Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Saint-andre-sur-sevre (Deux-Sèvres). Château de Saint-Mesmin

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
p. 292-294

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le château de Saint-Mesmin, dans le nord des Deux-Sèvres, acquis par l’association A.CHA.S.ME en 1990, a été classé au titre des Monuments historiques en 1993. Un programme de travaux établi en 1995 par François Jeanneau, architecte en chef des Monuments historiques, a débuté en 1997. L’aile sud effondrée en 1983 a été reconstruite (maçonnerie, charpente et couverture). En 2008-2009, les élévations du châtelet d’entrée ont été échafaudées pour permettre la restauration des maçonneries et déposer la couverture et les charpentes. La réhabilitation entraîne également des raccordements de réseaux électriques. Dans ce contexte, une étude de bâti, une expertise par dendrochronologie des bois de construction et un suivi des terrassements ont été prescrits.

2La connaissance du site reposait jusqu’à présent sur une étude archéologique réalisée en 1990 par Jean Vincent et sur des recherches historiques menées par Caroline Teillet. Elles avaient abouti à l’identification de quatre phases de construction réparties entre le xive et le xviiie s. L’opération a permis de réviser la chronologie relative des constructions. La fortification initiale s’apparentait à une simple enceinte polygonale, sorte de shell keep (phase I). Elle renfermait une salle ou un logis dont la relation avec une tourelle d’escalier à vis reste à définir. Aucun indice archéologique n’autorise d’estimation chronologique. À défaut, l’implantation du château de Saint-Mesmin est seulement avérée à partir de la seconde moitié du xive s. L’édifice, occupé par Jean de Montfaucon, est qualifié de « bon château et forteresse réputée ». Une destruction est orchestrée par Guillaume Larchevêque, seigneur de Parthenay en 1375 (phase II). Elle est justifiée par le caractère adultérin de la fortification édifiée par Pierre de Montfaucon, seigneur de Saint-Mesmin. Les courtines sont en majeure partie arasées.

3La phase de reconstruction a probablement débuté après une longue procédure en justice mentionnée par des sources (phase III). L’enceinte est alors remontée et flanquée de six tours, dont deux constituent le châtelet d’entrée, et une s’impose comme une tour maîtresse ou donjon. Les nouvelles constructions intègrent des ouvertures de tir, certaines identifiables à des arbalétrières, d’autres à des canonnières. Un bois d’œuvre, hors contexte stratigraphique, atteste l’existence de travaux postérieurs à 1399, donc plus de vingt ans après la destruction. Ils s’étendraient éventuellement jusqu’à la seconde moitié du xve s., datation suggérée pour la tour-maîtresse.

4Le châtelet d’entrée connait ultérieurement des transformations. Elles sont probablement liées à la nécessité de perfectionner ou rétablir le dispositif de pont-levis (phase IV). Ces réaménagements comprennent de nouvelles canonnières. Ces travaux sont, de ce fait, estimés contemporains des guerres de Religion. La construction d’une porterie dans la basse cour découlerait du même contexte. La période d’abattage (entre 1565 et 1593) des bois d’œuvre utilisés étaie cette hypothèse. Au xviie siècle, une campagne de travaux visant à réaménager les corps de bâtiments est suspectée, elle n’a pu être mise en évidence lors de cette intervention.

5La phase VI correspondrait à d’importantes destructions infligées en 1794 par les colonnes infernales. Une reconstruction d’au moins trois ailes aurait été effectuée par le fermier entre 1794 et 1798 (phase VII). La dernière phase serait une reconstruction partielle de la courtine orientale après l’effondrement supposé d’une échauguette ou de latrines en encorbellement (phase VIII).

6Ce phasage reste hypothétique. En dehors du châtelet, les observations stratigraphiques sont insuffisantes. Une étude de bâti avec des relevés complémentaires serait primordiale tant pour les courtines, les corps de bâtiments que pour les tours. Néanmoins, les résultats permettent d’ores et déjà d’exploiter les datations obtenues par dendrochronologie et de mieux apprécier l’évolution du château.

Saint-André-sur-Sèvre, château de Saint-Mesmin, plan du rez-de-cour et élévations extérieures orientales avec proposition de phases.

Saint-André-sur-Sèvre, château de Saint-Mesmin, plan du rez-de-cour et élévations extérieures orientales avec proposition de phases.

P. Bouvart, Hadès ; F. Jeanneau ACMH

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-André-sur-Sèvre, château de Saint-Mesmin, plan du rez-de-cour et élévations extérieures orientales avec proposition de phases.
Crédits P. Bouvart, Hadès ; F. Jeanneau ACMH
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bouvart, « Saint-andre-sur-sevre (Deux-Sèvres). Château de Saint-Mesmin », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 292-294.

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Saint-andre-sur-sevre (Deux-Sèvres). Château de Saint-Mesmin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12655

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals