Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Colombiers-sur-Seulles (Calvados). La Pierre Tourneresse

Responsable d’opération : Vincent Hincker
p. 321-322

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le cimetière mérovingien de la Demoiselle de Colombiers-sur-Seulles a été reconnu pour la première fois en 1845 par Édouard Lambert, membre de la Société des antiquaires de Normandie, à l’occasion du redressement d’une pierre « tourneresse » (la Demoiselle) effondrée. Ces premières fouilles qui se poursuivirent en 1849 entraînèrent la mise au jour de sarcophages et de fosses sépulcrales creusées dans la plaquette calcaire, ces dernières contenant des pierres posées de champ disposées tout autour du squelette. La présence de boucles de ceinture en fer et en bronze, d’un vase en terre ainsi que d’un petit sabre en fer est également signalée. D’autres découvertes de sépultures sont intervenues en 1937 et plus récemment encore à l’occasion de travaux routiers. Les quelques objets issus de ces fouilles successives indiquaient une utilisation longue du cimetière entre les années 400 et 750 de notre ère, ce qui laissait présager la présence d’une imposante nécropole de plusieurs centaines de tombes.

2Afin de comprendre le fonctionnement social et religieux d’une communauté vivant le long des côtes de la Manche au cours d’une période qui voit l’effondrement de l’Empire romain et l’émergence d’une nouvelle société liée au pouvoir franc et au christianisme, des sondages ont été réalisés à l’automne 2010 tout autour de la Demoiselle de Colombiers. L’objectif était de vérifier les dires des antiquaires, de cartographier le cimetière mérovingien et d’en évaluer l’état de conservation. La fouille a confirmé l’existence de tombes mérovingiennes utilisant des sarcophages en pierre ou creusées dans la plaquette calcaire sous-jacente, où les squelettes étaient entourés et recouverts de dalles de calcaire. Les défunts ont été inhumés dans des linceuls ou revêtus. Chacune des tombes a été plusieurs fois réutilisée comme l’atteste la superposition de corps ou le brassage des restes osseux de l’occupant précédent redéposés plus ou moins soigneusement dans la fosse sépulcrale. De nombreux restes d’enfants de tous âges ont été identifiés. L’absence d’objet s’explique notamment par les pillages et autres destructions qui ont touché de très nombreuses sépultures.

3Cette opération a surtout permis de constater que ce cimetière était en fait très petit et comprenait à l’origine tout au plus une centaine de tombes implantées dans le courant du viie s. Si l’ensemble du cimetière se développe à l’ouest du chemin reliant aujourd’hui le bourg de Colombiers-sur-Seulles à Banville et au sud de la route de Bayeux à Douvres-la-Délivrande, le tracé viaire originel était légèrement décalé une vingtaine de mètres plus au sud. Les tombes étaient installées de part et d’autre du chemin partiellement encaissé jusqu’au rocher afin d’obtenir une chaussée solide et atténuer la pente. Le passage régulier de charrettes sur cette chaussée a entraîné le creusement de deux profondes ornières aujourd’hui encore parfaitement lisibles.

4La présence de cette voie peut expliquer la destruction de très nombreuses sépultures. En effet, tout le long de son tracé se remarquent des fosses d’extraction de plaquette calcaire destinée à rencaisser les chaussées ou aménager les cours de fermes avoisinantes. À ces destructions viennent s’ajouter les pillages intervenus dès la période mérovingienne et les conséquences de fouilles parfois désordonnées menées par les antiquaires et des ouvriers occupés à élargir la route de Bayeux à Douvres. En conséquence, près des trois quarts des tombes composant initialement le cimetière ont été détruites ou fortement perturbées. Cet état de fait réduit irrémédiablement les apports scientifiques qui pourraient résulter d’une fouille archéologique de plus grande ampleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Hincker, « Colombiers-sur-Seulles (Calvados). La Pierre Tourneresse », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 321-322.

Référence électronique

Vincent Hincker, « Colombiers-sur-Seulles (Calvados). La Pierre Tourneresse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12875

Haut de page

Auteur

Vincent Hincker

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Vincent Hincker

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals