Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Garnache (la) (Vendée). Le Château, la Butte Cavalière

Responsable d’opération : Caroline Chauveau
p. 276-277

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le château de La Garnache est situé au NO du département de la Vendée, à environ 6 km au nord de Challans, en limite avec la Baie de Bourgneuf. Installé sur un plateau à 25 m d’altitude, il domine le ruisseau de la Seudre et une petite vallée ouverte au sud. Aujourd’hui, le château est composé de deux tours semi-circulaires et d’un fossé encore bien conservé matérialisant l’enceinte castrale des xve-xvie s. Une tour de plan quadrangulaire est élevée à l’ouest sans qu’aucune connexion ne soit visible entre elle et les tours d’enceinte. Jusqu’au début du xxe s., la particularité de son plan a conduit à interpréter la tour comme l’ancien « donjon » du château, témoignant ainsi de l’époque romane sur le site. Cette affirmation méritait d’être vérifiée par le biais d’une étude du bâti et de sondages ponctuels afin de déterminer les états successifs de la tour telle qu’elle apparaît aujourd’hui.

2Les résultats de la campagne de 2010 ont montré qu’il s’agit d’un bâtiment homogène dans ses niveaux inférieurs : le sous-sol est un espace de 35 m² servant de cave avec pour seule ouverture une baie à ébrasement extérieur donnant sur le fossé ouest. Après étude du bâti, les éléments architecturaux apparaissent contemporains les uns des autres et correspondent au premier état de la tour quadrangulaire (construction et occupation). Aucune trace d’accès n’a été décelée dans les maçonneries, ce qui implique l’existence d’un système de trappe amovible dans le plancher du rez-de-chaussée, donnant sur une échelle ou un escalier en bois. Dans son état initial, le rez-de-chaussée offre un espace libre de 38 m², agrémenté de trois archères installées dans les murs NO, NE et SE. Chacune d’elles possède ses caractéristiques propres, toutefois toutes sont munies d’encoches à arbalète, contemporaines des fenêtres de tir et des murs de la tour. Aménagées à proximité des fentes de tir, elles révèlent la pratique simultanée des tirs à l’arc et à l’arbalète. Ces ouvertures laissent supposer que la construction de la tour remonte à la seconde moitié du xiiie s. et affirment le caractère défensif du rez-de-chaussée qui est également l’étage où la circulation horizontale et verticale est la plus importante. Un couloir situé au NE permet d’accéder à la fois à un bâtiment accolé à la tour au nord et au massif oriental de celle-ci, dans lequel a été installé un escalier à trois volées menant au premier étage. Un sondage à l’extérieur de l’angle oriental a révélé les vestiges arasés d’un mur de courtine orienté E-O, chaîné avec la maçonnerie de la tour : une galerie située à la base du mur communique avec l’escalier du massif oriental par une porte aujourd’hui bouchée. Sans affirmer qu’il relie la tour quadrangulaire aux tours semi-circulaires pour former la partie sud de l’enceinte castrale, il est possible de restituer un mur d’enceinte de 3 m d’épaisseur contre le flanc est de la tour et se prolongeant vers l’ouest.

3Un autre sondage extérieur pratiqué au NE a livré des niveaux sédimentaires formant le haut d’un talus défensif, antérieurs à la construction de la tour quadrangulaire. L’analyse du bâti avait révélé un arrachement de mur sur toute la hauteur de la façade qui sert de courtine occidentale. Initialement considéré comme un élément contemporain de la construction de la tour, il s’agit en réalité d’un mur antérieur à celle-ci, installé sur un talus défensif antérieur. Le mur matérialise une courtine datée des xie-xiie s. et réemployée lors de la construction de la tour vers la seconde moitié du xiiie s. Enfin, le sondage a permis de déterminer la fonction d’une interruption de maçonnerie dans le mur NE de la cave, traditionnellement considérée comme une sape pratiquée à l’époque moderne et comblée par la suite. Des fouilles clandestines dans les années 1980 ont fait disparaître les couches archéologiques à l’intérieur de la tour et leur organisation stratigraphique. Le second sondage a révélé qu’il s’agit en réalité de la tranchée de fondation du mur NE recoupant les couches du talus défensif et antérieur à la construction de la tour quadrangulaire.

4Le phasage précis des niveaux inférieurs de la tour permet de dater sa construction de la seconde moitié du xiiie s. L’observation d’éléments de fortifications de terre et de maçonneries des xie-xiie s. conduit à une relecture du site et de son évolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chauveau, « Garnache (la) (Vendée). Le Château, la Butte Cavalière », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 276-277.

Référence électronique

Caroline Chauveau, « Garnache (la) (Vendée). Le Château, la Butte Cavalière » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12567

Haut de page

Auteur

Caroline Chauveau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Chauveau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals