Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte Saint-Nicolas », place de la République

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus
Notice rédigée avec Stéphanie Forel-Boeckler
p. 274

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille entreprise en 2010 place de la République, à l’extrémité nord du tracé des enceintes médiévale et moderne de la ville, à l’occasion des travaux du futur tramway de Dijon, visait à étudier une partie du dispositif de la « porte Saint-Nicolas », modifié au milieu du xvie s. lors de la création du bastion du même nom, gagné sur l’extérieur des fortifications médiévales (et dont l’emprise est à l’origine de la place actuelle). Cette opération a également permis d’ouvrir plusieurs fenêtres sur les niveaux d’occupation qui se succèdent à cet endroit, hors les murs de la ville, du xive au début du xvie s. Il faut mettre ceux-ci en relation avec l’existence d’un important faubourg médiéval, rasé pour construire le bastion.

2Les niveaux les plus anciens découverts lors de la fouille de 2010 sont datables de la fin du xiiie ou du xive s., ils sont illustrés par une voie empierrée de plus de 5 m de large, à ornières, fossés et banquette latérale, sans cesse rechargée, qui – dans un premier temps – longe le fossé extérieur de l’enceinte urbaine. Au cours du xive s., un bâtiment vient mordre sur ces niveaux : trois segments de murs arasés esquissent les contours d’un édifice de 14 m de côté, associé à des sols d’occupation. Il faut le mettre en relation avec les constructions du faubourg Saint-Nicolas attestées lors du diagnostic réalisé à une trentaine de mètres de là, vers le milieu de la place. Au contraire de ces structures laissées en place jusqu’au xvie s., le bâtiment fouillé en 2010 se trouve rasé dès le xve s., puis recouvert d’un empierrement de voirie muni d’ornières, formant une chaussée légèrement surhaussée, bordée par un talus du côté du faubourg. Au milieu du xvie s. au plus tard, s’installe à cet endroit la nouvelle porte Saint-Nicolas. On note, dans le mobilier des niveaux de voirie, une relative concentration des déchets métalliques, qui évoque, dans un lieu de fort passage, la perte accidentelle d’éléments de ferrage, de harnachement ou d’équipement de charrettes.

3Bien que fortement perturbés par la présence d’un collecteur du xixe s., les vestiges arasés de la porterie s’interprètent assez bien à l’aide d’un dessin de 1696, dont ils permettent, en retour, de corriger les inexactitudes. Ce complexe, indissociable de la mise en place du bastion contigu, illustre un aspect des conceptions de l’ingénieur siennois Girolamo Belarmato, appelé à la rescousse par les Dijonnais en 1513 pour moderniser les fortifications urbaines. Protégé par l’avancée du bastion à plan en « as de pique » à la base duquel il s’installe, l’ensemble reconnu à la fouille constitue une avant-porte, située à une centaine de mètres d’une tour-porte préexistante greffée sur le tracé de l’enceinte médiévale. Le parcours entre intérieur et extérieur de la ville suit désormais un tracé « en chicane », par contournement de l’ensemble du bastion. La nouvelle avant-porte du xvie s. s’appuie contre le parement interne d’un tronçon de courtine qui relie le bastion à l’enceinte médiévale. Elle forme un massif de plan rectangulaire, de 16 m sur 10,40 m au total, consistant en un porche central flanqué sur un côté au moins d’un local étroit (4,40 sur 10,40 m en plan) ; le tout est précédé du côté de la ville par une sorte d’avant-cour entourée de murs percés d’un portail dans l’axe du passage, où a été reconnu un témoin de voie empierrée à ornières. Vers l’extérieur, porterie et bastion du xvie s. sont bordés d’un même large fossé, franchi par un pont dont la fouille a mis en évidence une pile maçonnée de 3 m de large. Vers l’intérieur de la ville, l’avant-porte du xvie s. et sa voie d’accès sont encadrées par deux dépressions. Le pan de courtine qui relie la muraille médiévale, barrant en fait l’ancien fossé, est renforcé vers l’intérieur d’importants contreforts reliés par des maçonneries en arc de cercle qui forment autant de vastes niches.

4Cette fouille, quoique très ponctuelle, concerne l’évolution topographique d’un secteur très actif de Dijon situé hors les murs à la fin du moyen âge. Ainsi se créée un faubourg moderne, noyau de l’actuel quartier qui s’étend au nord de la place de la République.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte Saint-Nicolas », place de la République », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 274.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus, Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte Saint-Nicolas », place de la République » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12515

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals