Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Saignon (Vaucluse). Château de Crugière et rempart nord

Responsable d’opération : Maxime Dadure
p. 291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À 3 km au SE d’Apt, l’actuel village de Saignon constituait le plus important castrum du domaine épiscopal aptésien dès le début du xiie s. Des trois châteaux qui coiffaient l’éperon rocheux dominant le village, seuls deux semblent avoir été des seigneuries à part entière. Le château de Tortamollis ou Mejanum, au centre du rocher, et celui de la Crugera, à l’extrémité sud, sont omniprésents dans les chartes du cartulaire de l’église cathédrale d’Apt. On suit assez bien le rôle important qu’ils jouent dans les luttes de pouvoir entre l’aristocratie locale et l’Église.

2En 2010, la commune de Saignon et la communauté de communes du pays d’Apt ont élaboré un projet visant à établir un nouveau chemin menant au rocher de Bellevue, ainsi qu’un nouvel accès franchissant le rempart du xviie s. au NE. En novembre de la même année, lors des premiers terrassements, le Service d’archéologie du département est intervenu afin d’effectuer des sondages d’évaluation et une analyse des constructions mises au jour. Il s’agissait d’abord de guider les architectes du Parc naturel régional du Luberon, maîtres d’œuvre du projet, en vue de l’intégration des nouveaux aménagements au sein des vestiges conservés. C’était aussi pour l’équipe archéologique l’occasion de mieux connaître les transformations médiévales et modernes du village implanté dans un secteur clef du point de vue architectural.

3Les sondages menés au château de Crugière ont montré les profonds remaniements de la fin du Moyen Âge (fin xiiie-xve s. ?) qui témoignent d’un développement progressif de la fonction résidentielle. L’enceinte de la seconde moitié du xiie s. ou du début du xiiie s. est alors presque intégralement occupée par des salles voûtées sur plusieurs niveaux enserrant le noyau castral primitif. La réalisation du plan du site et l’observation des vestiges montrent que cette enceinte de forme quadrangulaire entourant une surface de près de 1200 m² était beaucoup plus importante que supposé.

4Au pied du rocher de Bellevue, les terrassements sous surveillance archéologique ont confirmé l’intégration de bâtiments antérieurs (dont une maison forte du xiiie s.) dans l’enceinte construite au xviie s. En effet les abords du château paraissent avoir formé un secteur privilégié du village concentrant les habitations les plus aisées.

5L’absence de traces d’enceinte médiévale dans ce secteur pousse à penser que, avant le xviie s., le village se développait plus loin sur la pente orientale de Saignon et longeait le rocher de Bellevue où subsistent de nombreux aménagements rupestres. L’enceinte rejoignait vraisemblablement l’extrémité sud du château de Crugière où l’on retrouve une section de mur plus ancien, intégré à la fortification moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Dadure, « Saignon (Vaucluse). Château de Crugière et rempart nord », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 291.

Référence électronique

Maxime Dadure, « Saignon (Vaucluse). Château de Crugière et rempart nord » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12643

Haut de page

Auteur

Maxime Dadure

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Dadure

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals