Navigazione – Mappa del sito
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 2. - Prospections

Ribeauvillé (Haut-Rhin). Systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.)

Responsabile dell'operazione: Jean-Jacques Schwien
scheda redatta con Maxime Werlé
p. 304-305

Termini di indicizzazione

Anno dell'operazione :

2010
Torna su

Testo integrale

1Le programme d’étude quadriennal en cours du groupe de médiévistes de l’UMR 7044 de l’université de Strasbourg s’inscrit dans la continuité du PCR, dirigé de 2003 à 2006 par Yves Henigfeld et Amaury Masquillier, qui a réuni des données sur la chronologie, la morphologie et la topographie des enceintes des petites et moyennes villes des deux régions ayant fait l’objet d’une enquête archéologique récente. Il a posé des cadres généraux auxquels peuvent maintenant se référer des monographies détaillées. Selon une organisation toutefois différente, c’est à une telle monographie que s’attèle l’équipe.

2Le choix de Ribeauvillé s’explique pour trois raisons principales.

31. Il s’agit d’une ville seigneuriale fondée au xiiie s. par les Ribeaupierre, famille importante sur l’échiquier politique du Rhin supérieur, qui tire sa richesse d’un vignoble réputé et, pour l’extrême fin du Moyen Âge, de l’exploitation de mines d’argent. Son histoire est connue grâce à un fonds d’archives bien conservé et, en partie, publié.

42. La localité s’est développée selon un plan comparable à ses homologues des débouchés des vallées vosgiennes (un quadrilatère allongé orienté sur la voie principale et composé de plusieurs entités fortifiées) formant peut-être le palimpseste d’une histoire de quartiers successifs : ici une vieille ville, une ville basse, une ville médiane, tous cités avant 1298, et une ville haute, fortifiée avant 1342. Dans un article récent, le détail de cette chronologie a toutefois été contesté (B. Metz, Revue d’Alsace, 2008) et les observations de terrain pourront peut-être permettre d’apporter des précisions.

53. De ces systèmes défensifs, il reste aujourd’hui des éléments significatifs, déjà bien caractérisés par un érudit en 1926 (F. Jaenger) et surtout bien lisibles du fait de l’absence de remaniements en profondeur. Ce système se caractérise par une enceinte en partie double, avec rempart de terre – cas relativement rare dans le domaine des villes petites et moyennes – et son cloisonnement interne (dont une ancienne porte de ville, la tour des Bouchers).

64. Ribeauvillé conserve un tissu urbanisé ancien cohérent n’ayant pas subi les vicissitudes de l’industrialisation. Aux grandes étapes du développement civil urbain repérables aux styles des bâtiments (gothique tardif, Renaissance, xviiie s.) et déjà reconnues par les recherches de la société d’histoire locale, s’ajoutent depuis peu des maisons étudiées par Maurice Seiller à l’aide de la dendrochronologie, et des édifices parfois plus modestes mais souvent plus anciens, du xive s. en particulier. Ainsi, l’étude du réseau défensif peut y être mis en perspective avec l’urbanisation de façon plus précise qu’ailleurs.

7Notre étude, envisagée sur quatre ans, porte donc sur le développement du système défensif de la ville de Ribeauvillé du xiiie au xviie s. Elle est articulée autour de deux approches complémentaires qui seront mises en œuvre simultanément : une approche globale du système défensif, et une approche spécifique par entités topo­graphiques et/ou architecturales. Nous en présentons ici les résultats pour la première année.

8L’inventaire du système défensif montre que les vestiges décrits par F. Jaenger sont encore bien présents, trois quarts de siècle après. L’enceinte reste très accessible aux recherches, sans les restaurations lourdes qui ont souvent affecté d’autres lieux (Obernai par exemple). Des éléments que Jaenger n’avait pas vus ou pris la peine de signaler, comme le dispositif d’entrée du Melkertor ou la présence d’un système remparé, ont été mis en évidence. Cette double enceinte remparée passe pour l’un des éléments d’adaptation aux armes à feu. Sa présence à Ribeauvillé montre qu’il y a eu des petites villes (telles Ensisheim ou Bergheim) qui ont eu la possibilité d’adapter le système avant que l’on ne passe au système bastionné qui sera réservé aux grandes villes ou aux grands princes (Dachstein et Molsheim, pour l’évêque, par exemple). Il n’y a donc pas uniquement des archères modifiées mais des systèmes complets repensés. Le bon état de conservation à Ribeauvillé permettra de la caractériser morphologiquement et, peut-être, de la dater plus précisément.

9Les recherches d’archives ont montré que la documentation était diversifiée et abondante, en particulier pour l’époque moderne : or, un texte du xviiie s. nous renseigne parfois précisément sur des constructions médiévales.

10Cette première année a aussi permis de réfléchir aux outils nécessaires à l’inventaire et à la caractérisation des vestiges : en raison des volumes conservés et parfois de leur inaccessibilité sans échafaudage, les outils de relevé automatique proposés par l’École d’ingénieurs de Strasbourg (INSA) nous permettent d’envisager un travail systématique. Deux modes d’approche ont été testés, la photogrammétrie et la technique du laser qu’il serait souhaitable de privilégier dans le cadre d’une collaboration entre équipes de recherches.

11Mais le résultat le plus important de cette première campagne est lié à l’étude détaillée de la porte des Bouchers qui apparaît comme une structure désormais classique des villes médiévales de la région, en l’occurrence une tour-porte sans flanquement, de plan carré, ouverte à la gorge et équipée d’une herse glissant dans des contreforts extérieurs bien visibles. En revanche, les apports chronologiques sont fondamentaux. En vieillissant de trente ans la construction originelle, supposée de 1290 selon les textes et attribuée à 1260 par la dendrochronologie (Willy Tegel), c’est à un tout autre contexte historiographique que l’on a affaire. En 1290, nous sommes dans le cadre de la politique territoriale d’un sire de Ribeaupierre ambitieux, opposé à l’empereur ; en 1260, le cadre est le grand Interrègne et l’émergence du pouvoir impérial des Habsbourg, qui s’appuie sur les villes contre certains grands feudataires, dont l’évêque de Strasbourg. Une seconde datation confirme le réaménagement de la tour-porte qui est transformée en beffroi en 1536. Ces changements peuvent en outre nous orienter vers des sources écrites qui, partiellement au moins, décrivent la situation antérieure aux travaux, donc en partie médiévale.

Ribeauvillé, systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.)

Ribeauvillé, systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.)
Torna su

Indice delle illustrazioni

Titolo Ribeauvillé, systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.)
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12763/img-1.jpg
File image/jpeg, 573k
Torna su

Per citare questo articolo

Notizia bibliografica

Maxime Werlé, « Ribeauvillé (Haut-Rhin). Systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.) », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 304-305.

Notizia bibliografica digitale

Jean-Jacques Schwien, Maxime Werlé, « Ribeauvillé (Haut-Rhin). Systèmes défensifs et urbanisation de la ville de Ribeauvillé (xiiie-xviie s.) » [scheda archeologica], Archéologie médiévale [Online], 41 | 2011, online dal 18 juin 2018, consultato il 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12763

Torna su

Autore

Maxime Werlé

Articoli dello stesso autore

Torna su

Responsabile dell'operazione

Jean-Jacques Schwien

Torna su

Diritti d'autore

Archéologie Médiévale

Torna su
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals