Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 2. - Prospections

Franche-comté (Doubs et Jura). L’architecture castrale au Moyen Âge et au début de l’époque moderne

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 302-303

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Pour cette prospection thématique, ont été prises en compte trois opérations menées sur deux châteaux de Scey dit « Castel Saint-Denis » et sur le château de Mirebel, et une prospection inventaire a été conduite sur les dix châteaux ayant appartenu à Nicolas Rolin.

2L’enquête architecturale sur des châteaux jurassiens, possessions de Nicolas Rolin, chancelier de Philippe le Bon, a été organisée sur dix bâtiments, implantés pour neuf d’entre eux dans la moitié sud du Jura et pour le dernier à l’extrémité nord. Il s’agissait de préciser la nature et les caractéristiques de ces implantations en vue de la publication d’une étude de l’ensemble des demeures de cette grande figure politique de la fin du Moyen Âge. Relevés topographiques, études architecturales, situation, environnement, état général, nature des espaces, des bâtiments et des structures ont nourri cet inventaire. Ce travail vient enrichir l’Inventaire des châteaux de pierre en Franche-Comté, portant à 75 le nombre d’édifices jurassiens analysés.

3Au terme de l’examen, les résultats montrent l’absence de plan de construction d’implantation ou d’architecture communes. Les espaces, bâtiments ou structures sont adaptés à la nature du site choisi, notamment à sa topographie. Bien que les aménagements et les constructions soient attribuables à Nicolas Rolin, ils ne traduisent pas de règle commune, mais davantage des techniques appliquées aux contingences locales.

Chassagne-saint-denis (Doubs). Château de Scey dit « castel Saint-Denis » surveillance de travaux de consolidation, étude du bâti et sondage dans les logis xive-xve s.

4Depuis 1996, des opérations de surveillance et de fouilles suivent les travaux de consolidation de la ruine. En 2010, ils ont porté sur l’analyse d’une partie de l’enceinte sud de la basse cour et les logis du Treulle. Près de 1 300 m2 de parements ont été relevés, décrits et analysés, il faut y ajouter la réalisation de coupes N-S.

5Les logis, a priori homogènes, font l’objet d’importants aménagements structurels entre le xiiie s. et le démantèlement de 1674. La construction initiale, que la tradition situe dans le courant du xive s., semble être plus ancienne, probablement du xiiie s. mais cependant postérieure à la construction du donjon Montsoufflot, daté de la fin du xiie s. Les parements présentent un certain nombre de moellons en réemploi, attribuables à un bâti du xiie s.

6L’adjonction du logis de la poterne vers 1494 entraîne des modifications notables. Le pignon oriental est entièrement démantelé afin de chaîner la nouvelle construction. Sur le parement est, la présence de la poterne armoriée témoigne d’un accès et de la présence d’un escalier. Outre la création de la basse cour, Richard Maire engage des travaux colossaux aux niveaux des logis. La reconstruction entraîne la reprise de l’ensemble des niveaux horizontaux du logis de la poterne. À la fin du xvie s., toutes les poutraisons installées dans ce dernier espace deviennent obsolètes, puisque l’arc monumental interdit dorénavant leur maintien. Le logis de la poterne devient un espace vertical vide. Ordonné par les troupes de Louis XIV, le démantèlement de 1674 aurait dû clore l’histoire du château mais c’était sans compter sur l’installation d’une chapelle.

Mirebel (Jura). Château de Mirebel, surveillance de travaux de consolidation, étude du bâti et sondage dans le donjon des xiie-xiiie s.

7L’étude du bâti préalable aux consolidations des maçonneries du donjon a permis d’étudier les quatre structures porteuses et d’effleurer le mur ouest du logis du château de Mirebel. Elle est complétée par la fouille hors œuvre et intra-muros de l’espace considéré.

8L’analyse architecturale atteste la grande homogénéité des structures. L’appareil des maçonneries est régulier et leur mode de construction est analogue avec un traitement distinct des parements internes et externes. Trois reprises ont été identifiées.

9Les parements externes arborent plusieurs ressauts, dont un chanfreiné périphérique. Les autres font fonction d’empattement de fondation. À l’intérieur, deux ressauts de poutraisons trahissent l’existence de deux étages, l’un percé de trois ouvertures, et l’autre aveugle à l’actuel rez-de-chaussée. Aucune porte ou poterne n’est apparue. Elle devait être inscrite dans le mur est, entièrement démoli. Parmi les trois ouvertures du 2e niveau, une fente de jour, une fente de tir à niche et une ouverture conduisant à une latrine en encorbellement ont été observées. La hauteur du bâtiment reste inconnue. La première mention du château apparaît en 1172 ce qui peut concorder avec les observations architecturales. Plusieurs exemples de fentes de tir à niche et d’encorbellement de latrines, proches voire identiques, ont été répertoriés sur des bâtiments du xiie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Franche-comté (Doubs et Jura). L’architecture castrale au Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 302-303.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Franche-comté (Doubs et Jura). L’architecture castrale au Moyen Âge et au début de l’époque moderne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12743

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals