Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons

Responsable d’opération : Thierry Galmiche
p. 320

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic réalisé préalablement à l’aménagement d’un boulevard urbain autour du bourg de Bruyères avait permis la découverte de deux cimetières superposés, séparés par un remblai d’une épaisseur de 1,9 m, situés à l’extérieur de l’enceinte urbaine, le long de la route d’accès méridional (cf. Archéologie médiévale, 39, p. 304). Le plus ancien est daté par 14C entre 1281 et 1391, le second entre 1437 et 1615. La découverte de sujets syphilitiques dans cet ensemble invite à privilégier une datation au cours du xvie s. Le cimetière le plus ancien, compte tenu de sa profondeur, n’étant pas menacé par le projet routier, une opération de fouille préventive a été prescrite pour l’exploration exhaustive de l’ensemble le plus récent. L’étude anthropologique a été confiée à Nadège Robin.

2En périphérie du site, une structure a été interprétée comme un fossé qui, avec précaution, peut être mis en relation avec celui de l’enceinte urbaine. Cet élément dont l’abandon remonte à la fin du xve ou aux deux premiers tiers du xvie s. pourrait participer à la protection d’un faubourg. Au cours des xixe et xxe s., divers aménagements routiers ont réduit l’emprise du cimetière. Les ossements mis au jour lors de ces travaux ont été réinhumés dans quatre fosses distantes d’une vingtaine de mètres. Plus d’une centaine d’individus ont ainsi été rejetés. La superficie conservée du cimetière est de 100 m². 232 individus en position primaire et 13 individus en position secondaire ont été dénombrés. Orientés quasi exclusivement tête à l’ouest, ils ont tous été placés en décubitus dorsal. Dans 80 % des cas, ils se sont décomposés en espace vide, le plus souvent à l’intérieur d’un cercueil en planches. La présence de linceuls est attestée par la découverte d’épingles en alliage cuivreux. Le reste du mobilier est très rare : seuls deux coupelles en grès du Beauvaisis et un chapelet sont apparus dans l’ensemble des tombes. Le plan du cimetière ne fait pas apparaître d’alignements. En revanche, de nombreux recoupements ont été mis en évidence. Dans un cas sur trois, une réduction est associée à une sépulture primaire. L’analyse anthropologique indique une proportion identique d’hommes et de femmes. Mis à part l’absence de périnataux et le faible nombre d’immatures entre 1 et 4 ans, l’histogramme des âges au décès est représentatif d’une courbe de mortalité d’un cimetière préjennérien. À côté des pathologies fréquentes (arthrose, fractures, caries et attritions dentaires), des maladies plus exceptionnelles (syphilis : 3 cas, tuberculose : 1 cas, poliomyélite : 1 cas supposé) ont été reconnues.

3Le cimetière paroissial de Bruyères étant situé autour de l’église, il est pertinent de s’interroger sur la destination de ce second lieu d’inhumation. L’analyse anthropologique et le plan du cimetière rejettent l’hypothèse d’un lieu d’inhumation lié à une épidémie ou à un fait militaire. S’agit-il du cimetière de l’hôtel-Dieu de Bruyères situé 200 m à l’intérieur de l’enceinte urbaine ? Une autre piste est suggérée par la copie d’un dessin de la ville de Bruyères en 1584, sur laquelle un cimetière « des aveugles ou des protestants » est figuré à cet emplacement. Quelques très rares mentions historiques permettent, en outre, d’envisager la présence de protestants à Bruyères. Les éléments de datation, les pratiques funéraires, l’organisation spatiale du cimetière et sa localisation marginale rendent plausible l’hypothèse d’un lieu d’inhumation pour les protestants. Compte tenu du nombre relativement important d’individus découverts, le recrutement de ce cimetière pourrait s’étendre, au-delà de Bruyères, aux populations réformées d’une partie du Laonnois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Galmiche, « Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 320.

Référence électronique

Thierry Galmiche, « Bruyères-et-Montbérault (Aisne). Les Raidons » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12867

Haut de page

Auteur

Thierry Galmiche

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thierry Galmiche

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals