Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Nancy (Meurthe-et-Moselle). Berger-Levrault

Responsable d’opération : Myriam Dohr
p. 325-326

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Le diagnostic préalable à la requalification de l’ancienne imprimerie Berger-Levrault, réalisé en juin 2008, a permis la découverte de vestiges de la citadelle de Nancy et du cimetière moderne des Trois Maisons. Ce dernier a fait l’objet d’une importante opération de fouille en 2010 sur une surface de 3 500 m2, correspondant aux deux tiers environ de sa superficie lors de sa fermeture en 1842.

2Malgré les destructions occasionnées par la construction de l’imprimerie, le cimetière s’est avéré plutôt bien conservé. Aussi, afin de pouvoir traiter l’ensemble dans le temps imparti, seul un secteur du cimetière a fait l’objet d’une étude approfondie. Le reste du site a été traité grâce à de grandes coupes E-O, suivies d’un décapage progressif, dans l’objectif d’atteindre les niveaux d’occupation antérieurs à la citadelle.

3Dans sa majeure partie, le site « Berger-Levrault » est occupé, à la fin du Moyen Âge, par des terrains en culture. Seule l’extrémité NO de l’emprise de la fouille a révélé des vestiges d’habitat – murs maçonnés et fossé – récupérés et comblés par des remblais de démolition. Il s’agit probablement de bâtiments situés en périphérie de Saint-Dizier, village rasé au début du xviie s., lors de la construction de la citadelle. Le secteur est ensuite entièrement recouvert par le remblai des glacis, observé en coupe sur un à deux mètres d’épaisseur. Une partie du chemin couvert de la citadelle, situé le long et à l’extérieur de la contrescarpe, a été retrouvé à l’est de l’emprise.

4La citadelle de Nancy est abandonnée au début du xviiie s. Les glacis et le fossé comblé sont peu à peu colonisés par des jardins puis, en 1732, par le nouveau cimetière des paroisses de Notre-Dame et de Saint-Epvre. Relativement bien documenté par les archives, ce dernier fonctionnera uniquement l’été jusqu’en 1769, puis de façon permanente jusqu’à sa fermeture en 1842. D’orientation N-S, il est agrandi à deux reprises, à l’ouest et au sud, en 1779 et en 1824. Le deuxième projet d’extension s’accompagne d’une totale réorganisation du cimetière, impliquant un nivellement du terrain, l’implantation d’allées bordées d’arbres ainsi que de plates-bandes d’inhumation orientées N-S. L’intervention archéologique confirme une partie de ces documents d’archives et apporte d’importants éléments nouveaux.

5D’après la fouille et l’observation des coupes, le cimetière n’est visiblement pas occupé avec la même densité sur toute son emprise. Ceci s’explique par les agrandissements, mais aussi, certainement, par une gestion évolutive de l’espace. Le secteur ayant fait l’objet d’une exploration exhaustive s’est avéré particulièrement stratifié, avec au moins cinq niveaux d’inhumations. Le dernier état confirme l’organisation régulière en plates-bandes mentionnées dans les archives. Il se superpose à un niveau de sépultures orientées en majorité N-S, comprenant de nombreux recoupements, qui dénoncent une gestion plus désordonnée du cimetière. Les inhumations des phases précédentes sont relativement bien distribuées par des allées N-S différentes de celles du dernier état. Enfin, le ou les niveaux les plus profonds comportent plusieurs sépultures collectives, dont une de plus de 25 m de long. Il pourrait s’agir de « fosses communes » destinées aux inhumations des plus pauvres, attestées jusqu’à la fermeture définitive du cimetière de la Ville Vieille en 1769.

6La plupart des individus sont enterrés en cercueil, enveloppés d’un linceul ou habillés. La population est caractéristique de la période moderne et préjennérienne, composée de nombreux individus âgés ou très jeunes (périnatals et immatures). Aux sépultures individuelles traditionnelles s’ajoutent de nombreuses concessions familiales ainsi que des sépultures multiples en pleine terre. L’une de ces dernières a fait l’objet d’une fouille programmée menée en novembre 2010 par M. Signoli (UMR 6578). Large d’environ 2 m et longue d’au moins 50 m, elle se décompose en plusieurs fosses disposées côte à côte et contenant, en tout, plusieurs centaines de jeunes adultes, majoritairement de sexe masculin.

7L’étude anthropologique, en cours, faite conjointement à celle des archives, devrait permettre de qualifier le type de population enterrée dans le cimetière des Trois Maisons, d’expliciter les événements liés aux sépultures multiples ainsi que de préciser le phasage et l’organisation du cimetière.

Nancy, cimetière des Trois Maisons, inhumation simultanée de plusieurs individus en cercueil.

Nancy, cimetière des Trois Maisons, inhumation simultanée de plusieurs individus en cercueil.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nancy, cimetière des Trois Maisons, inhumation simultanée de plusieurs individus en cercueil.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Dohr, « Nancy (Meurthe-et-Moselle). Berger-Levrault », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 325-326.

Référence électronique

Myriam Dohr, « Nancy (Meurthe-et-Moselle). Berger-Levrault » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12919

Haut de page

Auteur

Myriam Dohr

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Myriam Dohr

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals