Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Bussac-sur-Charente (Charente-Maritime). Église

Responsable d’opération : Bastien Gissinger
p. 321

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic a été réalisé sur 1 600 m² autour de l’église gothique de Bussac-sur-Charente, au nord, à l’est et l’ouest de l’édifice, préalablement au réaménagement de ses abords.

2L’opération a livré plusieurs sépultures d’époques différentes. Peu d’indices chronologiques permettent de rattacher ces structures à une période précise, toutefois on peut affirmer que les plus anciennes inhumations observées, représentées par des sarcophages, sont de plusieurs siècles antérieures à la construction présumée de l’église. Par la suite, les inhumations se sont poursuivies, se sur-imposant toujours aux précédentes aux abords immédiats de l’église, de sorte que les terres très remuées offraient une lecture difficile. On peut supposer que l’usage funéraire a continué jusqu’au cours du xixe s., période pendant laquelle le cimetière fut transféré dans un secteur situé à l’extérieur du bourg. Une série de tombes dont les individus ont été exhumés témoignent de cet épisode, au nord de la route. Plusieurs types d’inhumation ont été identifiés : sarcophages pour les plus anciennes, tombes à coffre et couverture de pierres agencées parfois grossièrement, sépultures en pleine terre et cercueils dont ne subsistent que les clous.

3Outre cette évidente fonction funéraire, plusieurs éléments de maçonnerie illustrent le foisonnement des constructions présentes jadis autour de l’église. Un sarcophage a servi de « fondation » pour un mur – antérieur à l’église ? – dont ne subsistait qu’une couche de mortier. D’autres murs, s’apparentant plutôt à des restes d’habitations, n’apparaissent pas toutefois sur le plan cadastral de 1810. Le matériel recueilli dans les couches scellant la démolition permet de conclure que la destruction de ces « maisons » est probablement de peu antérieure au plan de 1810. Leur date de construction précise est inconnue mais semble remonter à la fin du xviie ou au début du xviiie s. Leur fonction pourrait être en rapport avec le presbytère ou d’anciennes habitations situées au SE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bastien Gissinger, « Bussac-sur-Charente (Charente-Maritime). Église », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 321.

Référence électronique

Bastien Gissinger, « Bussac-sur-Charente (Charente-Maritime). Église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12871

Haut de page

Auteur

Bastien Gissinger

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bastien Gissinger

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals