Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Pommeraye (la) (Calvados). Château Ganne

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher
p. 285-288

Entrées d’index

Année de l'opération :

2008, 2010
Haut de page

Texte intégral

1Le Château Ganne, situé au sud du Cinglais, au carrefour de la route de Bretagne qui conduit à Falaise et de la voie qui mène de Caen jusqu’à Domfront, n’avait jamais fait l’objet d’aucune étude scientifique. Les fouilles qui s’y déroulent, depuis 2004, dans la basse cour principale, ont permis de mieux le documenter. Durant les quatre premières années, la chapelle, un bâtiment domestique et un bâtiment résidentiel ont été mis en évidence (voir Archéologie médiévale, 2005, 2006, 2007 et 2008). La campagne de juillet 2010 a été mise à profit pour effectuer le relevé de la petite motte située au pied du Château Ganne, à proximité du château actuel (xixe s.)

2Le projet de fouille défini pour les années 2008-2010 visait à compléter l’étude de l’espace oblong de la basse cour. La topographie du terrain suggérait la présence de salles installées, au sud, en profitant de la plongée du rocher. En avant de ces reliefs, la dépression du terrain semblait permettre d’atteindre aisément des structures anciennes peu enfouies. Plus près de la tour porche, face à la chapelle, un relief de forme carrée signalait un bâtiment qui semblait n’avoir aucun lien avec les autres constructions. Enfin, il était nécessaire de confirmer que terrasse et courtine se poursuivaient effectivement jusqu’à un mur en arête de poisson contre lequel s’appuyaient les terres accumulées du rempart.

3L’année 2008 avait permis de mettre en évidence des structures maçonnées complexes : courtine, cuisine carrée, tourelles, mur à ébrasements. Il a fallu, en 2009, élargir l’espace étudié. Dans le secteur 6, l’élargissement a été effectué à la périphérie du bâtiment carré : vers l’ouest, entre le bâtiment et le mur en arête de poisson, au pied du déversoir de l’évier, et vers l’est, à la jonction avec le secteur 4, pour comprendre les relations des bâtiments entre eux.

4Une nouvelle extension a eu lieu en 2010 à l’ouest du secteur 4, vers le mur en arête de poisson où le terrain meuble et la profondeur des vestiges l’exigeaient, pour des raisons de sécurité. Au nord du secteur 6, il fallait tenter de repérer le mur symétrique du mur à ébrasements et évaluer la largeur de la pièce. Sur le reste de la zone d’étude, la fouille s’est concentrée sur les niveaux les plus profonds. L’ensemble du plan avait été relevé, il a été complété par les assises inférieures, débordantes, des murs (nouvellement mises au jour) et par de nombreux relevés pierre à pierre des structures en élévation.

1. Reprise de la fouille du secteur du bâtiment résidentiel (secteur 2)

5Entre 2004 et 2007, la fouille avait mis en évidence un vaste bâtiment de 40 m de long, parallèle au chemin central et servant d’appui à la terrasse portant la courtine. Son rez-de-chaussée était divisé en trois pièces de plus en plus petites vers l’ouest. La dernière pièce, aux murs enduits, de 4 m x 6,72 m, n’était accessible qu’à partir de celle qui la précédait, à l’est, en franchissant une porte aux montants de calcaire taillé, percée dans un mur de refend.

6En 2008, la présence d’une première tourelle, en partie appuyée au sud contre le bâtiment résidentiel, a été constatée et la fouille de ses niveaux de comblement entamée. Un arc est apparu révélant l’existence d’une salle basse exiguë. Le risque d’effondrement de l’arc a conduit à l’interruption de l’étude des niveaux inférieurs. L’équipe qui y était affectée s’est concentrée sur les abords immédiats, notamment le sommet du mur sud du bâtiment résidentiel où un parement au profil incurvé dessinait une niche (tourelle d’escalier à vis ou contrecœur de cheminée ?). L’élargissement de la zone de fouille en 2010 a mis en évidence les vestiges de l’enduit qui recouvrait les murs de cette ultime pièce du bâtiment résidentiel. Il était dépourvu de toute trace de peinture mais portait à sa surface, assez grossière, trois graffitis incisés superficiellement. L’un d’eux représentait une maison ou une tour à toit à double pente, assise sur le rocher ou sur une base en glacis.

7Le parement en arête de poisson du contrecœur de la cheminée, haut de 2 m, a été totalement dégagé. On peut le rapprocher, par sa forme en arc de cercle prononcé et ses dimensions, de celui de la cheminée de la demeure de Bretoncelles (Orne), ou encore de celui, plus aplati, de l’aula de Doué-la-Fontaine qui possède également des assises en arête de poisson. Les piédroits situés de part et d’autre étaient réalisés en calcaire soigneusement taillé sur lequel devaient s’adosser des colonnettes qui n’ont pas été conservées. L’usage de cette structure était confirmé par une épaisse couche de terre charbonneuse grasse qui recouvrait, en le dissimulant largement, l’âtre de dalles de schiste gréseux plates juxtaposées sommairement et sans aucun liant. L’âtre épousait la forme semi-circulaire du contrecœur et débordait dans la pièce en dessinant un demi-cercle identique.

8L’aménagement de cette pièce (notamment l’installation de la cheminée) semble contemporain de la construction du mur conservé en élévation dans lequel elle semble être insérée dès l’origine et dont l’alignement paraît correspondre parfaitement à celui du mur gouttereau du bâtiment résidentiel mis en évidence, vers l’est, dans les pièces A et B. Une vérification sera réalisée en 2011.

2. Le secteur 4

9Il n’y a pas eu, en 2010, de complément d’enquête sur la tour orientale – dite tour à arc – ni sur l’espace de la courtine et du rempart. La fouille s’est poursuivie dans la seconde tour découverte à l’ouest du secteur et sur la vaste zone qui s’étend en avant du mur à ébrasements, entre les deux tours. La zone examinée a outrepassé l’alignement du mur nord de la cuisine du secteur 6.

10Dès 2007, un muret de pierres sèches prolongeant, vers l’ouest, le mur de façade du bâtiment résidentiel avait été mis en évidence. De facture plus grossière, il était appuyé contre l’angle arrondi du bâtiment. La reprise de la fouille dans ce secteur a montré que la construction du muret était postérieure à celle du bâtiment résidentiel, et qu’il dessinait un angle droit pour venir s’appuyer contre le mur à ébrasements, délimitant un espace quadrangulaire qui contrôlait l’accès à la tour est. Dans cet espace et en avant du mur à ébrasements, sous un niveau continu d’argile mêlée de débris de démolition, la poursuite de la fouille fine a révélé, contre la base du mur, des foyers, des trous verticaux et horizontaux qui pourraient être la trace de structures de bois verticales et horizontales enterrées et disparues. Elles auraient brûlé en raison de la proximité des foyers (ou se seraient décomposées). Les traces de rubéfaction passaient très clairement sous le muret de pierres sèches indiquant qu’il s’agissait d’une occupation antérieure à la construction de cet espace, et postérieure à la transformation du mur à ébrasements. Une phase d’occupation intermédiaire a été ainsi mise en évidence. Des aménagements de sol correspondant à ces foyers était visibles : vestiges de chape de mortier ou larges dalles plates. Le mobilier abondant révélait une fréquentation intense au cours de cette phase. Certains trous de poteau semblaient indiquer que l’accès à la tour était condamné, il est également possible que la base de poteaux ayant servi à une quelconque réfection soit restée en place, laissant cependant l’entrée accessible.

11La tour ouest, aux dimensions comparables à celles de la tour est, s’appuyait également contre l’extérieur du mur à ébrasements. Contrairement à la tour orientale, elle ne possédait pas d’arc surmontant l’espace inférieur, ce qui a permis de la vider jusqu’à atteindre ses fondations. En revanche, son parement externe, profondément enterré dans le rempart (puisqu’elle a été utilisée pour maintenir l’élargissement de la plateforme), n’a pu être observé qu’au sommet des vestiges. L’espace intérieur a été fouillé jusqu’au niveau de construction des murs. Le comblement de la tour était composé d’éléments hétérogènes, principalement de débris de démolition qui semblent avoir été jetés dans cet espace en peu de temps. Le matériel est varié et assez composite, on note en particulier, au milieu de tuiles, la présence de plusieurs squelettes d’animaux de taille conséquente, notamment des chiens, en connexion anatomique. L’un d’eux semblait entravé. Les niveaux inférieurs de la tour ont également livré du mobilier céramique, en particulier la panse d’un énorme vase dont le bec verseur avait été découvert lors de la fouille de la salle A du bâtiment résidentiel, un denier de l’abbaye Saint-Martin de Tours frappé avant 1204, et un lissoir de verre. La base du mur à ébrasements a pu être observée. Elle repose sur un niveau de gravillons violacés lié à la décomposition de la roche en place et se situe à un niveau supérieur à la base des murs de la tour qui suivent le pendage du substrat. À leur pied, un bourrelet de mortier correspond à la construction de la structure. Il n’y a pas de niveau d’occupation évident au fond de la tour, bien que les couches les plus profondes soient très sombres. Il n’est pas possible d’affirmer que ce niveau inférieur a eu une quelconque fonction et il n’est pas possible, non plus, d’affirmer que le comblement a suivi immédiatement la construction. Certaines pièces de mobilier paraissant résiduelles, un 14C réalisé sur les ossements d’animaux en connexion pourrait permettre de proposer une date pour le comblement.

12Dans la dépression correspondant à l’intérieur de la pièce, au nord du mur à ébrasements, des vestiges de constructions de bois et torchis ont été découverts. Les tentatives de mise en évidence d’un mur de façade parallèle au mur à ébrasements se sont soldées par un échec relatif, une large fosse creusée jusqu’au rocher en ayant fait disparaître tout vestige. Au pied du mur à ébrasements, recoupée par cette large fosse, s’étendait une surface plane d’argile jaune provenant de murs construits en bois et torchis et constituant également le sol de trois petites pièces adossées au mur. Des trous de poteau et des solins révélaient cette organisation. Dans chacune de ces pièces, contre le mur, un ou des foyers ont été découverts. L’installation et l’occupation de ces pièces semblent se situer chronologiquement après le changement de fonction du mur à ébrasements, l’obturation des ouvertures, la construction des tours et probablement le renforcement du système défensif. De très nombreux fragments de plomb de vitrage retrouvés dans l’argile viennent à l’appui de cette hypothèse. Aucun sol correspondant à l’utilisation de la pièce à ébrasements n’a été identifié. Il s’agit peut-être également du sol d’argile jaune sur lequel s’est ensuite installée l’occupation légère avec cloisons de bois. Il apparaît donc que la destruction de la pièce à ébrasements avait pour objectif la transformation fonctionnelle de cet espace qui devenait avant tout militaire.

3. Le secteur 6

13Dans le secteur 6, la fouille initiale portait sur l’espace carré, repérable à des reliefs importants, et sur la zone située entre cet espace et le mur en arête de poisson qui limite la basse cour, à l’ouest. La découverte, à l’est du secteur 6, du mur mitoyen situé entre la pièce à ébrasements et l’espace initial, rectangulaire, de la cuisine primitive, a conduit à reconsidérer l’ensemble bâti comme un tout, et à voir, dans le carré de la cuisine, le rétrécissement d’un espace antérieur. Les recherches se sont donc poursuivies à la fois à l’intérieur de la cuisine carrée et dans l’espace annexe rectangulaire limité par ce mur mitoyen.

14Dans la cuisine où les niveaux d’occupation étaient atteints et, en grande partie, déjà explorés, la fouille, en profondeur, n’a pas été poursuivie sur l’ensemble de la pièce. La reprise du travail sur les foyers, après le démontage du foyer supérieur constitué de petites dalles de schiste, a mis en évidence un trou de poteau, pratiquement symétrique d’un autre situé plus à l’ouest, du côté opposé du foyer carré qu’il transperce ; on peut penser qu’ils étaient destinés à soutenir un conduit de fumée. De façon à préserver autant que possible les aménagements des foyers, la fouille en profondeur a été limitée à la partie occidentale de la pièce, sur une bande de 2 m de large orientée N-S. Dans cet espace, les niveaux très riches en céramique et vestiges de faune ont été achevés de fouiller. Les niveaux de remblais sous-jacents étaient très pauvres en mobilier. La base élargie du mur occidental de la cuisine forme un ressaut continu posé sur le rocher qui plonge vers le sud, elle a été mise en évidence sur toute la longueur de la maçonnerie. La zone déprimée, au sud de la cuisine, a été utilisée comme dépotoir et vidangée à plusieurs reprises, le mobilier recueilli, assez homogène, correspond à l’occupation liée au troisième foyer. Une monnaie (un denier mansois au type immobilisé) et une datation 14C de charbons permettent de situer cette occupation dans la seconde moitié du xiie s.

15Il semble qu’on accédait à la cuisine par une porte installée près de l’angle NE de la pièce, l’ouverture étant située dans le mur est. L’entrée se prolongeait vers l’extérieur par une chape de mortier sur lequel étaient posés des blocs de calcaire taillés présentant, notamment, une feuillure. Ces blocs devaient former une sorte de barrière basse limitant le passage, moyen bien connu dans la plaine de Caen pour éviter que les animaux domestiques n’entrent dans les bâtiments. La cuisine se situait légèrement en contrebas par rapport au sol de circulation environnant.

16La cuisine initiale, rectangulaire, comportait sans doute dès l’origine deux pièces, séparées par le mur de l’espace carré qui serait par conséquent un mur de refend. Le plan de l’ensemble initial correspondrait donc au plan au sol mis en évidence actuellement. Des lits de matériaux différents visibles sur l’élévation témoignent des phases successives.

17Lors des transformations destinées à supprimer la salle à ébrasements pour la remplacer par un large espace ouvert, le mur de façade (mur nord) a été rasé ainsi que la partie annexe située à l’ouest de la cuisine carrée. Le complexe résidentiel et la cuisine se sont trouvés séparés. Si le mur mitoyen n’apparaît plus en surface, à cause de la pente du rocher, il conserve encore au sud 1,80 m d’élévation enterrée. Comme la cuisine, cet espace allongé présente, au sud, une zone déprimée, comblée et qui a été remaniée. Elle a livré des fragments de céramique nombreux et beaucoup de vestiges de faune. Sur le haut de la pente, un petit four aménagé oblong est apparu lors de la fouille. Orienté N-S, de taille réduite, il est étroit, peu profond, et tapissé d’argile damée jaune, légèrement rougie au feu. L’alandier, tourné vers le sud, est en partie érodé par la proximité de la fosse. Il est difficile à replacer stratigraphiquement car il peut être antérieur ou contemporain des fosses. Sa fonction n’a pu être mise clairement évidence mais ses caractéristiques laissent penser à un four domestique à fonction culinaire.

18Les recherches se sont poursuivies au-delà de la cuisine, vers l’ouest, de façon à mettre en évidence les relations de la cuisine et du mur en arête de poisson et de tenter de dater précisément ce dernier. À la base de son parement ouest, dans la partie sud du mur, est apparu un long glacis de 0,60 m de haut, débordant du mur de plus de 0,50 m. Le parement oriental, qui a été dégagé, présente lui aussi un appareil en arête de poisson, mais ne possède pas de glacis. Enfin, le dessus du mur dessine une assise oblique régulière et plane, formée de blocs soigneusement ordonnés. Une technique identique a été employée sur le dessus des deux murs latéraux de l’entrée de la basse cour. Le mur en arête de poisson venait s’appuyer, à son extrémité nord, sur la pente continue aménagée en mortier qui s’incline à partir du chemin central de la basse cour.

19La mise en évidence de la pente recouverte de mortier et le nettoyage de la base du rempart ont permis de constater que les terres beiges granuleuses du rempart recouvraient le mortier, indiquant clairement l’antériorité de la pente par rapport au rempart et au mur. La base du rempart a été entamée de façon à créer une coupe entre le mur en arête de poisson et le mur ouest de la cuisine. Elle a mis en évidence un noyau de pierres accumulées qui constituait le cœur du rempart.

20Les objectifs qui avaient été fixés pour la triennale 2007-2010 ont été remplis : la fouille des secteurs 4 et 6 a été réalisée mais des interrogations restent en suspens, notamment la chronologie des constructions intégrant les relations entre le secteur 2 (bâtiment résidentiel) et le secteur 4 (pièce à ébrasements).

La Pommeraye, Château Ganne, les trois pièces adossées au mur à ébrasements.

La Pommeraye, Château Ganne, les trois pièces adossées au mur à ébrasements.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La Pommeraye, Château Ganne, les trois pièces adossées au mur à ébrasements.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (la) (Calvados). Château Ganne  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 285-288.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (la) (Calvados). Château Ganne  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12619

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals