Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 2. - Prospections

Mortagne-au-Perche (Orne). Fort Toussaint

Responsable d’opération : Fabrice Morand
p. 303-304

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Pour l’année 2010, une prospection inventaire thématique portant sur les vestiges visibles en élévation des restes de l’ancien fort, appelé Toussaint, a été effectuée. La ville de Mortagne-au-Perche est sise sur un mont, l’emprise du fort s’étend sur environ 1 ha, elle se situe au milieu de la ville et sur le point le plus haut. La plupart des vestiges sont inclus dans des habitations du xvie au xxe s., pour les inventorier il a été nécessaire de visiter ces demeures de la cave au grenier. Les vestiges visibles sont au nombre de quinze, et les éléments non visibles mais attestés par des documents d’archives au nombre de quatre.

2Quatre tours sont conservées. Deux d’entre elles, situées à l’est, semblent attribuables au xve s. : l’une peut être interprétée comme une poudrière, l’autre comme une tour d’angle munie de bouches à feu (et non de meurtrières de type fente). Une autre tour d’angle de proportions plus modestes, située au NO, présente des traces d’archère, une bouche à feu suggère une réutilisation de la tour plus tardive. Le plan carré de la quatrième tour est du même type que celui que l’on peut rencontrer au château de Caen ; sur la face extérieure on note la présence d’une bouche à feu, l’autre face qui donne côté est permet un tir sur le flanc de la courtine, c’est une meurtrière de type fente. Une sixième tour, située au niveau du clocher de l’église Notre-Dame, dont aucun vestige visible ne subsiste, est attestée par des documents d’archives. Après l’écroulement du clocher en 1890, les travaux entrepris pour en refaire les fondations ont mis au jour les soubassements de l’ancienne tour. Des documents dictés par le roi et la reine de Navarre en 1540 autorisent, pour édifier la nouvelle église, la démolition de la tour dite du beffroi, et d’une partie de la courtine. D’après ces documents, trois portes donnaient accès à l’enceinte. Seule subsiste la porte Saint-Denis transformée en habitation au xvie s., dont l’arc est du xiiie siècle ; une bouche à feu est visible sur le dessus de l’arc brisé de la porte, côté extérieur. Il reste également des vestiges visibles d’une autre porte, dite de la Corne du Cerf. L’emplacement d’une troisième porte, dite du Fort, détruite en 1777, est très malaisé à situer. La crypte Saint-André datée de 1203 est le seul vestige d’une collégiale qui faisait partie de l’enceinte du fort, munie, sur une partie de sa structure, d’une courtine et d’une guérite.

3Quelques sections de courtine, d’une épaisseur de 1,50 à 2 m, subsistent au nord du fort ; on remarque également des traces d’un parapet de même type que celui du château de Caen, une autre courtine n’a pas de parapet, mais conserve sur son sommet des dalles de pierre avec traces d’usure, qui constituent un niveau de circulation en place.

4Pour l’heure il est impossible de définir l’aspect du sommet des tours, en effet aucun document sérieux ne nous indique s’il était muni de créneaux, et de quel type, ou s’il était muni de hourds. Il est impossible de faire un plan complet de l’enceinte, mais on peut dater son utilisation militaire, qui s’étend du xiiie s. jusqu’au début de 1500, car d’après les sources d’archives (Archives nationales, série R5), c’est à cette période que des éléments du fort furent vendus à des particuliers. Pendant les guerres de Religion, la ville n’avait plus de moyens de se défendre, ce qui peut expliquer que Mortagne fut prise vingt fois en quatre ans. Il faut attendre 1610 pour que soit construit un nouveau mur de ville plus important, muni de cinq portes.

Mortagne-au-Perche, fort Toussaint, porte Saint-Denis.

Mortagne-au-Perche, fort Toussaint, porte Saint-Denis.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Mortagne-au-Perche, fort Toussaint, porte Saint-Denis.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Morand, « Mortagne-au-Perche (Orne). Fort Toussaint », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 303-304.

Référence électronique

Fabrice Morand, « Mortagne-au-Perche (Orne). Fort Toussaint » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12751

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Morand

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals