Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Toutencourt (Somme). Le Château

Responsable d’opération : Richard Jonvel
p. 297

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Toutencourt est un village situé à 25 km au NE d’Amiens et appartenant à l’ancienne châtellenie d’Authie qui relevait de l’abbaye de Saint-Riquier. Depuis 2001, l’association « Toutencourt, Mémoire et Culture » y mène plusieurs actions de préservation et de mise en valeur du patrimoine communal. En 2005, la commune a acheté la parcelle où se situe l’ancien château médiéval dont seule la motte et son fossé sont apparents. Dans le but de mettre en valeur cette motte, l’association a fait appel au Laboratoire d’archéologie et d’histoire médiévales de l’université de Picardie pour entreprendre des recherches historiques et archéologiques sur le site. En 2008, un relevé topographique a été réalisé suivi d’un sondage en 2009. En 2010, une fouille programmée annuelle a été effectuée pendant six semaines.

2La motte castrale de Toutencourt se situe en haut du village, sur une pente douce de direction O-E, en lisière de bois et à une trentaine de mètres de l’église paroissiale Saint-Léger. La plateforme sommitale mesure 35 m de diamètre ; deux structures construites sont visibles : un puits maçonné sur un tiers de sa hauteur, profond de 21 m, et une cave dont la voûte est intacte. La profondeur du fossé actuel varie entre 3 et 6 m, mais le sondage de 2009 a permis de constater qu’il était comblé sur 2 m de profondeur. Le fossé est barré à l’est par une levée de terre de 10 m de large qui sert actuellement d’accès à la plateforme.

3En 2010, après un déboisement important du secteur sud, une zone de 350 m² a été décapée mécaniquement. La fouille a permis de déterminer, en rebord de motte, l’existence d’une courtine large d’1,20 m, à pans coupés de 8 m de long chacun. Elle a été dégagée sur 32 m. Elle est interrompue par un grand bâtiment de 10 m sur 5 m installé à cheval sur le rebord de motte (tour d’habitation). L’intérieur, conservé sur une hauteur d’1,80 m, est totalement appareillé en grès. La division en deux pièces de même superficie est matérialisée par deux piliers symétriques. Aucun sol spécifique n’a été retrouvé. Seule la moitié de cette pièce a été fouillée. À 5 m à l’ouest de cette structure, attenant à la courtine, au moins deux autres bâtiments, d’orientations peu différentes (SE-NO), se sont succédé au même endroit. Du premier bâtiment, seuls les murs sud et est ont été conservés (36 m²). Un contrecœur de cheminée dans le mur oriental et un four à pain sont associés à ce bâtiment. Il ne restait quasiment plus rien du sol intérieur et aucune structure extérieure ne peut être mise en relation avec cet édifice. Le second bâtiment possédait encore une partie de son sol en brique et se signale par l’existence de deux caves voûtées (de 6 m² et 12 m²). À l’extérieur, un seuil et un lambeau de sol pavé en grès sont associés à cet édifice. Entre celui-ci et la tour d’habitation, un sol extérieur, très organique et très riche en mobilier, a pu être fouillé (9 m²). Il concentre à lui seul 90 % du mobilier archéologique trouvé pendant l’opération (daté fin xve-xviie s.).

4Du point de vue archéologique, l’origine de ce château et son évolution avant la seconde moitié du xve s. demeurent mal connues : aucune structure n’a fourni d’élément datable antérieur à cette époque et le premier texte évoquant le château date de 1481. Les sources historiques mentionnent la présence d’une famille de Toutencort dès 1135, mais les textes antérieurs au xive s. ne donnent aucune précision sur leurs relations avec le château. À partir du milieu du xive s., la seigneurie passe toutes les deux générations à une nouvelle famille. Du xvie au milieu du xviie s., le château demeure la résidence principale du seigneur de Toutencourt. Cela se traduit par un abondant mobilier représentatif de cette époque. Deux textes mentionnent des travaux en 1623 puis en 1667. En 1774, un dénombrement évoque l’emplacement du « vieux château » planté d’arbres fruitiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jonvel, « Toutencourt (Somme). Le Château  », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 297.

Référence électronique

Richard Jonvel, « Toutencourt (Somme). Le Château  » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12699

Haut de page

Auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals