Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Saint-Génard (Deux-Sèvres). Église paroissiale Saint-Génard

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
p. 329-331

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1La fouille effectuée en 2010 sur le site de Saint-Génard est la première d’une programmation triennale. Elle fait suite à plusieurs campagnes effectuées entre 2004 et 2009, qui avaient permis d’établir huit phases d’évolution du site. Les vestiges d’un ensemble funéraire du haut Moyen âge et de plusieurs constructions (interprétées comme les bâtiments d’un prieuré en relation avec une église romane conservée en élévation) ont été mis au jour.

2En 2010, neuf nouveaux secteurs ont été ouverts. La fouille (superficie totale étudiée depuis 2004 : 845 m²) s’accompagne d’une étude de bâti. Les premiers résultats anthropologiques (dir. David Peressinotto) et l’étude des sarcophages (Guillaume Rougé) autorisent actuellement à évoquer une évolution du site en 19 phases (l’hypothèse d’une occupation antique est finalement infirmée, faute de vestiges reconnaissables).

3La première phase envisagée serait un contexte funéraire caractérisé par des sépultures en sarcophages. Ces vestiges consistent en 47 sarcophages, répartis en quatre endroits sur le site. Il s’agit, pour l’ensemble, de cuves monolithes (fig.). La forme trapézoïdale domine, mais quelques cuves ont des chevets arrondis ou à pans coupés. Seule une dizaine conservent encore des dalles en couvrement. Ces éléments sont ornés de variantes du motif de la croix à triple traverse. Malgré les multiples types repérés, la datation reste évasive, de la fin du ve jusqu’au viiie s. Aucune distinction chronologique entre secteurs ne peut être suggérée. L’aire et la durée de développement de cette nécropole demeurent encore indéterminées. En outre, l’hypothèse d’une extension avec des sépultures n’adoptant pas le mode d’inhumation en sarcophages ne peut être exclue.

4Une deuxième phase regroupe actuellement toutes les inhumations hors sarcophages, comprenant indistinctement « pleine terre », coffrages de bois et coffrages de dalles de calcaire. Deux indices laissent penser qu’elles sont postérieures aux sarcophages : la découverte d’une bouteille datée entre le xie et le xive s. et le remploi d’un sarcophage. En outre, une majorité de ces sépultures respectent l’orientation des tombes à sarcophage, alors qu’aucune ne semble se conformer à celle de l’église romane.

5La phase suivante (III) découle de l’interprétation de deux murs mis au jour en 2006. Leur position respecte l’orientation observée sur les sépultures des phases antérieures. Ils pourraient correspondre à un édifice ou un espace extérieur clos dont la fonction n’est pas déterminée. La continuité des pratiques funéraires à l’intérieur n’est pas exclue.

6La quatrième phase comprendrait la construction d’un édifice dont l’élévation sud serait conservée dans le mur nord de la nef de l’église romane. Les dimensions de ce bâtiment sont estimées à plus de 9,60 m de long et environ 4,5 m de large. Aucun indice n’en permet l’identification, mais il pourrait s’agir de l’ecclesia Sancti Genardi de Notiaco mentionnée en 1118 dans la liste des possessions de l’abbaye de Nouaillé-Maupertuis. Un mur de clôture postérieur marquerait peut-être une réorganisation de l’espace funéraire, sensible dans la nouvelle orientation d’une sépulture remployant probablement un sarcophage.

7La construction de l’église romane (phase V) est attribuée à la seconde moitié du xiie s. L’édifice précédent n’est pas obligatoirement détruit, ni abandonné malgré l’intégration de l’une de ses maçonneries.

8Les phases postérieures à l’édification de l’église (phases VI à XIV) concernent les bâtiments situés au nord de cette dernière ; leur chronologie et leur fonction restent mal identifiées en l’état actuel. Seule une chronologie relative a pu être établie, fondée sur l’observation de la succession des démolitions et reconstructions, jusqu’à la fin du xvie s.

9Enfin, les dernières phases concernent uniquement l’évolution des élévations de l’église durant la période moderne. Elles incluent, en dernier lieu, les restaurations effectuées par les Monuments historiques au début du xxe s.

10En 2011, des datations 14C devraient améliorer les estimations chronologiques de certains ensembles funéraires.

Saint-Génard, église paroissiale Saint-Génard, ensemble de sarcophages au NE de l’église.

Saint-Génard, église paroissiale Saint-Génard, ensemble de sarcophages au NE de l’église.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Génard, église paroissiale Saint-Génard, ensemble de sarcophages au NE de l’église.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/12963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Bouvart, « Saint-Génard (Deux-Sèvres). Église paroissiale Saint-Génard », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 329-331.

Référence électronique

Patrick Bouvart, « Saint-Génard (Deux-Sèvres). Église paroissiale Saint-Génard » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/12963

Haut de page

Auteur

Patrick Bouvart

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals