Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Pesmes (Haute-Saône). Place des Promenades

Responsable d’opération : Valérie Viscusi Simonin
p. 284-285

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet de restructuration du groupe scolaire, des sondages ont été ouverts non loin de l’ancien château médiéval et moderne de Pesmes. Ils ont livré des vestiges de la forteresse médiévale très faiblement enfouis.

2Bien que les seigneurs de Pesmes apparaissent dans la documentation en 1066, le château n’est mentionné qu’en 1178. Son implantation sur une falaise dominant la rivière est liée à la présence d’une zone guéable permettant le franchissement. La création du bourg neuf séparé du bourg castral par l’actuelle rue des Fossés n’est sans doute pas antérieure au xiiie s., son plan est organisé selon une trame orthogonale le long d’un axe reliant le château à la nouvelle église. On sait peu de choses du château de Pesmes. Un dénombrement de la seigneurie de Pesmes en 1424 mentionne « le chatel de Pesmes et le donjon, ensemble le circuit et la fermeté d’iceux ». Résidence des seigneurs de Pesmes, le château et la seigneurie furent transmis en 1327, à la mort de Guillaume de Pesmes, à l’épouse de Othe II de Grandson. La ville fut incendiée en 1365 lors des incursions des Grandes Compagnies. Des réparations furent entreprises par Marguerite de Vergy, veuve de Jacques de Grandson, entre 1381 et 1396. En 1451, la seigneurie revint à Thiébaud de Neufchatel, puis à la famille de Baume-Montrevel qui la conserva jusqu’à la Révolution. L’édifice fut transformé aux xvie-xviie s. et surtout au cours du xviiie s., en raison des dommages subis lors des guerres du siècle précédent. Le donjon, situé dans la partie orientale de l’emprise du château moderne, devait surplomber la falaise. De la construction médiévale, seule une pièce agrémentée d’une cheminée ouvrant sur la rivière par deux baies à coussièges semble subsister aujourd’hui.

3Les maçonneries apparues dans un des sondages sont relativement éloignées des vestiges médiévaux du château et de l’emplacement probable du donjon. Elles sont situées au nord et pourraient appartenir soit à une aile construite dans le prolongement de l’édifice qui surplombait la rivière, soit à un édifice distinct implanté au-delà d’une cour intérieure. Cinq phases de construction ont pu être identifiées. La construction du premier niveau de sol en terre battue contemporain d’une maçonnerie liée à l’argile ne peut être datée. Elle est toutefois antérieure à une phase de remblaiement intervenue au cours du xive s., comme le laissent penser les carreaux de pavement contenus dans les sédiments. Les dernières phases de construction sont caractérisées par l’élargissement de la maçonnerie initiale, l’aménagement de divisions intérieures et la construction de sols. Les maçonneries sont alors liées au mortier de chaux. Les sols observés sont tous constitués de terre battue mais les remblais de démolition contenaient des carreaux de pavement en terre cuite bicolore glaçurés et des grandes dalles de pierre. Un des carreaux porte les armes des seigneurs de Pesmes. Le mobilier recueilli se compose de céramique glaçurée verte et de céramique commune grise.

Pesmes, place des Promenades, carreaux bicolores glaçurés.

Pesmes, place des Promenades, carreaux bicolores glaçurés.

A – carreau armorié portant un écu triangulaire dont le champ porte une bande accostée de trois croisettes en chef et d’une (?) en pointe, cantonné de trois motifs cruciformes.
B, C – fragments de carreaux cantonnés de quatre quintefeuilles.
D, E – composition végétale.
F – fragment d’une rosace composée de quatre carreaux comportant un cercle formé d’une ligne pleine et d’une ligne crénelée (engrenage).
G – fragment de rosace de quatre carreaux comprenant trois quarts de cercles ornés qui se croisent.

Identification : Y. Jeannin, Cl. O. Simonin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pesmes, place des Promenades, carreaux bicolores glaçurés.
Légende A – carreau armorié portant un écu triangulaire dont le champ porte une bande accostée de trois croisettes en chef et d’une (?) en pointe, cantonné de trois motifs cruciformes.B, C – fragments de carreaux cantonnés de quatre quintefeuilles.D, E – composition végétale. F – fragment d’une rosace composée de quatre carreaux comportant un cercle formé d’une ligne pleine et d’une ligne crénelée (engrenage). G – fragment de rosace de quatre carreaux comprenant trois quarts de cercles ornés qui se croisent.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12615/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Viscusi Simonin, « Pesmes (Haute-Saône). Place des Promenades », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 284-285.

Référence électronique

Valérie Viscusi Simonin, « Pesmes (Haute-Saône). Place des Promenades » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12615

Haut de page

Auteur

Valérie Viscusi Simonin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Valérie Viscusi Simonin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals