Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Malene (la) (Lozère). Piboulèdes

Responsable d’opération : Laurent Schneider
Notice rédigée avec Nicolas Clément
p. 279-281

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1L’établissement perché et fortifié accroché sur le rocher dit de la Barre, dans les gorges du Tarn, au-dessus du village actuel de La Malène, a été identifié en 2008 comme un castellum légendaire évoqué dans des récits de miracles carolingiens. Hilaire, l’un des premiers évêques historiques du Gévaudan, aurait été assiégé dans cette place par les troupes franques de Thierry ou de Théodebert au cours du premier tiers du vie s. Le projet de fouille triennal engagé depuis 2009 tente de préciser l’image générale de cette fortification. Il s’intègre dans les développements du programme « Oppida et castra du haut Moyen Âge en Gaule méridionale », qui avait donné lieu à la fouille extensive du Roc de Pampelune à Argelliers dans l’Hérault, une autre agglomération perchée et fortifiée du vie s.

2La méthode de fouille mise en œuvre ici tient compte de cette première expérience. Dans ce contexte topographique particulier où les dénivelés sont importants et où l’érosion des sols a été forte avant l’aménagement des terrasses agricoles du xixe s., la méthode développée conjugue des dégagements en plan à la fouille exhaustive de bâtiments ou de quartiers dont la cohérence topographique a pu être préalablement saisie. Depuis 2008, cette méthode a permis d’explorer environ 0,7 ha et d’identifier les grandes lignes d’organisation de l’établissement.

3La forteresse de La Malène se déploie sur les pentes rocheuses d’un éperon calcaire culminant à 587 m NGF. Elle est coiffée au nord d’une tour maîtresse quadrangulaire associée à une enceinte maçonnée qui ferme l’accès au lieu, face au petit col qui détache l’éperon de la Barre des avancées du Causse de Sauveterre. Dotée de flanquements, l’enceinte descend ensuite jusqu’à la ligne des hautes falaises qui dominent le Tarn. Sur la crête de l’éperon, les campagnes de fouille des années 2008 et 2009 ont pu mettre en évidence un long corps de bâtiment (48 m x 7,50 m) doté notamment d’une salle d’apparat disposant d’un étage, d’une colonnade et de sols de béton de tuileau. Ces traits insolites peuvent faire songer à un palais ou du moins à une habitation élitaire, ce que confirme par ailleurs la fouille d’un dépotoir du second quart du viie s. qui a livré une monnaie en or, des clous d’argent, du mobilier métallique d’apparat mais aussi des amphores africaines et orientales. En contrebas de cet habitat, on a pu mettre en évidence un grand bâtiment rectangulaire (150 m2 au sol) dont la fonction demeure imprécise : cellier, grange, entrepôt ? La campagne 2009 a également permis d’identifier une très grande citerne d’une capacité de 180 m3 que l’on a proposé d’associer à un éventuel complexe thermal. La campagne de 2010 avait notamment pour but de vérifier cette hypothèse et d’explorer un nouveau secteur, dans le quartier oriental de l’établissement.

4En contrebas de la grande citerne 1C, les vestiges d’une abside en élévation engagée dans la paroi rocheuse et la présence de dalles de suspensurae dans les pierriers alentours laissaient supposer que l’établissement pouvait être doté de salles thermales. Après d’importants travaux d’épierrement et de terrassement, cette hypothèse a pu être confirmée en 2010. Contre toute attente, malgré l’importance des dénivelés et de l’érosion, des vestiges cohérents et relativement bien conservés ont pu être observés.

5Les thermes du castellum de La Malène prennent la forme d’un petit bâtiment quadrangulaire (2B) presque carré (7,80 x 8 m hors œuvre) installé dans la pente rocheuse. Flanqué d’une abside décentrée au NO (2B1), mais aussi d’une petite pièce rectangulaire (3 x 2/2,20 m hors œuvre) au NE (2B6), le bâtiment comprend une salle principale (3,50 x 6,50 m dans œuvre) au NO (2B2) et trois petites salles chauffées au SE (2B3 à 2B6). Bâtie en avancée dans la pente, la façade SE de ces trois petites pièces est consolidée par trois contreforts construits à 1,20/1,30 m en retrait des angles et espacés de 1,50 m. Le mobilier découvert dans les remblais de construction et dans les niveaux d’abandon a permis la datation de l’ensemble, synchrone de l’occupation générale du castellum, la fourchette proposée est celle des vie-viie  s.

6Au sud et en contrebas de cet édifice principal, se trouve, sur une étroite terrasse, un corps de bâtiment (2C) allongé, divisé en plusieurs pièces. Du fait de l’érosion, aucun niveau d’occupation n’est conservé, mais la présence d’un seuil monumental réemployé et surtout l’identification d’une pièce aux murs enduits disposant d’un sol de béton de tuileau et d’un boudin d’étanchéité peuvent faire songer à une extension du complexe thermal.

7La campagne 2010 a également permis d’explorer un nouveau quartier dans le secteur oriental du castellum, entre les cotes 565 et 554 m NGF, soit juste au-dessus des plus hautes falaises de l’éperon. Des travaux de débroussaillage et d’épierrement complétés par des sondages offrent désormais une image plus cohérente de ce quartier. On a pu constater tout d’abord la mauvaise conservation du rempart presque partout effondré dans la pente. L’observation des lambeaux de maçonnerie subsistant permet néanmoins de restituer son tracé en notant d’une part un point d’inflexion vers l’est et d’autre part la présence d’un second dispositif de flanquement. À l’arrière du rempart, l’identification d’une section de voirie encadrée de deux bâtiments rectangulaires (3A et 3D) fait songer à un système de porterie et indique que l’un des accès de l’établissement se trouvait au NE en limite de falaise. Cette voie débouche ensuite sur un espace ouvert, une cour en terrasse (3B/3G) dont l’accès a été fermé par une porte. Un sondage réalisé au bas de cette terrasse (sondage 32) a permis d’identifier de puissants remblais de nivellement recouverts d’épandages de déchets domestiques. Ces derniers ont livré d’importantes séries de céramique et de vestiges de faune. On doit noter la présence de mobilier remarquable, comme une applique en alliage cuivreux ornée d’un aigle de face ou une longue épingle de chevelure ou de voilage des vie-viie s.

8La découverte la plus importante réside dans l’identification d’un nouveau grand bâtiment d’axe NE-SO construit en rebord de falaise et fermant la cour au sud. Celui-ci se présente comme un long vaisseau de 21 m implanté perpendiculairement à la pente. L’édifice se décompose plus précisément en deux volumes distincts : un corps rectangulaire (14 m x 8,25 m dans l’œuvre) doté de piliers internes, prolongé au NE par un volume plus étroit de 5 m de côté dans œuvre. La séparation entre les deux espaces est soulignée, au nord, par un court refend de 1,50 m et l’on propose par symétrie de restituer un dispositif identique à l’est. L’édifice a simplement été reconnu en plan et n’a pas encore été sondé. Mais les caractéristiques du plan, qui évoque ces églises à nef unique et chevet quadrangulaire bien connues en Languedoc, font avancer comme hypothèse qu’il pourrait s’agir d’un lieu de culte.

9On mesure mieux désormais l’originalité du castellum de La Malène. La notion d’habitat refuge traditionnellement assignée à ce type d’habitat perché post-romain est inopérante et obsolète. Ces premières campagnes de fouilles livrent l’image d’un site élitaire des vie-viie s. doté de bâtiments de prestige, de thermes et peut-être aussi d’une église.

Plan général du castellum de La Malène (vie-viie s.). État en 2010.

Plan général du castellum de La Malène (vie-viie s.). État en 2010.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan général du castellum de La Malène (vie-viie s.). État en 2010.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Clément, « Malene (la) (Lozère). Piboulèdes », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 279-281.

Référence électronique

Laurent Schneider, Nicolas Clément, « Malene (la) (Lozère). Piboulèdes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12587

Haut de page

Auteur

Nicolas Clément

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Schneider

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals