Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 3. - Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Aude Painchault, Gilles Deshayes et Tanguy Debaene
p. 310-314

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2004, un groupe constitué d’un enseignant de l’université de Rouen et d’étudiants avancés poursuit un objectif commun : mieux connaître et aider à la préservation du patrimoine castral en Haute-Normandie. Depuis cette date, cinq à dix fortifications sont étudiées chaque année. En 2010, neuf sites ont été étudiés portant à 54 le nombre total de fortifications relevées

Flipou (Eure). Les Clos Robin

2Le site, localisé en périphérie du village et en lisière de forêt, est implanté sur un plateau. Il couvre une surface de 2,4 ha et se caractérise par la présence d’un tertre quadrangulaire ceint d’un fossé en eau, inclus dans un vaste enclos elliptique. La plateforme du tertre mesure 18 m sur 12 m et l’élévation est faible, de 2 à 3 m selon le côté de la pente que l’on observe. Le fossé est bien marqué, avec un profil en U, sa profondeur atteint 3 m pour une largeur variant de 5 à 9 m. La topographie du creusement montre une parfaite régularité de la forme quadrangulaire. Le second enclos est quasiment invisible sur le terrain, mais bien souligné sur les documents cadastraux (1838 et 1988), son développement maximal est de 220 m pour 140 m de largeur ; son fossé ne subsiste partiellement que sous la forme de chemins creux.

3Aucun document ne cite la fortification, mais le contexte géographique invite à la lier à un contexte de défrichement. Le village apparaît au xiiie s., le patronage de l’église est détenu par l’abbaye de Lyre alternativement avec le seigneur des lieux. La présence d’une seigneurie laïque plaide en faveur d’une petite résidence seigneuriale. Le site présente les critères classiques de ce qu’on qualifie traditionnellement de maison forte, cette fonction qui reste à prouver ne serait pas incohérente avec une origine au xiiie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Flipou (Eure). La Motte du Bourg

4Placé sur les limites de la commune de Flipou, le site est en réalité plus proche du centre de celle de Pont-Saint-Pierre. Installé à flanc de coteau, à côté du « chemin du Plessis au Pont-Saint-Pierre », il domine ce village. Il s’agit d’un tertre en forme de tronc de cône, dont l’emprise au sol est de 36 m x 37,5 m, et dont l’élévation varie de 3 à 10 m suivant le flanc mesuré. Il possède une plateforme à deux niveaux, avec, vers le NE, une partie surbaissée de 2 m qui occupe environ 1/3 de la surface sommitale et pourrait correspondre à l’emplacement d’un bâtiment. Les flancs sont irréguliers avec une érosion quelquefois prononcée et au moins une zone de prélèvement de matériaux. Le fossé, d’1 m de profondeur au maximum, est largement comblé ; son ouverture est d’environ 15 m.

5Vers le sud, à 65 m du centre du tertre, une levée de terre de 0,5 m de hauteur en moyenne présente un tracé légèrement courbe dans la partie relevée, puis rectiligne vers l’ouest sur une centaine de mètres. Quelques perturbations s’observent dans la continuité du tracé, montrant qu’elle était certainement plus importante à l’origine. Ce relief ne vient pas se refermer sur la motte ou l’enclore, ce qui permet d’écarter l’hypothèse d’une basse cour, indécelable sur le terrain. D’autre part, aucun fossé n’est associé à ce relief informe, probable témoin d’un système parcellaire. Il n’existe aucune mention du site qui permette de le placer chronologiquement. Néanmoins, il est certainement lié au château de Pont-Saint-Pierre, distant de 400 m, et pourrait être le témoin des sièges de 1118 et 1136. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Gaillefontaine (Seine-Maritime). Le Château

6La forteresse de Gaillefontaine s’étend sur toute la pointe de l’éperon rocheux qui surplombe le bourg. Elle est constituée d’un ensemble complexe de structures bien conservées dont la plus ancienne remonterait à l’époque gallo-romaine. Selon Orderic Vital, le château aurait été fortifié en 1118 par Hugues de Gournay (au même titre que ceux de la Ferté et de Gournay) au moment où il se rebelle contre Henri Ier Beauclerc. Les premiers seigneurs de Gaillefontaine, mentionnés dès le xie s., font partie d’une branche cadette de la famille de Gournay. Le domaine reste dans cette famille jusqu’en 1202, date à laquelle il est intégré aux possessions royales de France. Au xive s. le château est le siège d’une vicomté ; le domaine est également cité en tant que châtellenie lors de sa vente au xviie s. au sieur Legendre de Collande. Le château serait détruit au xve s. par les troupes de Charles le Téméraire qui, en 1472, assiègent la forteresse et pillent le bourg.

7Le site est constitué d’au moins deux ensembles chronologiquement distincts. L’est comporte une enceinte parfaitement circulaire de 50 m de diamètre à son sommet pour 85 m à la base, dont les pentes très régulières sont particulièrement abruptes. Cette enceinte est cernée par un fossé de 7 m de profondeur. La dénivellation entre le point culminant et le fond du fossé est de 14 m. La moitié est de la plateforme sommitale est cernée par un talus en croissant.

8Au NO de l’enceinte, les restes d’un enclos, coupés par l’aménagement d’une troisième structure, sont encore visibles. La limite est de l’enclos suit la forme du fossé de l’enceinte. Au nord, un autre fossé doublé d’un petit talus forme un arc de cercle. Cet enclos pourrait correspondre à une basse cour liée à l’enceinte dont il épouse la forme ; son fossé rejoint celui de l’enceinte sans créer de coupure visible. Il ne s’élève pas au-dessus du niveau du sol naturel et ne présente pas d’élément de défense très marqué. Un troisième élément fortifié a été construit en bout d’éperon. Il est constitué d’un tertre en majorité détruit et d’un profond fossé en croissant qui en limite le côté est. Au point culminant du tertre, on remarque la présence d’une cuvette de forme quadrangulaire, vestige possible d’une tour. Le reste du tertre semble avoir été méthodiquement découpé : plusieurs petites terrasses liées au retrait de la terre s’échelonnent sur les pentes. Cette destruction est peut-être liée à la création d’un boulevard d’artillerie qui aurait nécessité un remblaiement partiel pour créer une zone plane. Le tertre aurait alors été considéré comme une ressource en terre facilement accessible. L’est du tertre a conservé son aspect d’origine. Un léger talus surmonte le SE de l’escarpe et le fossé qui barre l’accès à la pointe de l’éperon est impressionnant : il coupe l’éperon en plongeant jusqu’à 10 m de profondeur et rejoint la vallée à ses extrémités. Il est pourvu d’un talus de contrescarpe perceptible surtout au niveau de sa limite sud. La mise en place du fossé et du tertre est venue couper l’enclos, leur création serait donc postérieure à celui-ci et à l’enceinte.

9Au cœur de la ville, les limites de l’ancien bourg ont pu être distinguées et la forme retracée correspond à celle représentée sur la carte de Cassini. Le bourg forme donc un espace globulaire dont les extrémités se rattachent au rocher, il englobe la place du marché qui se trouve au bas de la pointe de l’éperon mais exclut l’église située un peu plus en arrière. Elle existe pourtant dès le xie s. Le plan topographique replacé sur le cadastre montre qu’une des limites du bourg rejoint le fossé du tertre : le château était donc en relation avec le bourg au moins à partir de la construction du tertre. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Gaillefontaine, le Château.

Gaillefontaine, le Château.

Gamaches (Eure). Le Vieux Château

10Le château de Gamaches est implanté au-dessus de la source de la Bonde sur sa rive nord, près de l’ancienne église paroissiale Notre-Dame et à 500 m du centre actuel du village. Le site, utilisé comme décharge après avoir subi l’implantation de deux profonds silos au cours du xxe s., est de lecture difficile, il a été comblé et remodelé. Quelques données fournies par un plan terrier du xviiie s. ont pu être repérées sur le terrain, il s’agit de l’emplacement de deux tours carrées qui flanquaient les angles d’une enceinte rectangulaire. Les maçonneries montrent un appareil mixte : silex et assises de grès soulignées par des ressauts. Leur identification permet de resserrer les hypothèses quant au dessin du fossé et à l’emprise de la fortification constituée d’un enclos unique, grossier rectangle d’environ 56 m x 40 m. Du côté est, une partie plus élevée semble préservée des bouleversements récents, ce qui est confirmé par l’observation d’un sondage ancien montrant la présence d’une couche de démolition (silex, calcaire, mortier, tuiles plates) sur près d’1 m de hauteur et dans l’emprise d’un probable bâtiment.

11L’origine du château de Gamaches n’est pas documentée, il apparaît en 1144 dans une liste de fortifications cédées au roi de France par le pouvoir normand, et fait l’objet de travaux à la fin du xiie s. Une tradition en fait un point clé de la défense française entre 1419 et 1422. Il est difficile de placer les maçonneries observées dans l’une ou l’autre période. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Heuqueville (Eure). Le Bois des Perey

12Le site du Bois des Perey est placé sur le bord du plateau, au-dessus d’une vallée sèche au SO du village. Le relevé a été cantonné à l’environnement immédiat des traces de fortification et s’est trouvé limité par les parcelles bâties. Les reliefs sont faibles, une plateforme de 32 à 34 m de diamètre a été isolée du plateau par un fossé de 8 m d’ouverture environ. Au-delà du fossé, au nord, au niveau du sol, l’arase des murs d’une construction circulaire apparaît. L’espace interne, 8,55 m de diamètre, a été partiellement dégagé par une fouille menée dans les années 1960, le mobilier, collecté alors sans enregistrement stratigraphique, s’échelonne du xiiie au xviie s. L’emplacement de cette construction correspond à une section courbe des éléments parcellaires venant se refermer sur le cœur du site. Il s’agirait d’une tour de flanquement positionnée sur le circuit d’une basse cour. Le relevé de deux caves médiévales (xiiie-xive s.) dans l’environnement du site plaide en faveur d’un habitat proche et concentré. Une troisième cave, connue et remblayée, aurait été installée dans le fossé de la basse cour.

13Le site est absent des sources écrites, l’église de Heuqueville est néanmoins une possession de l’abbaye de Castillon à Conches, suite à une donation de Roger Ier de Tosny en 1035. Les seigneurs de Tosny, bien implantés dans ce secteur, peuvent être à l’origine du site fortifié. (Relevé et étude : Gilles Deshayes et Bruno Lepeuple.)

Montreuil-l’argillé (Eure). Le Bourg

14La forteresse se situe en rebord de plateau, surplombant le bourg et la rivière du Guiel. Elle se présente sous la forme d’une enceinte semi-circulaire de 1620 m², limitée à l’ouest par la pente de la vallée et le bourg qui s’est développé à ses pieds et à l’est par un talus en croissant de 3 m de haut et 15 m de large, cerné d’un fossé qui rejoint la pente naturelle du plateau. Le talus a été coupé en son milieu sur une largeur de 4,5 m et le fossé a été remblayé dans son prolongement pour créer un passage vers le plateau. La cour est plane et comporte une petite plateforme au nord, aménagée pour accueillir un bâtiment rectangulaire de 14 m x 7 m de large, orienté NE-SO, découvert lors d’une ancienne fouille. Ses murs sont composés de moellons de silex, tant pour le blocage que pour le parement. Le bâtiment est pourvu d’une entrée de 1,4 m qui s’ouvre vers l’intérieur de l’enceinte, le mur gouttereau nord s’appuyant sur l’extrémité du talus. À l’est de ce bâtiment, en haut du talus, on peut distinguer les vestiges maçonnés d’une petite tour d’à peu près 9 m de diamètre. Ses murs ne sont que très légèrement apparents et leur effondrement forme une cuvette qui indique que la tour était creuse. Les murs sont constitués de moellons de silex liés au mortier comme le bâtiment rectangulaire. La base de la tour est contenue dans un amas de terre longtemps considéré comme une motte. Cependant, son mouvement irrégulier et le peu de volume qu’il présente en plus du talus indique qu’il s’agit plutôt du cône d’effondrement de la tour sur elle-même qui s’est ajouté à la pente du talus déjà existant. Il s’agirait donc d’une tour implantée en haut du talus, à la manière d’une tour de guet surplombant le plateau et le bourg situé au-dessous. Le site de Longchamps (Eure) présente une tour de guet aux dimensions comparables.

15Sur le plan cadastral et les photos aériennes, on peut remarquer, de part et d’autre de l’enceinte, la présence de deux arcs de cercle. Il pourrait s’agir de la trace de deux petites basses cours rejoignant le contour du bourg qui s’étend devant l’enceinte. Si ce type d’aménagement avec double basse cour reste peu fréquent, on peut tout de même citer comme comparaison le cas du site d’Olivet à Grimbosq (Calvados).

16Pour l’heure on ne connaît pas de mention dans les textes du site fortifié, contrairement aux mentions du bourg de Montreuil, de ses seigneurs ou encore de la vicomté et de la châtellenie. Les seigneurs de Montreuil sont connus dès le xe s. avec Heugon puis la famille des Giroie jusqu’en 1160. Le bourg est détruit par le feu en 1138. Entre 1189 et 1200, un certain Pain de Montreuil figure parmi les signataires d’actes de donation du cartulaire de l’église de la Sainte-Trinité de Beaumont-le-Roger. En 1367, le compte de la châtellenie de Montreuil est rendu au comte Pierre d’Alençon et du Perche. Au xve s., la terre de Montreuil est aux mains de Hugues de Beufville et de ses héritiers, les Le Gris. En 1585, le domaine passe par alliance à la famille d’Erard. En 1740, Jacques-René Cordier de Launay achète les domaines d’Échauffour et de Montreuil au marquis de Pont-Saint-Pierre. En 1789, Charles-Alexandre-François-Marie Le Filleul est baron de Montreuil. Il existe une vicomté de Montreuil qui était unie à celle de Bernay et relevait des comtes d’Alençon, mais elle est à différencier du fief qui resta constamment uni à la baronnie d’Échauffour. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Pont-saint-pierre (Eure). Le Castellier

17Placé à l’extrémité d’un éperon retaillé par deux routes, le site domine la vallée de l’Andelle et le village. Le relevé topographique a été dessiné à partir d’un plan coté réalisé en 1970. Une enceinte subrectangulaire de 70 m x 40 m est intégralement ceinte d’un fossé de 15 m d’ouverture. Vers le NE, les défenses sont augmentées d’une levée de terre rectiligne de 4 m d’élévation. L’intérieur de l’enceinte est très mouvementé, notamment le flanc NE, avec un monticule aux pentes raides, vraisemblable cône d’effondrement d’une tour d’environ 9 m de côté qui serait conservée sur une hauteur de 11 m. Dans l’angle ouest, une cavité de forme rectangulaire, de 10 m x 18 m, pourrait être le vestige d’une structure encavée, éventuellement un cellier aménagé sous un bâtiment. Aucun enclos supplémentaire n’a été repéré, cependant il aurait pu exister une structure, en contrebas, vers le NE, à l’emplacement d’une cour attenante à un château de la fin du xve s. ce qui aurait ainsi englobé l’église Saint-Pierre, disparue, mais localisée à l’extrémité de l’éperon.

18Le château de Pont-Saint-Pierre est attesté en 1118, lorsqu’il est fortifié, aux côtés d’autres sites, dans le cadre d’opérations militaires. Il est certainement déjà existant vers le milieu du xie s., lorsque Guillaume fils Osbern, seigneur de Breteuil, fonde l’abbaye de Lyre en la dotant de riches revenus issus notamment du bourg de Pont-Saint-Pierre. Témoignant d’une extension rapide de l’agglomération, un second bourg est créé, avec une église Saint-Nicolas, probablement vers la fin du xie s. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Portes (Eure). La Garenne de Portes

19Ce château localisé sur le plateau du pays d’Ouche, au milieu du village de Portes, est cité au xie s. parmi les possessions de Raoul de Tosny au même titre que le site de Vieux-Conches, ou que Tosny et Acquigny qui sont un peu plus éloignés. Le domaine reste dans la famille des Tosny au cours du xiie s., mais le château est détruit par Philippe Auguste en 1200. Seules les mentions de la seigneurie perdurent jusqu’au xviie s.

20La fortification a été édifiée sur un terrain quasiment plat. Les structures qui la constituent (accumulations de matériaux ou creusements) sont donc entièrement artificielles. Elles comprennent un tertre tronconique de 24 m de diamètre (37 m à sa base) surmonté des vestiges d’une tour et entouré d’un fossé peu profond dont l’effet est accentué par des talus de contrescarpe assez élevés au nord et à l’est. Le tertre a été tranché dans toute sa longueur à la pelle mécanique, détruisant la moitié de la plateforme sommitale. Les fondations d’une partie du mur nord de la tour ont été mises au jour révélant, en coupe, une tranchée de fondation en V et une base de mur posée sur un lit de silex juste au-dessous du sol actuel de la plateforme. On peut donc envisager que le niveau de circulation à l’intérieur de la tour était quasiment le même qu’aujourd’hui. Celle-ci, vraisemblablement quadrangulaire, mesure 15 m de côté. Une façade entière est encore visible sur 1 à 2 m de haut ; elle comporte un ressaut à mi-hauteur tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et deux séries d’ouvertures, hautes et basses, qui laissent présumer l’existence de deux niveaux. L’aménagement est pourtant particulier : l’espace entre le niveau présumé de circulation de la partie basse et le ressaut et les ouvertures matérialisant le second étage est très restreint, de l’ordre d’1 m à 1,50 m. Il comporte des baies d’éclairage soignées, des traces de voûte, des parements de silex et des piédroits en pierre de taille calcaire dessinant une feuillure à l’intérieur et un chanfrein en pointe vers l’extérieur ; on observe des aménagements de ce type datés du xiiie s. à Gisors. Les ouvertures du deuxième niveau s’ajoutent à la particularité de l’ensemble puisqu’elles se situent à cheval sur l’encadrement des baies inférieures. On peut donc envisager une phase de reconstruction ou de réaménagement de la tour qui tendrait à expliquer ces différents niveaux. Une partie du tertre a été décaissé pour aménager un passage vers l’intérieur de la tour à travers la baie d’éclairage nord du mur est. Le volume de terre dégagé a mis au jour la base de la baie d’éclairage qui était ensevelie de moitié. On remarque également que le début de la plateforme ne se trouve pas à l’aplomb des murs de la tour mais en avant, laissant un espace plan côté extérieur. On peut alors supposer que le tertre a été élargi dans une phase où il ne servait plus que pour l’agrément. La reprise de la tour pourrait, peut-être, faire partie de cette même phase. Au sud du tertre, un enclos triangulaire a été aménagé. Il est bordé au sud d’un talus en croissant. Un fossé partiellement comblé cerne l’ensemble au sud avant de rejoindre le fossé du tertre à l’est. La jonction de ces deux fossés forme un angle dans la pente de la contrescarpe. Cet enclos comprend des aménagements plus récents à l’ouest où il a subi quelques modifications dans son tracé. L’ancien puits a notamment été adapté pour alimenter les champs voisins en eau. Au SO, un espace plan s’étend vers l’église. Les limites de cet espace se matérialisent aujourd’hui par une légère dépression à l’est et par l’église au SO. Il pourrait s’agir des derniers éléments visibles de la limite de la basse cour dont le tracé est représenté sur quelques plans anciens. La défense du nord de la fortification est renforcée par un second fossé dont les reliefs ont été comblés par de la terre meuble. Il s’agit de la dernière ligne de défense du site et elle rejoint peut-être le fossé extérieur de la basse cour au sud. (Relevé et étude : Aude Painchault.)

Vieux-conches (Eure). Le Petit Couloir

21Le site fossoyé de Vieux-Conches domine un coteau occidental en contrebas duquel se situe un étang ceinturé, sur la rive opposée, par un versant moins prononcé. Le site, excentré à l’ouest de la vallée du Rouloir qui a vu le développement du chef-lieu de commune de Conches-en-Ouche, occupe une position haute, sur un plateau boisé. Il est composé, dans son état actuel, d’un ensemble motte/basse cour auquel vient se rattacher, au sud, un second enclos qui accueille les restes de l’église Saint-Ouen. Un troisième ensemble, localisé au nord du pôle castral, est constitué de microreliefs et correspond à des planches de labours.

22Même s’il est difficile de faire le lien entre chacun de ces ensembles et de cerner au plus près l’occupation du pôle castral, le nettoyage de surface de l’église Saint-Ouen ainsi que la découverte de déchets de forge et celle, en grande quantité, de fragments de céramique des xie-xiie s. attestent d’un dynamisme économique et de la longue période d’occupation du site (xie-xviiie s.). Les indices de terrain, comme la découverte de vestiges maçonnés et l’analyse topographique, démontrent de nombreux aménagements anthropiques et amènent à une réinterprétation des sources des érudits du xixe s. qui voyaient dans ce site le premier pôle castral des Tosny, rapidement abandonné vers 1035 au profit d’un donjon se situant dans le bourg actuel. (Responsables de l’étude et du relevé : Tanguy Debaene et Aude Painchault.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Gaillefontaine, le Château.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Aude Painchault, Gilles Deshayes et Tanguy Debaene, « Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 310-314.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Aude Painchault, Gilles Deshayes, Tanguy Debaene, « Haute-Normandie. PCR Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 19 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12795

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Aude Painchault

Articles du même auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Tanguy Debaene

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Bruno Lepeuple

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Aude Painchault

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Gilles Deshayes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Tanguy Debaene

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals