Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Salignac-sur-charente (Charente-Maritime). Château de la Garde

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
p. 295-296

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le château de la Garde à Salignac-sur-Charente est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1987. En 2008-2009, il a fait l’objet d’une campagne de restauration par son propriétaire, Paul Poziumschi. Les travaux intégraient une réhabilitation des dépendances et une mise en valeur des espaces verts. Dans ce cadre, des investigations ont été préconisées par le SRA afin de vérifier l’existence de fossés défensifs et d’une clôture flanquée d’une tour. Dans le même temps, la prescription prévoyait un suivi archéologique de l’évacuation des gravats accumulés dans les fosses des latrines situées dans les tours du château. Une recherche documentaire devait compléter l’opération afin de replacer les découvertes et le site dans leur contexte historique.

2L’origine de la seigneurie de la Garde demeure méconnue. Elle pourrait éventuellement correspondre à une motte établie pour contrôler un passage sur le Né au lieu-dit actuel le Pérat, microtoponyme les Mottes de la Garde. Toutefois, aucune source ne permet véritablement d’envisager l’existence de cette seigneurie durant la période médiévale. En outre, l’évolution de cette supposée fortification est certainement restée minime en raison de la proximité de la motte de Merpins, chef-lieu de la châtellenie. La constitution d’un domaine fieffé pourrait, par conséquent, se révéler plus tardive et résulter, ainsi que l’insinuent certains généalogistes, d’un démembrement de la terre de Merpins au xve s. en faveur de la famille Gorric ou Green de Saint-Marsault.

3Malgré l’importante fortune de ce second lignage, la valorisation de la terre ne semble pas effective avant le début du xviie s. Elle coïnciderait avec la construction de l’actuel château de la Garde dont les dates de construction du logis et des communs sont suggérées par les millésimes : 1606, inscrit sur une baie du pigeonnier et 1610, sur un cartouche sommant la porte d’entrée du château. Ces datations identifient Daniel Green de Saint-Marsault comme commanditaire. Celui-ci est alors chevalier, seigneur de la Garde, de Salignac, Saint-Laurent-des-Combes et des châtellenies de Salles, du Roullet et de Rudepierre et en passe de devenir baron de Châtelaillon.

4D’après les sondages et les vestiges conservés en élévation, l’actuel site du château de la Garde se révèle une construction ex-nihilo. Une délocalisation du siège de la seigneurie résulte probablement des incommodités du site des Mottes de la Garde dont la nature marécageuse et le caractère inondable sont avérés par la toponymie environnante.

5L’ensemble architectural s’apparente à un manoir de plaisance n’accordant qu’un faible intérêt au dispositif de défense. Les canonnières, judicieusement réparties, sont uniquement dissuasives contre d’éventuels brigands. En effet, en l’absence de fossé et de courtine et compte tenu du nombre des ouvertures situées au rez-de-chaussée, le château n’oppose aucune résistance à un assaut militaire.

6L’unité du plan, l’homogénéité des constructions et la qualité des encadrements des baies témoignent d’un chantier encadré par un architecte et réalisé par une main-d’œuvre qualifiée. L’édifice correspond parfaitement à l’architecture du règne d’Henri IV. Il se démarque des autres châteaux construits dans la région à la même période par la discrétion de ses aménagements militaires.

Salignac-sur-Charente, château de la Garde, détail d’un fronton de baie.

Salignac-sur-Charente, château de la Garde, détail d’un fronton de baie.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Salignac-sur-Charente, château de la Garde, détail d’un fronton de baie.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bouvart, « Salignac-sur-charente (Charente-Maritime). Château de la Garde », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 295-296.

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Salignac-sur-charente (Charente-Maritime). Château de la Garde » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12675

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals