Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 2. - Prospections

Moras-en-Valloire (Drôme). Le Château

Responsable d’opération : Nicolas Payraud
p. 303

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Une campagne de relevés a été réalisée en août 2010 sur le site du château de Moras-en-Valloire, dont l’occupation est attestée par les sources écrites de 1009 à 1627. C’est une des plus anciennes possessions de la maison d’Albon et le centre d’une des châtellenies les plus importantes du Dauphiné à l’époque médiévale. L’objectif de cette opération était de dresser un état du site pour évaluer son potentiel archéologique, à partir de relevés systématiques des vestiges en élévation, de levés topographiques et de prospections pédestres.

2À l’issue de cette campagne, l’organisation globale du site est mieux cernée. L’ensemble castral occupe une surface d’environ 3,5 ha, délimitée par une enceinte atteignant au moins 7 m de hauteur du côté nord et divisée en plusieurs parties distinctes. La haute cour en occupe l’extrémité occidentale. Elle est dominée par une tour carrée sur motte (sur l’arase de laquelle une madone a été érigée au xixe s.) et défendue par une chemise maçonnée, probablement appuyée contre les braies. La basse cour est elle-même subdivisée en deux parties, séparées par un talus marquant la ligne de crête, entre la tour-maîtresse et une tour ronde. La nature exacte et la datation de ce talus – enceinte remblayée ou simple levée de terre – ne sont pas assurées, mais il correspond à une ligne forte du parcellaire au moins depuis le xixs. Seule la partie nord de la basse cour a pu être explorée, livrant, en haut de la pente, quelques traces d’une activité métallurgique et révélant, près de la tour ronde, la présence de maçonneries adossées à l’enceinte orientale.

3Le mobilier ramassé au sol ou lors du nettoyage des structures maçonnées (principalement de la céramique et de la terre cuite architecturale) appartient à un horizon chronologique assez large, centré sur les xve-xviie s. La rareté des éléments plus tardifs confirme le probable abandon total du site après le démantèlement du château en 1627, sur ordre de Richelieu. Malgré cet événement, les vestiges relevés, appartenant principalement aux différentes enceintes, sont globalement bien conservés.

4Le site présente donc, indiscutablement, un potentiel très intéressant. La poursuite de son étude pourrait permettre de mieux connaître l’évolution du phénomène castral et des structures de peuplement dans l’espace delphino-savoyard au cours du Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Payraud, « Moras-en-Valloire (Drôme). Le Château », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 303.

Référence électronique

Nicolas Payraud, « Moras-en-Valloire (Drôme). Le Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12747

Haut de page

Auteur

Nicolas Payraud

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Payraud

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals