Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 3. - Projets collectifs de recherche

Ariège et haute-garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 308-309

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2009, il s’agit de replacer les ouvrages au sein de l’occupation du sol et de les étudier dans leurs rapports avec les autres éléments de cette occupation. En 2010, l’étude s’est élargie à tous les habitats subordonnés aux ouvrages castraux, fortifiés ou pas. Des études de cas et de secteurs ont été menées puis synthétisées.

2Dès le xie et plus sûrement au xiie s., certains villages castraux sont dotés de murailles. En montagne, ils sont alors moins nombreux que ceux de morphologie ouverte mais agglomérée, du type « villages à maisons ». Souvent, ils sont bâtis à côté d’habitats préexistants déjà dotés d’une église. En plaine, les villages castraux naissent très tôt, ils sont plus nombreux qu’en montagne et parfois directement concurrents de bourgs monastiques ou prioraux préexistants qui avaient permis aux premières bourgades urbaines (Foix, Pamiers et Saverdun) de s’étendre. À l’est de la plaine d’Ariège, on dénombre aussi des villages ecclésiaux.

3Dès le début du xiiie s., les comtes de Foix édictent des chartes de coutumes qui permettent aux villages les mieux placés de devenir de véritables bourgs castraux et de poursuivre leur développement. Au cours du xiiie et au début du xive s., on continue de fonder de nouvelles agglomérations fortifiées ou de construire de nouveaux châteaux groupant des habitats. Jusqu’au premier tiers du xiiie s., leur forme et leur style restent les mêmes, mais au milieu du xiiie s. naissent des bourgades nouvelles. Il y a peu de castelnaux au sens défini par Benoît Cursente. Certains secteurs de plaine connaissent beaucoup de fondations de bastides, avec chartes de franchises et souvent en paréage entre un grand seigneur laïc et une abbaye. On les rencontre sur les zones de marges politiques et dans les secteurs où l’autorité seigneuriale est encore mal définie ; les groupements villageois sont peu nombreux au nord du comté de Foix ou entre le comté de Foix, le comté de Comminges et l’évêché de Saint-Lizier.

4Les bastides peuvent être des échecs, dans quelques cas, a priori limités aux fondations des seigneurs les moins puissants. Elles sont parfois de remarquables réussites groupant, en un siècle, des centaines de familles et concurrençant rudement les villages alentours et jusqu’à ceux, plus éloignés, de la montagne.

5Castelnaux et bastides paraissent presque toujours avoir été lotis et fortifiés, mais on recense de rares cas sans fortification, voire au début du xive s. en Comminges des cas de fondations dispersées à travers un terroir. À la fin du Moyen Âge, les chefs-lieux de la géographie administrative comtale, la châtellenie, sont des bourgs castraux et des bastides. Dès lors, fort peu de nouveaux regroupements villageois se mettent en place et peu de fortifications villageoises nouvelles sont bâties. On dénombre quelques réduits fortifiés bâtis par les villageois sous autorisation seigneuriale surtout aux marges nord et sud du comté de Foix et en Couserans (Comminges), mais aucun au cœur du secteur étudié.

6Les rapports des différentes années sont téléchargeables sur www.chateaux09.fr

Village et château de Quié en haute vallée de l’Ariège. Le château fut bâti au xie s. et le village au pied était fortifié.

Village et château de Quié en haute vallée de l’Ariège. Le château fut bâti au xie s. et le village au pied était fortifié.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Village et château de Quié en haute vallée de l’Ariège. Le château fut bâti au xie s. et le village au pied était fortifié.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12783/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège et haute-garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 308-309.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège et haute-garonne. Naissance, évolution et fonction des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 21 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12783

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals