grande partie au xixe s. lors des travaux de canalisation du Suzon, se rejoignaient initialement en un même lit de 8 m de large, encadré par deux quais de pierre de taille, contemporains de la tour rectangulaire. Entre eux, à 6 m en avant de la tour, un pont de même facture, édifié au même moment, a été fouillé : large de 5 m, il franchissait le Suzon au moyen de deux arches, dont une seule a survécu aux travaux du xixe s. Des ornières marquaient son niveau de circulation d’origine, soigneusement apprêté, ainsi que les recharges empierrées qui lui ont succédé. On ignorait tout de l’aspect et de l’origine de ce pont mentionné dans quelques sources d’archives modernes. La fouille de ces structures a livré toute une série de niveaux de voirie et de sols d’occupation accumulés aux xive et xvie s., entrecoupés de possibles dépôts d’inondation, témoins du régime torrentiel de ce petit cours d’eau. Outre ces problèmes de crues, dont le déchargement devait alimenter les fossés de l’enceinte, la présence des moulins de la ville à une cinquantaine de mètres en aval, attestée par les textes à partir de la fin du moyen Âge, peut expliquer la nécessité de contrôler et de réguler le cours du Suzon à son entrée dans Dijon, et donc au niveau de la « tour aux Ânes ».

6Cette fouille illustre à la fois l’avancée de l’urbanisation dijonnaise au début du xive s. par un aménagement concerté lié à une reprise ou à l’achèvement de l’enceinte de ville, et la nécessité corollaire de maîtriser l’accès, le cours et le débit d’une rivière, petite, mais très importante pour la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « tour aux Ânes », boulevard de la Trémouille (ruelle du Suzon/rue Prud’hon) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 273-274.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « tour aux Ânes », boulevard de la Trémouille (ruelle du Suzon/rue Prud’hon) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12503

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals