Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 1. - Opérations de terrain

Villandraut (Gironde). Château de Villandraut

Responsable d’opération : Marine Ibanez
p. 299-300

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1À l’instar d’autres fortifications de plaine édifiées dans le nord des Landes de Gascogne durant tout le xive s, le pape Clément V fit édifier le château de Villandraut autour de 1305-1306 ; la construction était proche de l’achèvement au moment de sa mort en 1314. Les sources écrites laissent penser que le château fut très probablement occupé jusqu’à la fin du xviie s. Toutefois, rien ne permet aujourd’hui d’avancer la date de l’assèchement des douves. Elles furent remblayées d’abord au xviie s. avec des déblais issus du château lui-même, puis surtout aux xviiie et xixe s. quand le village les utilisa comme dépotoir. L’association Adichats œuvre depuis 30 ans à la sauvegarde du site et depuis plus de 10 ans au dégagement de ces déblais. À la demande du SRA, une étude du château orientée vers la question de l’hydraulique a été entreprise ; précédée d’une longue phase de recherches historiques, elle a débuté par divers diagnostics. Les investigations menées en 2010 avaient pour but, en dehors de l’étude du dépotoir, de localiser précisément les vestiges liés à un réseau hydraulique et les possibles aménagements ou récupérations postérieurs. L’objectif était, à terme, de préciser les phasages et successions d’adductions d’eau ainsi que leurs modes de construction et les tracés de réseaux, mais aussi d’appréhender les lieux et les modalités de captage des eaux, le problème de l’eau dans les résidences aristocratiques médiévales restant encore peu documenté. Trois diagnostics ont été conduits : sur la source principale sud, sur le dépotoir et sur le système d’évacuation, au nord.

2Dans le secteur situé à l’ouest du pont principal, dans la zone sud, trois tranchées ont été réalisées, dont une au pied de la contrescarpe et deux au pied de la tour SO. Dans ces déblais/dépotoir, la stratigraphie est assez perturbée, des remaniements ayant été effectués au xixe s. pour l’installation de jardins et potagers. Toutefois, la « source principale » citée par les érudits des xixe et xxe s. a été mise au jour dans la continuité d’un canal. L’agencement sommaire d’une margelle formait une retenue d’eau (à puiser ou pour abreuver les bêtes). La source devait être connue au xive s. et utilisée pour remplir en partie les douves, mais l’installation observée autour reflète la récupération des douves au xixe s. par les villageois. On y accédait depuis la cour d’une maison voisine située au sud du site, en empruntant un tunnel ouvert dans la contrescarpe.

3Les agencements observés tendent à montrer que le débit de la source devait être plus faible au xixe qu’au xive s. On note alors un souci de gestion, d’une part en assurant un point d’eau constant et d’autre part en évacuant le trop-plein par un canal filant vers l’est et probablement un second filant vers l’ouest. Une vanne d’évacuation laissait passer les eaux en dehors du site, pour les renvoyer dans le Ciron, rivière située à 250 m environ. Les deux tranchées réalisées au pied de la tour SO, face à la source, ont révélé des indices d’installation sommaire entre les deux puits de latrines ainsi que des arrachements et récupérations de pierres.

4La seconde campagne (juillet-août 2010) a permis de faire le diagnostic sur le dépotoir. Au pied de l’arrondi SO de la contrescarpe, il s’agissait de localiser des tuyaux d’écoulement datant de la phase d’origine du château et traversant la contrescarpe. L’étude du mobilier a montré que les couches les plus anciennes, après remaniement donc, dateraient de 1850, l’essentiel se situant dans le dernier quart du xixe s.

5Cette campagne a mis au jour un bassin triangulaire (fontaine ou abreuvoir) insoupçonné qui, tout comme la source découverte précédemment, le canal sud, ou l’installation entre les deux puits de latrines, apparaît comme postérieur à toute construction médiévale. Il intègre dans ses composants des éléments de remploi du château. Le mortier utilisé pour le jointoiement des blocs est un mortier à forte granulométrie contenant des fragments de coquilles et de billes de terre cuite qui montre le souci d’obtenir la meilleure étanchéité possible.

6Cinq tuyaux de terre cuite d’un diamètre de 12 cm ont été découverts au pied de la contrescarpe. Leur position et leur longueur prouvent qu’il s’agit d’installations du xive s., contemporaines de la construction du château, l’épaisseur des murs interdisant leur ajout a posteriori. Ces drains permettaient de récupérer les eaux des terrains situés plus haut et juxtaposés à la contrescarpe, ils devaient contribuer à l’alimentation en eau des fossés de la source. Les douves étant larges et profondes (6,5 m de profondeur pour 15 m de large), tous les moyens devaient être bons pour les alimenter. Certaines des arrivées de drains ont été modifiées. L’objectif de ces remaniements – peut-être la création d’une rigole – n’est pas évident.

7Le nettoyage du secteur NE des douves a permis de repérer, au pied de la contrescarpe, la présence d’une vanne d’évacuation des eaux, dotée de deux feuillures de sorte à pouvoir faire coulisser une plaque. Cette vanne donne accès à un conduit maçonné souterrain d’une cinquantaine de mètres. Ces dispositifs appartiennent tous au xive s., leur utilisation était donc prévue dès la construction du château. Le pendage permet de comprendre le sens de circulation de l’eau. La présence de la vanne est un signe indiscutable d’une volonté de contrôle. L’empierrement des douves est extrêmement bien agencé, les moellons sont de même taille, et la planimétrie est régulière.

8Le bassin circulaire situé en avant de cette vanne, au fond des fossés, est quant à lui plus difficile à considérer. Sa maçonnerie n’est pas intégrée à la phase de construction, son agencement est plus tardif. Il s’appuie de part et d’autre sur le mur de contrescarpe et repose sur l’empierrement des douves. Il semble présenter deux états. Dans son premier état, il semblerait qu’il ait servi de trop-plein des douves en rejetant les eaux en trop vers la vanne, pour les évacuer.

9Il était courant au Moyen Âge de pratiquer l’élevage du poisson dans les fossés du château ce qui nécessitait au minimum deux bassins, un de petite taille pour l’alevinage et un plus grand pour les adultes. Ce schéma est envisageable, mais rien ne permet d’affirmer cette pratique pour les xive-xve s., en revanche la pisciculture est attestée au xviie s. dans les sources écrites. Le bassin fut sectionné en deux parties lors d’une phase postérieure afin de garder une circulation d’eau, en direction de la vanne. L’agencement s’apparente à celui de la source au xixe s., ou du canal : c’est une installation rapide faite de blocs ou moellons de récupération. On peut sans doute associer à cette phase le rajout de deux grands murets, le premier au départ dudit bassin se prolonge vers l’ouest, le second file vers le sud.

Château de Villandraut, vue aérienne.

Château de Villandraut, vue aérienne.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Château de Villandraut, vue aérienne.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12719/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Ibanez, « Villandraut (Gironde). Château de Villandraut », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 299-300.

Référence électronique

Marine Ibanez, « Villandraut (Gironde). Château de Villandraut » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12719

Haut de page

Responsable d’opération

Marine Ibanez

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals