Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas

Responsable d’opération : Cécile Niel et Marie-Cécile Truc
p. 318

Entrées d’index

Année de l'opération :

1998, 2004, 2009, 2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de cette léproserie médiévale rurale se poursuit depuis 1998 (Archéologie médiévale, 40, 2010, p. 302). Depuis le début de la fouille du cimetière en 2004, un peu plus de 220 sépultures ont été découvertes et tous les sujets exhumés ont été transférés au laboratoire de paléoanthropologie du Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales de l’université de Caen. La population inhumée à Aizier s’est en effet révélée particulièrement intéressante pour la connaissance de la lèpre au Moyen Âge, la perception de cette maladie et ses implications sociales. L’analyse anthropobiologique a ainsi mis en évidence une spécialisation des aires funéraires en rapport avec la vocation hospitalière de l’établissement ; les études épidémiologiques ont confirmé la part très importante de la lèpre parmi l’ensemble des pathologies observées. De sévères atteintes osseuses attribuables à cette maladie, mais également associées à d’autres pathologies infectieuses, dégénératives, congénitales ou traumatiques (tuberculose, dysplasie des hanches, amputation et fractures) ont pu être relevées et identifiées dès la phase terrain sur plusieurs sujets. L’étude exhaustive en cours au laboratoire de paléoanthropologie du CRAHAM et au Centre d’études paléopathologiques du Nord devra confirmer ces premiers diagnostics, mais les individus déjà analysés révèlent un état sanitaire extrêmement médiocre, notamment pour la région bucco-dentaire.

2Outre une étude typochronologique des modes d’inhumation identifiés sur ce site, une analyse de la répartition des tombes (sélection sur critères d’âge, de sexe ou selon le statut social des défunts) a été entreprise. Si aucune zone préférentielle d’inhumation liée au sexe ne semble pouvoir être réellement mise en évidence (seule la nef de la chapelle présente une prédominance masculine), à l’inverse une sélection liée à l’âge des défunts existe dans cette population. En effet, cette dernière se compose surtout de jeunes adultes et de matures, les quelques périnatals et immatures observés ne permettent pas de répondre au profil d’une population naturelle. L’implantation de leurs tombes, majoritairement situées dans le cimetière nord, le long du mur gouttereau nord pour les plus jeunes, semble davantage correspondre à des regroupements familiaux.

3L’objectif des deux dernières campagnes était de terminer la fouille du cimetière nord. Une soixantaine de tombes ont été mises au jour en 2009 et une trentaine en 2010. Disposées en rangées bien organisées sur deux à sept niveaux d’inhumation, elles montrent de fréquents recoupements de fosses. L’analyse de leur répartition spatiale suggère une gestion très rigoureuse du cimetière avec une implantation reprenant très exactement, pour une vingtaine de cas, la localisation des sépultures antérieures.

4La stratigraphie de cette zone sépulcrale apparaît extrêmement complexe, révélant une utilisation intensive du cimetière, notamment dans sa partie centrale, et la probable persistance d’un marquage au sol des tombes.

5Une quinzaine de cas d’individus inhumés dans des coffrages de bois courts et étroits (de 1,20 m à 1,40 m de long pour une largeur de 0,15 à 0,45 m) et placés dans des positions atypiques ont été mis en évidence, suggérant l’utilisation à des fins funéraires de mobiliers de la vie courante (coffre-meuble ou huche).

6À l’issue de la campagne 2009, un rebouchage partiel avait été effectué dans la nef et sur une partie du cimetière nord, le comblement complet a été réalisé dès l’issue de la campagne 2010 dans le cadre de la mise en valeur du site prévue après la fouille. Cette opération devrait générer de nouvelles plantations, l’aménagement de cheminements piétonniers et la consolidation des murs de la chapelle.

Aizier, chapelle Saint-Thomas : inhumation en position inhabituelle d’un homme porteur de la lèpre, amputé chirurgicalement du pied gauche.

Aizier, chapelle Saint-Thomas : inhumation en position inhabituelle d’un homme porteur de la lèpre, amputé chirurgicalement du pied gauche.

C. Niel, M.-C. Truc

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aizier, chapelle Saint-Thomas : inhumation en position inhabituelle d’un homme porteur de la lèpre, amputé chirurgicalement du pied gauche.
Crédits C. Niel, M.-C. Truc
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Niel et Marie-Cécile Truc, « Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 318.

Référence électronique

Cécile Niel, Marie-Cécile Truc, « Aizier (Eure). Chapelle Saint-Thomas » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12843

Haut de page

Responsables d'opération

Cécile Niel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Marie-Cécile Truc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals