Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 3. - Projets collectifs de recherche

Aquitaine (Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), midi-pyrénées, languedoc-roussillon. Forts villageois du bas Moyen Âge

Responsable d’opération : Dominique Baudreu
p. 307-308

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Les recherches sur les forts villageois et églises fortifiées du bas Moyen Âge en Midi aquitain et méditerranéen se sont poursuivies en 2010 dans des secteurs géographiques déjà touchés par cette enquête. Ces recherches correspondent essentiellement à des travaux universitaires achevés ou en cours : masters 1 et 2, thèse. Les contributions pour l’année 2010 sont issues des travaux de dix membres du PCR.

2Les informations sur les forts villageois du nord du Lot ont été complétées dans le cadre du master 1 de Florise Elivic. Cette enquête a porté sur 9 cantons et a pu révéler 25 sites de forts villageois très probables et 13 sites hypothétiques. Ce sont principalement des réduits situés dans ou près d’un repaire (maison-forte seigneuriale), ou à proximité d’une église fortifiée, ou des forts plus ou moins circulaires pouvant réutiliser des enclos ecclésiaux, enfin des réduits au sein d’agglomérations parfois elles-mêmes pourvues de défenses.

3Deux études sur les forts de Verlhac-Tescou et Puygaillard-de-Quercy (Anaïs Comet) concernent le Tarn-et-Garonne. Le premier site correspond à un fort villageois « tardif », sans doute créé au milieu du xvie s. et à l’existence assez brève. Le second est un fort villageois dont la création, en position isolée, a été autorisée en 1372 par le vicomte de Bruniquel dans un terroir occupé par des fermes et des hameaux. À partir des compoix, on peut suivre l’évolution morphologique de ce fort jusqu’à sa quasi-disparition au xxie s.

4Les églises fortifiées bas médiévales, inséparables des forts villageois, sont abordées à travers leur manifestation monumentale la plus spectaculaire : les églises fortes du Rouergue, pourvues d’unités de refuge appelées cambras (chambres). Elles sont surtout examinées du point de vue de leur organisation défensive, à l’occasion d’une thèse en cours (Jacynth Crozier).

5Des études monographiques ont pu être menées (par Élodie Cassan Pisani) dans l’Albigeois pour la région du village de Cordes au travers d’une enquête sur le fait castral dans la longue durée. Elles ont porté sur les réduits de Labarthe, Saint-Marcel, Tonnac, Bleys, Frausseilles et Souel, qui renvoient à diverses formules de fortification collective malgré la proximité du castrum de Cordes. Le fort de Dénat, au sud d’Albi, a fait l’objet, lui aussi, d’une étude ; il abrite une église fortifiée et offre un cas de « double fortification » (Cédric Trouche Marty).

6Le phénomène des forts villageois en région toulousaine, essentiellement dans le nord de la Haute-Garonne, est abordé dans une thèse en cours sur l’ensemble des structures fortifiées au bas Moyen Âge (Camille Lacroix). Un premier repérage révèle une trentaine de réduits attestés ou très probables et une vingtaine de sites plus hypothétiques.

7La question spécifique des reculhides du Béarn (Pyrénées-Atlantiques), « variante » des forts villageois, est rappelée à partir de quelques mentions textuelles (Nelly Pousthomis). Ce phénomène renvoie à la création de sites-refuges destinés aux hommes, aux troupeaux et aux récoltes, à partir d’établissements préexistants, également attestés dans les Pyrénées catalanes. Il procède de la volonté de la haute aristocratie ; en cela, il se distingue des forts villageois qui sont plutôt issus d’initiatives populaires en accord avec la petite et moyenne noblesse.

8Pour l’Ariège, un bilan d’enquête à l’issue d’un master 2 portant sur le Couserans tend à montrer la présence plutôt discrète mais réelle de forts villageois dans ce secteur (Pascal Audabram). De rares mentions de loges sont par exemple attestées dans la basse cour du château de Prat ou dans le réduit créé ex-nihilo de Montjoie-en-Couserans, centré sur une église et implanté dans une bastide.

9Un constat comparable semble devoir être fait pour la Basse-Ariège (master 2 de Cécilia Chopo) ; cette région mérite cependant d’autres investigations et vérifications plus poussées, par exemple à propos du site des Rives, hypothétique fort déserté près de Verniolle, qui aurait été créé par le comte de Foix en 1382.

10Enfin, pour la région du Nord-Narbonnais, une étude monographique sur le village abbatial de Quarante (Hérault) a pu mettre en évidence un réduit villageois du bas Moyen Âge associé à une église abbatiale (master 2 d’Élodie Escourbiac).

11En complément d’un premier corpus de textes portant sur des créations ou réfections de forts, déjà rassemblés en 2009, d’autres textes, édités ou inédits, ont pu être retranscrits : Gramat (Lot) en 1325, Gagnac (Lot) en 1427-1428, Fontenilles (Haute-Garonne) en 1352, Quarante (Hérault) vers la fin du xive s.

L’église fortifiée d’Inières (Aveyron), xve s..

L’église fortifiée d’Inières (Aveyron), xve s..

Cl. J. Crozier

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’église fortifiée d’Inières (Aveyron), xve s..
Crédits Cl. J. Crozier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Baudreu, « Aquitaine (Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), midi-pyrénées, languedoc-roussillon. Forts villageois du bas Moyen Âge », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 307-308.

Référence électronique

Dominique Baudreu, « Aquitaine (Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques), midi-pyrénées, languedoc-roussillon. Forts villageois du bas Moyen Âge » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12779

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals