Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte des Godrans », place Saint-Bernard/rue des Godrans

Responsable d’opération : Benjamin Saint-Jean Vitus 
Notice rédigée avec Stéphanie Forel-Boeckler
p. 274-275

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion des travaux du futur tramway de Dijon, la fouille entreprise en 2010 place Saint-Bernard, sous l’un des boulevards du xixe s. qui ceinturent le centre de Dijon, a livré les vestiges d’une porte ménagée en 1837 dans la courtine de l’enceinte médiévale et moderne de la ville.

2Cette porte était marquée par deux pavillons d’octroi, construits sur les remblais de comblement de l’ancien fossé, en avancée du rempart transformé en promenade. La fouille n’en a dégagé qu’une partie. Les vestiges, arasés, révèlent la parfaite symétrie des deux constructions, chacune mesurant 8 m de large et se trouvant pourvue d’une cave voûtée dont la fouille a révélé les arrachements. Les maçonneries comprennent de nombreux remplois. Entre les pavillons s’étendait, sur 13 m de large, un système de grilles à portes cochère et piétonne : malgré les perturbations dues aux réseaux modernes, cela se traduisait par d’énormes blocs de pierre et un massif maçonné (de 0,90 m sur 1,50 m en plan au minimum) présentant des encoches munies de traces de rouille, qui devaient recevoir les montants de la porte. Sur les côtés, l’ensemble était fermé par des maçonneries en arc de cercle reliant les angles des pavillons au tracé de l’ancienne enceinte : seule l’une d’elles a été dégagée lors de la fouille.

3Cet exemple de porterie tardive, justifiée par le maintien de la perception d’un octroi à l’entrée des villes dans la première moitié du xixe s., est à mettre en relation avec la création consécutive de la place Saint-Bernard sur l’extérieur de l’ancien rempart. Le plan semi-circulaire adossé à l’enceinte, la convergence de rues rayonnantes et la reprise du motif des grilles en avant des immeubles mettaient la porte en valeur dans une véritable scénographie urbaine. Celle-ci n’a toutefois été visible qu’une trentaine d’années à peine, car la destruction des anciennes fortifications de Dijon a été engagée à partir de 1866.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte des Godrans », place Saint-Bernard/rue des Godrans  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 274-275.

Référence électronique

Benjamin Saint-Jean Vitus , Stéphanie Forel-Boeckler, « Dijon (Côte-d’Or). Fouilles du futur tramway : ancienne « porte des Godrans », place Saint-Bernard/rue des Godrans  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12519

Haut de page

Responsable d’opération

Benjamin Saint-Jean Vitus 

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals