Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
III. - Constructions et habitats fortifiés
III 3. - Projets collectifs de recherche

Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre »

Responsable d’opération : Karine Boulanger, Cédric Moulis, Vianney Muller, Jean-François Proquin, Jacques Guillaume et Charles Kraemer
p. 314-317

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Ce PCR, initié en 2008, a pour but de synthétiser des données visant à la compréhension de l’économie de la pierre. Il fédère des chercheurs de l’université Nancy 2, de l’INRAP et du musée de Sarrebourg, autour de différents sites de l’archéologie préventive ou programmée qui s’étagent de l’époque gallo-romaine au début de l’époque moderne. Pour la partie médiévale de ce PCR, dix sites castraux (xie-xve s.) ont été retenus pour réaliser ensuite, en les couplant aux informations issues de sites d’autres périodes, une synthèse sur l’économie de la pierre en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre. Une étude de l’économie de la pierre utilisée pour la fabrication de sarcophages a également été entreprise.

2En 2010, quatre nouveaux sites castraux ont été étudiés, et trois autres, dont l’étude à débuté en 2009, ont été complétés. Cela permet d’ores et déjà d’entrevoir un panel de techniques de mises en œuvre assez diverses, données qui s’accommodent assez bien avec le fait qu’il n’existe pas pour la région et la période concernées un protocole de mise en œuvre standard et accepté de tous. Au contraire, chaque maître d’œuvre utilise ses compétences au mieux selon les contraintes géomorphologiques et pécuniaires imposées. (Responsables du PCR : Karine Boulanger et Cédric Moulis. Relevés et études : Vianney Muller, Jean-François Proquin, Jacques Guillaume, Charles Kraemer)

Bainville-aux-Miroirs (Meurthe-et-Moselle). La tour-maîtresse de Bainville-aux-Miroirs

3Situé sur un éperon barré découpé par la vallée de la Moselle à l’ouest et le vallon de la Goulotte au nord, le château profite d’un environnement géologique riche. Plus haut sur le plateau, au sud, le lieu-dit le Chauffour rappelle la production de chaux. Dans la même direction, à un kilomètre du site, une carrière exploita les couches de dolomies et de calcaires à gryphées sur une superficie de 1 000 m² environ. À proximité, une carrière de gypse est signalée vers 1900.

4Les maçonneries de cette tour polygonale irrégulière d’une vingtaine de mètres de diamètre ne subsistent que par les deux salles basses, voûtées en berceau et partiellement comblées, un petit massif maçonné à l’ouest et une aiguille de maçonnerie conservée sur 26 m de hauteur à l’est. L’utilisation des matériaux y est presque toujours spécialisée avec l’emploi de gros modules de calcaire à gryphées pour le parement externe, le couloir d’entrée et les voûtes de l’assommoir, l’escalier central, tandis que les autres voûtes, le blocage des maçonneries et les parements intérieurs des niveaux supérieurs exploitent essentiellement la dolomie. Fruit d’une reconstruction au xve s. sur un château antérieur, cette tour dévoile de rares traces d’outils sur les blocs de calcaires à gryphées et montre un recours fréquent aux inclusions de tuileau dans les mortiers. En dépit d’une faible conservation, le site livre le témoignage d’un chantier maîtrisé. (Relevé et étude : Vianney Muller.)

Beaufremont (Vosges). Le logis seigneurial de Beaufremont

5Le château de Beaufremont est assis sur une plateforme à 450 m d’altitude, occupant l’extrémité sud d’une butte témoin détachée de la côte de Moselle. Elle repose sur un puissant socle constitué par les calcaires du Bajocien, tandis que les marnes du Toarcien affleurent à mi-pente. La forte pente est occupée par la basse cour et le village. L’installation du château remonte aux premières années du xiie s., mais ce sont essentiellement des vestiges des xve-xvie s. que l’on observe aujourd’hui en élévation. L’étude a ainsi porté sur un remarquable logis seigneurial, attribué à Claude d’Aarberg, seigneur de Valangin (1487-1518).

6Ce logis d’architecture gothique se présente sous la forme d’un vaste bâtiment quadrangulaire de 20 m de long pour 14 m de profondeur, appuyé contre la courtine nord du château. Il était constitué de trois niveaux : un rez-de-chaussée domestique, un étage noble et des combles à usage de grenier. Le travail de mise en œuvre a nécessité l’utilisation de deux faciès de calcaires, extraits localement, selon leurs qualités propres. La façade sur cour et l’ensemble des éléments architecturaux remarquables sont réalisés avec un calcaire à polypiers blanc, particulièrement adapté à la taille, tandis que le reste des élévations et notamment les murs de refend sont maçonnés avec un calcaire à entroques ocre, pierre peu esthétique mais dotée d’une grande capacité de résistance à l’écrasement.

7La façade principale sur cour offre le plus d’informations quant au travail de la pierre. Le parement montre l’utilisation de marques de montage en chiffres romains allant de II à VIIII, correspondant à des hauteurs d’assise croissantes de 20 à 40 cm. Par ailleurs, une quinzaine de trous de boulin, obturés par des dés de pierre ajustés, apportent des informations sur l’échafaudage ayant servi à la construction. Malheureusement, les aménagements modernes subis par le logis perturbent la compréhension structurelle d’origine de la façade et de la partition interne du logis. (Relevé et étude : Jean-François Proquin.)

Châtel-saint-germain (Moselle). La pierre dans les sépultures de la nécropole médiévale du « Mont Saint-Germain »

8La nécropole occupe l’extrémité d’un promontoire de la « Côte de Moselle », fréquenté depuis le Néolithique final. Elle est liée à un prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Vincent de Metz. À l’issue de la dernière campagne de fouilles menées sur le site, la nécropole comptait 374 sépultures étalées entre les ve et xve s. Sur le plan géologique, le site appartient aux formations du Jurassique, qui compte, à quelques kilomètres au nord, les carrières dites de « Jaumont », où l’on exploite depuis l’Antiquité un calcaire oolithique du Bajocien supérieur, à la couleur ocre caractéristique.

9La pierre habille près de 75 % des sépultures recensées, ce qui est assez conforme au contexte régional. Les coffres, soit 60 % du corpus des contenants, sont construits en dalles de calcaire local, impropre à la taille, parfois mêlées à des moellons gallo-romains en remploi, généralement posés à sec, exceptionnellement maçonnés à la chaux ou à l’argile. La réutilisation d’éléments architectoniques en calcaire de belle qualité, du type « Jaumont », demeure exceptionnelle. La pierre est également présente dans les aménagements céphaliques, dont l’usage se développe vers la fin de l’époque mérovingienne et à l’époque carolingienne.

10Les sarcophages, avec 73 exemplaires recensés, représentent un peu plus de 20 % du corpus. Ce mode d’inhumation devient commun en Lorraine à partir du dernier tiers du vie s. en milieu funéraire christianisé. En nombre sensiblement égal rectangulaires ou trapézoïdaux, bipartites et en moindre part monolithiques, les sarcophages sont placés à proximité de l’église et appartiennent aux époques mérovingienne et carolingienne. Deux matériaux concurrents ont été utilisés : le calcaire régional de « Jaumont », majoritaire, et un calcaire oolithique tendre mais résistant du Tithonien, extrait en abondance dans le sud-meusien. Ces carrières ont fourni un nombre considérable de sarcophages aux vie et viie s., qui ont connu une large diffusion dans le NE de la France, en Belgique et en Allemagne.

11Le site a fourni enfin une dizaine d’éléments lapidaires à l’iconographie chrétienne, tous débités dans un calcaire oolithique régional, à l’exception de tout matériau d’importation. Cette omniprésence de la pierre sur le site a sans doute été favorisée par des ressources locales abondantes, mais un lieu de culte chrétien précoce, dont l’existence reste supposée, a pu également jouer un rôle important. (Étude : Jacques Guillaume.)

Niederstinzel (Moselle). La maison forte de Niederstinzel

12La campagne 2010 s’est concentrée sur les élévations extérieures de la maison forte. Les modules de calcaire présentent globalement tous une forme très allongée. Les mesures effectuées sur 621 pierres du parement extérieur de l’élévation ouest offrent un gabarit moyen de 20 x 7 cm. Pour le parement intérieur, les modules présentent un gabarit plus important puisque leur longueur oscille entre 20 et 35 cm, pour une hauteur comprise entre 8 et 20 cm. Plus que le reflet de la volonté des tailleurs de pierre, leur forme exprime essentiellement la nature du calcaire du Muschelkalk, qui se délite facilement en bancs plus ou moins puissants. La profondeur des pierres a pu être observée en divers endroits des élévations. Elle est estimée en moyenne à une trentaine de centimètres.

13Les quatre élévations sont constituées d’une succession d’assises globalement régulières. Des assises de réglage, dont l’intervalle varie de 0,50 à 1 m selon les endroits, rythment le parement. Elles sont destinées à récupérer l’horizontalité afin de poursuivre l’élévation dans des conditions techniques satisfaisantes. Ces assises sont souvent très facilement remarquables sur le parement. Elles se distinguent des autres par leur horizontalité, pas toujours parfaite, mais mieux maîtrisée, et par un lit de mortier plus épais.

14L’analyse physico-chimique des mortiers permet d’affirmer que l’enceinte et la tour sont composées d’un liant identique, de couleur rose. Ces structures apparaissent ainsi comme des constructions homogènes. En revanche, le mortier très chargé en chaux indique plutôt une phase de remaniement. (Relevé et étude : Cédric Moulis et Vianney Muller.)

Plombières (Vosges). Le château des Fées

15Le château des Fées occupe l’extrémité d’un éperon d’interfluve qui culmine à environ 485 m d’altitude et domine de près de 90 m les cours d’eau des deux vallons adjacents. L’enceinte, dont le périmètre épouse à l’est, au sud et à l’ouest les contours de l’éperon, dessine un octogone irrégulier d’une quarantaine de mètres de diamètre.

16Ce site, dont les dimensions et l’épaisseur des murs évoquent un type de fortifications de la fin du xiie s., fut bâti dans le grès local. Les murs sont irrégulièrement conservés sur une hauteur variant de 0,5 m à 2 m ; leur épaisseur évolue entre 2 m et 2,40 m sauf au sud où le côté de l’octogone atteint 3,40 m. Les parements sont montés en appareil régulier d’un module moyen de 0,30 à 0,40 m extrait des affleurements de grès local. Les angles sont chaînés par des pierres taillées selon l’ouverture angulaire que forment deux à deux les côtés de l’octogone.

17En contrebas de l’enceinte, une série de huit terre-pleins subhorizontaux, semi-circulaires de 5 à 9 m de diamètre, cerne l’enceinte maçonnée. Entre les vestiges en pierre et cette limite, gisent des blocs de grès plus ou moins équarris, détachés des nombreux affleurements qui hérissent le sommet. Certains d’entre eux, sur lesquels il est encore possible d’observer des emboitures, laissent à penser qu’il s’agit d’un chantier abandonné avant même que l’édifice ne soit terminé. (Étude : Charles Kraemer.)

Saint-baslemont (Vosges). Les Tours Séchelles

18Ce site, difficile à dater, est construit au cœur de la forêt de Saint-Baslemont sur l’éperon d’une vallée étroite qui entaille la cuesta de grès bigarré. Il se compose de deux ensembles : l’un au sud, à l’extrémité de l’éperon ; l’autre au nord, en situation de barrage.

19Le premier ensemble, au sud, est isolé du reste de l’éperon par un fossé précédé d’un tertre artificiel dominant un complexe fortifié comprenant une tour et une petite basse cour. La tour est rectangulaire (10,50 x 16 m) et présente des murs épais (2,60 m) construits en petit et moyen appareil (18/20 x 36/40 cm) de grès gris-beige, bien assisé. L’irrégularité des moellons oblige à des joints informes, remplis d’un mortier pulvérulent. Conservée sur une cinquantaine de mètres de longueur, l’enceinte de la basse cour est composée d’un appareil irrégulier et mal assisé.

20À une quarantaine de mètres au nord, une seconde tour (25 x 17 m) plutôt trapézoïdale est bâtie au milieu de l’éperon. Ses murs, très épais (4,50 m), sont réalisés en gros appareil (40/65 x 30/45 cm).

21Le fossé barrant l’éperon se compose notamment de fronts de taille irréguliers qui conservent encore quelques traces d’emboîtures. Dans une légère dépression de 3-4 m de diamètre, on observe une forte concentration de charbon de bois mêlé à des nodules de calcaire concassé, témoins vraisemblables d’un four à chaux.

22Une carrière dont on devait extraire des moellons de grès, des fosses pouvant faire office de réservoir d’eau pour stocker l’eau nécessaire à la fabrication de mortier, un probable four à chaux, sont autant d’éléments réunis qui permettent de conclure à l’existence d’un chantier de construction ; mais l’abandon de la carrière et, par conséquent, le non-achèvement du fossé conduisent à penser que ce chantier n’a pas été mené à son terme. (Étude : Charles Kraemer.)

Vaudémont (Meurthe-et-Moselle). Le Donjon

23Les données recueillies en 2009 ont été complétées en 2010. L’analyse fine du blocage confirme l’utilisation quasi exclusive de la pose en épi sur trois rangs de pierres (en sens alterné) avant de couler une couche de mortier. La hauteur atteinte par ces trois assises en épi correspond à chaque fois avec une assise de réglage visible sur la totalité de l’épaisseur du mur.

24Des niveaux d’arrêt de chantier ont également pu être mis en évidence par l’examen macroscopique des mortiers. En effet, on remarque des éléments végétaux en grand nombre pris dans le mortier. Ce dernier – et exclusivement à ces endroits – est ensuite recouvert d’une nouvelle couche de mortier, montrant ainsi un temps de séchage important entre les deux poses.

25Vingt-six trous de boulin ont été identifiés sur l’élévation interne de la face est, soit autant que sur l’élévation externe. Bien qu’il semble que leur altitude soit identique, ils ne sont pas traversants. On compte cinq niveaux de platelages, dont la cohérence s’arrête au même niveau qu’un des arrêts de chantier identifiés par l’examen des liants. Plus haut, l’emplacement des boulins est conditionné à l’emploi de cintres pour le voûtement des ouvertures.

26La recherche sur le donjon de Vaudémont fait donc état d’un bâtiment édifié en une seule grande campagne de travaux, répartie sur plusieurs années, comme l’atteste l’emploi de végétaux pour protéger les maçonneries à des niveaux divers de la construction. La technique du blocage en épi a permis l’emploi des matériaux les plus quelconques, en évitant des retailles importantes, mais aussi de raccourcir le temps de montage des assises et de réduire de façon significative le cubage de mortier nécessaire. En effet, de nombreux vides sont décelables au sein du blocage dans les parties basses de chaque rangée, permettant en prime l’aération de celui-ci et les échanges thermiques, nécessaires à une bonne salubrité du bâtiment. (Relevé et étude : Cédric Moulis et Vianney Muller.)

Vaucouleurs (Meuse). La tour-porte de Gombervaux

27Les travaux de 2010 se sont concentrés sur l’étude des marques lapidaires repérées majoritairement sur le parement interne de l’édifice. Elles contribuent à mieux appréhender la mise en œuvre de la pierre sur un chantier monumental tel que l’édification de cette tour-porte et de percevoir un peu mieux les ouvriers attelés à cette tâche. Nous avons recensés 166 chiffres romains répartis sur autant de pierres sur l’ensemble des élévations du bâtiment. Les numéros représentés sur les pierres vont de 6 (VI) à 27 (XXVII), la valeur 25 étant la seule à ne pas avoir été relevée. 75 % des pierres portent un nombre compris entre 10 et 16, dont 40 % sont les nombres 12, 13 ou 14.

28Nous observons une croissance régulière de la valeur des nombres indiqués sur les pierres en les couplant à leur hauteur ; on change ainsi de nombre romain en moyenne tous les 1,5 cm supplémentaires. En revanche, aucune corrélation n’a pu être mise en évidence entre les marques de montage et la nature des impacts laissés par l’outil ayant servi à la taille. L’atelier de taille ne semble donc pas être tributaire d’une répartition du travail des tailleurs par hauteur de banc.

29Il est également intéressant de noter que la graphie des nombres offre des particularités : l’ordre conventionnel des symboles et leur grammaire ne sont pas toujours respectés, la taille des chiffres gravés va en augmentant au fur et à mesure de leur écriture. Ces éléments semblent attester de l’illettrisme des tailleurs et/ou maçons. Ils connaissent le symbole, mais n’ont pas connaissance que l’ordre d’apparition des symboles et le sens de la graphie influe sur la lecture du nombre. L’inversion totale de l’ordre des chiffres peut induire un problème de compréhension du nombre. Mais nous pouvons également supposer être face à une personne dont la latéralité est placée à gauche, et qui « écrit » donc de droite à gauche. (Relevé et étude : Cédric Moulis.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Boulanger, Cédric Moulis, Vianney Muller, Jean-François Proquin, Jacques Guillaume et Charles Kraemer, « Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre » », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 314-317.

Référence électronique

Karine Boulanger, Cédric Moulis, Vianney Muller, Jean-François Proquin, Jacques Guillaume, Charles Kraemer, « Lorraine. PCR « La pierre aux périodes historiques en Lorraine, de l’extraction à la mise en œuvre » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12807

Haut de page

Auteurs

Karine Boulanger

Articles du même auteur

Cédric Moulis

Articles du même auteur

Vianney Muller

Articles du même auteur

Jean-François Proquin

Articles du même auteur

Jacques Guillaume

Charles Kraemer

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Karine Boulanger

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Cédric Moulis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Vianney Muller

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jean-François Proquin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Jacques Guillaume

Charles Kraemer

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals