Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : François Delahaye
Notice rédigée avec Cécile Niel
p. 333-334

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1Si une dernière campagne de fouille est programmée en 2011 pour parachever la fouille des sépultures à l’intérieur de l’édifice, la campagne 2010 a marqué la fin de l’étude architecturale de l’église (Archéologie médiévale, 40, p. 240). Les remontées de la nappe phréatique n’ayant pas permis d’atteindre les niveaux ­d’occupation antique, la fouille s’est attachée à préciser le plan de l’église du xiie s., et en particulier, celui des bas-côtés détruits fin xviie-début xviiie s.

2Des sondages réalisés à l’emplacement du bas-côté nord ont permis de reconnaître le mur gouttereau, composé de moellons calcaires, dont le parement présente un opus spicatum lié par un mortier de chaux ocre. La situation des contreforts montre que les bas-côtés présentaient trois travées, qui ne coïncidaient donc pas avec les cinq travées de la nef. À l’intérieur de l’édifice, le long du mur gouttereau du bas-côté nord, une longue banquette maçonnée a pu être documentée. Une autre a été mise au jour à l’ouest de la nef.

3Depuis le début de la fouille des zones sépulcrales en 2000, 405 sépultures ont été identifiées dans l’église ou à ses abords immédiats. Les observations de terrain permettent un premier aperçu des pratiques funéraires existant sur ce site.

4Plusieurs secteurs semblent bien correspondre à des zones d’inhumations particulières avec une sélection des inhumés sur des critères d’appartenance sociale, de sexe ou d’âge. L’hypothèse d’une partition chronologique de l’espace funéraire au sein de la nef semble bien se confirmer en plusieurs endroits. En effet, des secteurs préférentiels pour l’inhumation d’enfants en bas-âge ont pu être mis en évidence aux chevets, le long des murs gouttereaux et devant les portails des édifices religieux successifs entre le viie et le xie s.

5Pour les périodes modernes (xvie-xviiie s.), une répartition des espaces sépulcraux en fonction du sexe a également pu être mise en évidence : ainsi, la forte prédominance masculine des individus inhumés dans le chœur et celle plus relative dans la travée sous clocher semblent compensées par une représentation féminine nettement plus importante dans la nef.

6L’analyse paléopathologique des sujets masculins du chœur, globalement âgés, laisse supposer l’existence d’un lien de filiation entre plusieurs d’entre eux, qui avaient un mode de vie commun et une alimentation particulièrement riche ayant des répercussions sévères sur leur état de santé. Ces éléments soutiennent l’hypothèse d’un lieu d’inhumation réservé à un groupe social favorisé, d’autant plus plausible que les recherches documentaires menées par l’association des Amis de la Vieille Église de Thaon dans les registres des inhumations confirment que plusieurs membres des familles seigneuriales de Thaon ont été ensevelis dans cet espace privilégié aux xviie et xviiie s.

7Dans les deux premières travées de la nef et dans les zones longeant les murs gouttereaux, la répartition sexuelle des individus semble plus équilibrée. Ces observations devront bien évidemment être précisées en fonction de la répartition des défunts par périodes d’inhumation et aussi du nombre de sujets restant à exhumer dans ces différents secteurs.

8Le site offre également l’opportunité d’étudier divers modes d’inhumation et une typochronologie des sépultures peut désormais être proposée. Si l’étude du mobilier céramique est encore incomplète, plusieurs des tombes comportant un ou plusieurs vases à encens, rattachés probablement aux xiiie-xive s., ont été identifiées dans la nef. Pour les périodes les plus récentes (xiiie-xviiie s.), la plupart des inhumations sont en cercueil avec, parfois, la présence d’un linceul. Les sépultures des phases antérieures (viie-xiie s.) correspondent davantage à des tombes aménagées en pierres calcaires ou associées à des planches de bois bien agencées tout autour et au-dessus du corps. Des coffrages de bois et quelques rares sépultures sans contenant perceptible sont également observés pour les périodes médiévales.

9Si les niveaux atteints jusqu’à présent dans les travées IV et V ne livrent plus que quelques rares sépultures, notamment dans la partie nord, la campagne archéologique de 2010 a cherché à mieux cerner leur implantation afin de préciser la chronologie de l’usage funéraire de ce secteur et de déterminer leurs rapports avec les divers édifices mis au jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Niel, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 333-334.

Référence électronique

François Delahaye, Cécile Niel, « Thaon (Calvados). Église Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13015

Haut de page

Responsable d’opération

François Delahaye

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals