Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Saint-gervais-sur-mare (Hérault). Le castrum de Neyran

Responsable d’opération : Isabelle Commandré
Notice rédigée avec Franck Martin et Vivien Vassal
p. 294

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Cette première période de fouilles du castrum de Neyran accompagne une vaste campagne de stabilisation et de mise en valeur des vestiges les mieux conservés : l’église Saint-Pierre et le pôle seigneurial tardif. Malgré l’état extrêmement dégradé du site, qui s’explique par sa transformation en terrasses agricoles durant la période moderne, de nombreuses données sont apparues grâce aux premières recherches. Ainsi une occupation répartie entre trois principaux regroupements établis le long de la crête du Serre : une agglomération castrale primitive au centre et au sommet, auxquels viennent s’associer un pôle ecclésial à l’est et un corps de logis plus tardif formant un petit hameau autonome à l’extrémité NO de la colline. L’occupation globale du castrum se situe entre le xie et la fin du xive s. Trois grandes phases se distinguent désormais : la période d’installation de l’agglomération au xie-xiie s., le développement et l’éclatement du site au xiiie-xive s. et enfin la période d’aménagement des vestiges abandonnés en terrasses agricoles à partir de la deuxième moitié du xve s.

2La première installation du castrum de Neyran, qui a entraîné un remodelage important de la topographie, a sans doute fait l’objet d’un programme, dont l’amplitude reste encore à cerner. Les choix d’une telle implantation semblent motivés par la volonté de perchement associée au contrôle des voies de communication dans une zone de transition entre littoral languedocien et premiers contreforts du Massif Central.

3Cette première agglomération paraît formée de plusieurs installations militaires, rupestres ou construites, qui se développent le long de l’éperon rocheux. Elles ceinturent plus ou moins un premier logis seigneurial dont l’accès est sous contrôle et dont l’aménagement principal semble être une porte. Peu de niveaux encore en place permettent de documenter stratigraphiquement cette première phase : le nombre des trompes d’appel parmi le mobilier céramique et la consommation importante d’espèces porcines confirment tout à la fois le caractère militaire et aisé des habitants du lieu. Les premiers éléments de datation absolue montrent que ces éléments défensifs primitifs seraient contemporains du premier réseau castral de l’an Mil des hauts cantons héraultais, et notamment de la forteresse de Nebuzon dont l’abandon était jusque-là perçu comme principal facteur d’installation de la fortification de Neyran.

4La deuxième phase d’occupation de l’agglomération de Neyran se traduit par un éclatement des installations domestiques dont l’habitat seigneurial tardif semble être la meilleure expression. Vers le milieu du xiiie s., un nouvel habitat seigneurial est implanté en bordure NO du relief. L’articulation entre ces deux principaux groupements reste floue ; si le nouvel ensemble bâti semble volontairement isolé, il reste encore difficile d’établir son statut, il peut s’agir d’un simple glissement de l’habitat seigneurial et/ou de la manifestation physique d’une coseigneurie. Les restes alimentaires reflètent une certaine aisance sociale par la présence assez marquée de porc et par une variété d’espèces sauvages. Les mobiliers céramiques et métalliques vont dans ce sens également avec de la vaisselle importée d’Italie ou encore des objets de parure ou de costume issus d’un répertoire régional ou hispano-mauresque. Quelques artefacts illustrent également les activités domestiques rurales : plombs de pêche, fusaïoles et dés à coudre. Enfin, la présence de nombreux méreaux anépigraphes associés aux monnaies royales montrent la vigueur des échanges économiques de cette aristocratie, largement ouverte, semble-t-il, vers l’extérieur. Le mobilier céramique et monétaire témoigne d’une chronologie comprise entre le xiiie et le xive s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Martin et Vivien Vassal, « Saint-gervais-sur-mare (Hérault). Le castrum de Neyran », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 294.

Référence électronique

Isabelle Commandré, Franck Martin et Vivien Vassal, « Saint-gervais-sur-mare (Hérault). Le castrum de Neyran » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12667

Haut de page

Auteurs

Franck Martin

Articles du même auteur

Vivien Vassal

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Commandré

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals