Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Rochelle (la) (Charente-Maritime). Place du Commandant de la Motte-Rouge

Responsable d’opération : Guillaume Pouponnot et Anne Jégouzo
p. 289-290

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Préalablement à un projet de réaménagement urbain mené par la mairie de La Rochelle, un diagnostic (janvier 2010) a été suivi d’une fouille, menée par une équipe de l’Inrap (juillet-août 2010) avec pour objectif l’étude et la compréhension d’une partie des fortifications protégeant l’accès sud de la ville médiévale et moderne au niveau du quartier Saint-Nicolas. L’emplacement des remparts dans ce secteur était en partie connu grâce aux plans anciens et aux travaux entrepris au cours des dernières décennies. La fouille se décompose en deux zones distinctes situées à l’ouest et au SE de la place du Commandant de la Motte-Rouge. D’une superficie de 300 m², la zone 1 a permis de dégager et d’étudier une section de courtine d’environ 25 m de long et d’entr’apercevoir une toute petite partie de l’organisation intra-muros. Plusieurs phases de construction, d’entretien et d’évolution du rempart, s’échelonnant entre le xiiie et le xixe s., ont ainsi été mises en évidence.

2La partie la plus ancienne, qui correspond vraisemblablement à la première fortification du quartier Saint-Nicolas au début du xiiie s., se présente sous la forme d’un mur en petit appareil (fig.) d’environ 2,30 m de large. D’orientation SE-NO, il a été dégagé sur 17 m de long avant de bifurquer vers le nord, où il n’a été suivi que sur 5 m. Cet ouvrage est complété à la fin du xive s. par la construction d’une nouvelle courtine, contemporaine de la tour Saint-Nicolas, dont la fonction était de fermer l’accès au port en reliant cette dernière à la fortification primitive. D’orientation O-E, ce mur en moyen appareil de pierre de taille se caractérise par sa largeur imposante (4 m). L’ouverture d’un nouvel accès dans le premier état du rempart est également à noter. Seul son piédroit sud a été retrouvé dans l’emprise de la fouille. Sa datation précise n’est pas encore déterminée avec certitude, mais sa réalisation semble postérieure à la construction de la nouvelle courtine.

3Au cours de l’époque moderne, le parement extérieur d’origine est entièrement repris. Cela se traduit par la mise en place d’un grand appareillage en pierre de taille lié par un mortier hydraulique rose. La Porte Napoléon est percée au milieu du xixe s. Seule son extrémité orientale, matérialisée par un important coup de sabre dans la courtine du xive s. en liaison avec la construction d’un nouveau mur, est visible dans l’emprise de la fouille.

4La zone 2 a permis de mettre au jour une vaste structure maçonnée, d’orientation O-E, d’une quinzaine de mètres de long sur près de 5 m de large. L’ensemble se compose de moellons calcaires dont la mise en œuvre est identique à celle de la partie la plus ancienne du rempart dans la zone 1. Son état de conservation n’est pas toujours bon en raison des perturbations engendrées par les destructions anciennes et les aménagements urbains récents. Le départ d’une construction semi-circulaire, en limite d’emprise, ainsi qu’un niveau de voirie en pavé calcaire, à l’est, permettent néanmoins d’identifier cette construction comme les restes de la première porte Saint-Nicolas. Édifiée en même temps que le reste de la fortification, elle remonte au début du xiiie s.

5Aucune modification majeure n’a été mise en évidence sur la structure même de la porte, hormis au niveau du parement extérieur occidental, où au moins trois états ont été identifiés. Leur datation reste encore à préciser même si deux d’entre eux sont vraisemblablement attribuables à la période moderne. Il s’agit notamment du massif de maçonnerie situé dans le prolongement du parement extérieur et qui vient se coller contre le parement sud de la porte. Son mode de construction, avec galets de silex dans le bourrage interne, et son positionnement, postérieur à la porte, permettent de l’interpréter comme le départ du réduit bastionné construit au début de l’époque moderne pour renforcer les défenses de la porte et répondre à l’évolution de l’armement.

6Cette opération a également fourni l’occasion d’entrevoir l’organisation urbaine du quartier depuis la période médiévale jusqu’à nos jours. Plusieurs maçonneries et niveaux de circulation ont ainsi été mis au jour sans que leur fonction respective soit attestée de façon certaine. Les fortifications restent en élévation jusqu’à la fin des années 1910 comme on peut le voir sur de nombreuses cartes postales de l’époque. Elles sont déclassées et démolies au lendemain de la première guerre mondiale.

La Rochelle, place du Commandant de la Motte-Rouge, zone 1 – vue du parement intérieur du rempart médiéval.

La Rochelle, place du Commandant de la Motte-Rouge, zone 1 – vue du parement intérieur du rempart médiéval.

Cl. A. Jégouzo, INRAP

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Rochelle, place du Commandant de la Motte-Rouge, zone 1 – vue du parement intérieur du rempart médiéval.
Crédits Cl. A. Jégouzo, INRAP
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Pouponnot et Anne Jégouzo, « Rochelle (la) (Charente-Maritime). Place du Commandant de la Motte-Rouge », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 289-290.

Référence électronique

Guillaume Pouponnot, Anne Jégouzo, « Rochelle (la) (Charente-Maritime). Place du Commandant de la Motte-Rouge » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12623

Haut de page

Auteurs

Guillaume Pouponnot

Articles du même auteur

Anne Jégouzo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Guillaume Pouponnot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Anne Jégouzo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals