Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2010
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Opérations de terrain

Toulon (Var). Cimetière de la porte Royale – Berrier-Fontaine

Responsable d’opération : David Ollivier
p. 334

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010
Haut de page

Texte intégral

1De janvier à mars 2010, une opération d’archéologie préventive a été conduite par le Centre archéologique du Var sur l’un des deux grands cimetières de Toulon à l’époque moderne, situé aujourd’hui à l’angle de l’avenue Lazare Carnot et de la rue Berrier-Fontaine. Créé en 1709 par une délibération municipale (AC Toulon, DD 107) à la demande de l’évêque de Toulon, le nouveau cimetière est installé à l’ouest de la ville, à l’extérieur de l’enceinte moderne, à proximité de la porte Royale. Agrandi en 1752, il est utilisé sans discontinuité jusqu’en 1830.

2L’opération, qui n’a concerné qu’une infime partie (134 m2) d’un cimetière paroissial qui occupait à l’origine une superficie égale à 5 000 m2, a livré 54 individus auxquels nous pouvons ajouter 7 autres retrouvés « en vrac ». L’espace cémétérial est organisé sous forme d’allées à rang simple ou double de sépultures orientées N-S et disposées en ligne séparées par des « chemins de circulation » très étroits. L’étude antropologique a mis en évidence la présence de 8 jeunes enfants, 23 adolescents ou jeunes adultes et 21 adultes, parmi lesquels 30 hommes et seulement 8 femmes ont pu être identifiés.

3Les défunts, enveloppés ou non dans un linceul, étaient disposés soit dans des fosses en pleine terre (24) soit dans des cercueils de bois (12) orientés indifféremment tête au sud ou au nord. Quelques particularités concernent les inhumations en fosses : 2 sont multiples et 9 sont des inhumations doubles où les défunts, tous de sexe masculin, étaient disposés superposés, tête-bêche pour huit d’entre eux. La position de dépôt la plus récurrente est le décubitus dorsal (34 individus), mais le procubitus est aussi fortement présent (11 cas), ainsi que le décubitus latéral (7 cas). L’étude des archives a permis notamment de mieux cerner la population inhumée : ce cimetière paroissial était aussi le lieu d’inhumation des défunts provenant de l’hôpital Saint-Esprit, de l’hôpital de La Charité (à partir de la fin du xviiie s.), de l’hôpital du bagne (1748) et de l’hôpital de la Marine (1769), toute une population en définitive relativement humble ou captive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Ollivier, « Toulon (Var). Cimetière de la porte Royale – Berrier-Fontaine », Archéologie médiévale, 41 | 2011, 334.

Référence électronique

David Ollivier, « Toulon (Var). Cimetière de la porte Royale – Berrier-Fontaine » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/13023

Haut de page

Auteur

David Ollivier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Ollivier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals